Pion isolé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
a b c d e f g h
8
Chessboard480.svg
Pion noir sur case noire a7
Pion noir sur case blanche b7
Pion noir sur case blanche f7
Pion noir sur case noire g7
Pion noir sur case blanche h7
Pion noir sur case blanche d5
Pion blanc sur case blanche h3
Pion blanc sur case blanche a2
Pion blanc sur case noire b2
Pion blanc sur case blanche c2
Pion blanc sur case noire f2
8
7 7
6 6
5 5
4 4
3 3
2 2
1 1
a b c d e f g h
Les pions h3, f2 et d5 sont isolés.

Un pion isolé est un pion qui n'a plus de pion de son camp sur les colonnes adjacentes. Un pion isolé peut être redoutable en milieu de partie[1]. C'est souvent une faiblesse en finale, car il est difficile à défendre.

Ce pion isolé crée certains avantages : il peut se transformer en pion passé[2], il permet, s'il est central, de contrôler des cases importantes[2], il peut servir à attaquer la chaîne de pions adverse[2], son isolement permet souvent aux tours d'occuper les deux colonnes ouvertes ou semi-ouvertes qui lui sont adjacentes[2] (colonnes e et g dans le diagramme). Une fois que ce pion est suffisamment avancé (à partir de la cinquième traverse pour les Blancs), il permet de rendre les pièces de son camp plus actives[2] ouvrant souvent une diagonale à un fou ou de servant d'avant-poste à un cavalier[3].

La case située juste devant un pion isolé est en général une bonne case pour l'adversaire qui peut y placer une de ses pièces où elle sera protégée des attaques des tours adverses, permettant ainsi de bloquer le pion[3].

La technique de lutte contre un pion isolé, selon Jeremy Silman[2], est de commencer par l'échange des pièces légères, afin qu'elles ne puissent plus soutenir le pion, puis de l'attaquer avec une tour située sur la même colonne face à lui, tour soutenue par derrière par une dame, rendant « insoutenable » la pression sur ce pion.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Adrian Mikhaltchichine, Yaroslaw Srokowski, Vitaly Braslavsky, Isolated pawn: Theory of chess middlegame, Intelinvest Co. Ltd. (Chess Academy Series), 1995, ISBN 9-785770-758221.
  2. a, b, c, d, e et f Jeremy Silman, Murir son style par l'exemple : ou comment tirer parti des déséquilibres aux échecs, Echecs et Maths,‎ , 433 p. (ISBN 1-895525-07-1), p. 21-24
  3. a et b Aron Nimzowitsch, Le Blocage, Olibris,‎ , 120 p. (ISBN 978-2-916340-59-3), p. 23

Autres structures de pions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]