Aller au contenu

Rosie Ruiz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Rosie Ruiz
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalités
Formation
Wayne State College (en)
South Broward High School (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Sport
Discipline sportive

Rosie Ruiz, née Rosie M. Vivas le à La Havane et morte le à Lake Worth en Floride[1], est une marathonienne cubaine, connue pour avoir triché lors du 10e marathon de New York () et du 84e marathon de Boston ().

Ses courses[modifier | modifier le code]

Le , lors du marathon de New York, Rosie Ruiz est à bout de forces au bout de 30 minutes de course, mais comme elle veut quand même impressionner son entourage, elle emprunte le métro pour s'affranchir de quelques kilomètres. Elle retourne ensuite en toute discrétion sur le parcours et se retrouve ainsi parmi les concurrents pour arriver sur la ligne d'arrivée avec un temps de h 56, elle termine onzième chez les femmes[2]. Grâce à ce temps, elle se convainc de participer au mythique marathon de Boston, qui rassemble tous les meilleurs coureurs de la sphère du running. Mais étant hors délai pour les inscriptions, elle écrit aux organisateurs pour leur faire croire qu'elle est en rémission d'un cancer du cerveau. Émus, ces derniers lui accordent une dérogation spéciale, afin qu'elle puisse s'inscrire et participer à Boston.

N'étant toujours pas une grande sportive, elle imagine un nouveau stratagème pour cette course : elle loge dans un hôtel situé près de la ligne d'arrivée et au moment propice, elle se glisse à travers la foule après s'être versé de l'eau sur la tête pour faire croire qu'elle a transpiré. Le problème fut qu'elle ne se rendit pas compte que le peloton se trouvait derrière elle... Elle finit ainsi première en h 31, ce qui aurait été un record pour une femme participant à ce marathon[2],[3],[4]. Interrogée ensuite par les journalistes, elle montre dans son récit des incohérences qui fait qu'elle est démasquée. Après avoir changé de nom, elle s'installe en Floride. À la suite de cette supercherie, la victoire a été attribuée à la Canadienne Jacqueline Gareau.

Pour éviter ce genre d'incident, des points de contrôle furent instaurés avec recensement des dossards par les juges. De nos jours, des puces GPS permettent de suivre les coureurs sur les parcours[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Roger Robinson, « Rosie Ruiz, Infamous for Cheating 1980 Boston Marathon, Dies at 66 », Runner's World, .
  2. a et b Rosie Ruiz : l’incroyable histoire de la marathonienne qui gagnait ses courses en trichant
  3. (en) « 1980: Rosie Ruiz Pulls The Ultimate Prank », The Boston Globe, (consulté le ).
  4. Yannick Cochennec, « Petite histoire de la triche dans les marathons », Slate, (consulté le ).
  5. Christophe Bajot, « La triche était presque parfaite », Science et Vie junior, no 323,‎ , p. 73-74 (ISSN 0992-5899).