Prix de l'Éducation nationale du Festival de Cannes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Prix de l'Éducation nationale du Festival de Cannes est une récompense annuelle attribuée entre 2003 et 2010 à un film de la sélection officielle (en compétition ou Un Certain Regard), jugé fort et présentant un grand intérêt artistique et pédagogique[1]. En conséquence, le film récompensé peut faire l'objet d'une étude future ou d'un enseignement en classe. Cette récompense est encadrée par le ministère de l'Éducation et est décernée par un jury comprenant un président professionnel du cinéma, un vice-président de l'Inspection générale, quatre enseignants et deux élèves[1]. Il n'est pas rare que ce prix ait préfiguré la Palme d'or.

Prix décernés[modifier | modifier le code]

Année Film[1] Réalisateur Pays
2003 Elephant Gus Van Sant Drapeau des États-Unis États-Unis
2004 La vie est un miracle (Живот је чудо) Emir Kusturica Drapeau de la Serbie Serbie-Drapeau de la France France
2005 Cinéma, aspirines et vautours (en) Marcelo Gomes Drapeau du Brésil Brésil
2006 Marie-Antoinette Sofia Coppola Drapeau des États-Unis États-Unis
2007 4 mois, 3 semaines et 2 jours
(4 luni, 3 săptămâni şi 2 zile)
Cristian Mungiu Drapeau de la Roumanie Roumanie
2008 Tulpan Sergei Dvortsevoy Drapeau du Kazakhstan Kazakhstan
2009 Le Ruban blanc (Das weisse Band ) Michael Haneke Drapeau de la France France-Drapeau de l'Italie Italie-Drapeau de l'Autriche Autriche-Drapeau de l'Allemagne Allemagne
2010 Des hommes et des dieux Xavier Beauvois Drapeau de la France France

Polémique concernant la censure du film lauréat en 2007[modifier | modifier le code]

Le sujet de l'avortement et sa manière d'être traité dans le film lauréat du prix en 2007  : 4 mois, 3 semaines et 2 jours de Cristian Mungiu, ont engendré une controverse en France.

Des associations anti-avortement et certaines personnalités politiques, dont la ministre du logement d'alors Christine Boutin, ont voulu interdire la diffusion du DVD pédagogique promis par le ministère de l'Éducation nationale au film détenteur de la récompense[2],[3]. Le cabinet du ministre de l'Éducation de l'époque Xavier Darcos a d'abord décidé, après visionnage, de bloquer les crédits alloués normalement à l'édition du film en DVD à 1 500 exemplaires pour faire l'objet d'une étude en collège et en lycée. Il avait affirmé répondre à un « principe de précaution » face à une œuvre jugée « trop dure » et « potentiellement choquante et déstabilisante pour des élèves ayant entre 11 et 18 ans. »[3]. Face aux vives contestations de cette censure dans le milieu enseignant et dans le monde du cinéma, largement relayées dans les médias[4], l'équipe de Xavier Darcos a finalement autorisé la diffusion du DVD[5]. Le film avait d'autre part été classé « tout public » par la commission de classification, assorti d'un bandeau d'avertissement pour les spectateurs sensibles, ce qui a facilité la décision ministérielle.

Ressources[modifier | modifier le code]

  • Le CRDP de l'académie de Nice a édité dans la collection Agir un coffret intitulé "à-propos" contenant les DVDs des films primés[6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Festival de Cannes : Prix de l'Éducation nationale », sur Ministère de l'Éducation nationale, 2003-2010 (consulté le 12 septembre 2017)
  2. « 4 mois, 3 semaines et 2 jours censuré ! », sur Comme au cinéma, (consulté le 12 septembre 2017)
  3. a et b Noël Blandin, « Prix de l'Éducation nationale », sur La République des Lettres, (consulté le 12 septembre 2017)
  4. « 4 mois, 3 semaines, 2 jours », sur Fédération syndicale unitaire, (consulté le 12 septembre 2017)
  5. Véronique Soulé, « Collégiens et lycéens verront la palme d'or », sur Libération, (consulté le 12 septembre 2017)
  6. « Coffret "à-propos" », sur Canopé, (consulté le 12 septembre 2017)