Préférences lexicographiques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dans la théorie du consommateur, les préférences lexicographiques sont des préférences pour des complexes ou paniers de biens où le consommateur regarde en priorité la quantité d’un bien et seulement en cas de même préférence il considère la quantité des autres biens. Comme pour l’ordre alphabétique des noms dans un dictionnaire, on regarde la première lettre: bateau vient avant cartable et couteau mais après armoire (a avant b et c); cartable vient avant couteau (même première lettre (c) mais a vient avant o).

Soient les paniers  \{3,1\} , \{4,0\} , \{3,2\} où le premier élément représente les biens alimentaires et le deuxième les biens de luxe[1]. Un homme affamé préfère le deuxième panier (4 > 3). Le troisième panier est en deuxième position car pour une même quantité de biens alimentaires (3), il contient 2 unités de biens de luxe au lieu de 1.

Formellement, soit  x^1 =\{q_1^1, q_2^1\}   et   x^2 =\{q_1^2, q_2^2\}   deux complexes composés des biens    q_1   et    q_2 . Le complexe  x^1   est préféré au complexe    x^2 \quad(x^1 \succ x^2)  si    q_1^1 > q_1^2   ou bien    q_1^1 = q_1^2  et    q_2^1 > q_2^2[2].

On donne souvent l’exemple de l’alcoolique où  q_1 est l’alcool. Dans les recherches empiriques, on teste ce type de préférences pour des problèmes d’environnement[3] ou de questions sociales[4].

Le deuxième principe de justice de John Rawls[5] (ou maximin[6]) implique aussi des préférences lexicographiques[7]. Ce philosophe propose de préférer le cas où l’individu le moins favorisé est le mieux traité. En cas d’égalité entre deux cas, prendre le deuxième individu le moins favorisé. Entre deux régimes économiques, ce principe implique qu’il faut choisir celui où l’individu le plus pauvre est le plus favorisé[8].

Les préférences lexicographiques ne peuvent pas être représentées par une fonction d’utilité. La condition de continuité n’est pas satisfaite[9]. En effet, soient les deux complexes   x^n =\{1 + \frac{1}{n},1\}  et   x^o =\{1,3\}. Pour tout   n > 0,  x^n \succ x^o   mais à la limite lorsque  n \to \infty ,   x^o \succ x^n.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Théorie du consommateur (microéconomie)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cet exemple s’inspire de l’homo oeconomicus B de Nicholas Georgescu-Roegen, "Choice, Expectations and Measurability", Quarterly, Journal of Economics, 1954, pp. 503-534
  2. G. Debreu, Théorie de la valeur, Paris, 1966, p. 77
  3. K. Veisten et al., "Lexicographic preference in biodiversity valuation: Tests of inconsistencies and willingness to pay", Journal of Environmental Planning and Management, 2006, pp. 167-180
  4. E.R. Jensen, "An Econometric Analysis of the Old-Age Security Motive for Childbearing", International Economic Review, 1990, pp. 953-968
  5. J. Rawls, A Theory of Justice, 1971
  6. Le maximun (max) du minimum (min). Si A= \{300,1000\} et B= \{400,500\} , B est le maximin.
  7. A.K. Sen, Collective Choice and Social Welfare, London, 1970, p. 138
  8. Dans le préambule de la Constitution fédérale suisse on dit que «la force de la communauté se mesure au bien-être du plus faible de ses membres»
  9. W. Hildenbrand and A.P. Kirman, Introduction to Equilibrium Analysis, Amsterdam, 1976, p. 41

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • A. Deaton and J. Muellbauer, Economics and consumer behaviour, Cambridge, 1980
  • G. Debreu, Théorie de la Valeur, Paris, 1966
  • A.K. Sen, Collective Choice and Social Welfare, London, 1970