Rosie Ruiz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rosie Ruiz
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalités
Activité
Autres informations
Discipline sportive

Rosie Ruiz (née en 1953) est une marathonienne ayant triché au marathon de New York et au 84e marathon de Boston en 1980.

La course[modifier | modifier le code]

Lors de la course à New York, elle a emprunté le métro car elle était à bout de forces au bout de 30 minutes et voulait quand même impressionner son entourage. Elle est ensuite retournée discrètement à travers la foule dans la course pour arriver à la ligne d'arrivée avec un temps de 2 h 56 min et terminer onzième chez les femmes. Grâce à ce temps, elle fut directement inscrite au marathon de Boston auquel elle a ensuite participé. N'étant toujours pas une grande sportive, elle imagina un nouveau stratagème : elle se logea dans un hôtel situé près de la ligne d'arrivée et au moment propice, elle se glissa à travers la foule après s'être versé de l'eau sur la tête pour faire croire qu'elle avait transpiré. Le problème fut qu'elle ne se rendit pas compte que le peloton se trouvait derrière elle... Elle finit ainsi première en 2 h 31 min, ce qui aurait été un record pour une femme participant à ce marathon[1],[2]. Interrogée ensuite par les journalistes, elle montra des incohérences dans son récit et fut démasquée. Par la suite, elle changea de nom et s'installa en Floride. La victoire a été depuis attribuée à la Canadienne Jacqueline Gareau.

Par la suite, des points de contrôle furent instaurés avec recensement des dossards par les juges. De nos jours, des puces GPS permettent de suivre les coureurs sur les parcours[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « 111th Boston Marathon history », sur boston.com (consulté le 2 août 2015)
  2. Yannick Cochennec, « Petite histoire de la triche dans les marathons », sur slate.fr, (consulté le 2 août 2015)
  3. BAJOT Christophe, « La triche était presque parfaite », Sciences et vie junior, no 323,‎ , p.73-74 (ISSN 0992-5899)