Rue Étienne-Dolet (Paris)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Rue Étienne-Dolet)
Aller à : navigation, rechercher
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : Malakoff - Rue Étienne-Dolet (métro de Paris).
image illustrant Paris
Cet article est une ébauche concernant Paris.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

20e arrt
Rue Étienne-Dolet
Rue Étienne-Dolet
Rue Étienne-Dolet
Situation
Arrondissement 20e arrondissement
Quartier Belleville
Début 12 Boulevard de Belleville
Fin 5 Rue Julien-Lacroix
Morphologie
Longueur 246 m
Largeur 14 m
Historique
Dénomination 16 août 1879
Géocodification
Ville de Paris 3414
DGI 3388

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Étienne-Dolet
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue Étienne-Dolet est une rue située dans le quartier de Ménilmontant, dans le 20e arrondissement de Paris, en France. Elle mène vers la place Maurice-Chevalier et l'église Notre-Dame-de-la-Croix de Ménilmontant.

Historique[modifier | modifier le code]

Étienne Dolet (1509-1546)

La rue porte le nom de l'écrivain, poète, imprimeur et humaniste français Étienne Dolet. Il fut condamné à mort en 1544 pour hérésie et athéisme après avoir publié un extrait traduit de Platon niant l'existence de l'âme. Ce nom lui fut donné par les anticléricaux de la Troisième République, parce qu’elle mène à une église[1].

Sites particuliers[modifier | modifier le code]

  • no 29 : Station Vélib'.
  • no 31 : L'école élémentaire Étienne-Dolet

Transports[modifier | modifier le code]

La rue Étienne Dolet desservie par la ligne (M)(2) à la station Ménilmontant, ainsi que par la ligne de bus (BUS) RATP 96 à Belleville-Ménilmontant à Julien-Lacroix.
Les stations Vélib' les plus proches : 29 rue Étienne Dolet.
La nuit, ce sont les Noctiliens N12 et N23 qui desservent la rue grâce à Belleville-Ménilmontant.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Éric Hazan, « De Mac-Mahon aux lavandières », Le Monde diplomatique, juin 2010