Robert Meyers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Meyers et Robert Meyers (hockey sur glace).
Robert Meyers
Biographie
Naissance
Décès
à l'âge de 45 ans
Auschwitz
Nom de naissance
Robert Meyers
Nationalité
Formation
Activité
Conjoint
Suzanne Bauer, fille du Grand-rabbin Jules Bauer
Autres informations
Religion

Robert Meyers ( à Paris - 1943 à Auschwitz) est un rabbin français déporté et tué à Auschwitz.

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Le rabbin Robert Meyers est né à Paris le 25 juillet 1898.

Il étudie au Séminaire israélite de France (SIF).

Il devient le rabbin de la synagogue de Neuilly en 1928[1]. Il succède au rabbin Simon Debré. La synagogue devenue trop petite, le conseil d'administration, sur l'initiative de Robert Meyers, décide un agrandissement dont l'inauguration a lieu le 24 octobre 1937.

Il se marie avec la fille du Grand-rabbin Jules Bauer, Suzanne (Esther)[2]. Elle est née à Garches, le 4 octobre 1899[2]. Ils ont eu deux fils Marcel et Alexis.

À Neuilly, il organise des activités pour la jeunesse. Il s’occupe aussi de l’orphelinat de Neuilly, « le Refuge ».

Dans une entrevue au journal l’Univers israélite en 1937, il déclare :

« Je suis en d'excellents termes avec le clergé, et il y a une communauté de pensée entre catholiques, protestants et israélites. [...] Monsieur Bloud, le Maire de ville et Monsieur de Kerilis, son député, se plaisent à reconnaître cet état de concorde et de véritable fraternité humaine. »

Il est aumônier des étrangers en 1940.

Il devient rabbin d'Annecy. Il demeure au 4, boulevard Saint B. de Menthon[2]. Il aide les réfugiés allemands à passer en Suisse. Il fait passer ses deux fils en Suisse avec l'aide de la famille Besson d'Annemasse. Malgré le danger, lui et sa femme restent en France pour aider les juifs de la région.

Le rabbin Robert Meyers et son épouse sont déportés par le Convoi No. 48, en date du 13 février 1943, du Camp de Drancy vers Auschwitz, où ils sont tués[2],[3].

Il est le beau-frère de Mathieu Muller et de son épouse, née Alice Bauer.

Françoise Bettencourt Meyers est l'épouse de Jean-Pierre Meyers, le petit-fils[4] du rabbin Robert Meyers.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Historique de la synagogue et de la communauté de Neuilly », sur le site de la Synagogue de Neuilly (consulté le 22 décembre 2017)
  2. a b c et d Klarsfeld 2012
  3. Les deux sont mentionnés sur le site de la commune de Neuilly. Voir, Neuilly-sur-Seine.
  4. « Jean-Pierre Meyers, un discret banquier au cœur du système Bettencourt », sur La Libre (consulté le 22 décembre 2017)