Pinaka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pinaka
Image illustrative de l’article Pinaka
LRM Pinaka en 2011.
Caractéristiques de service
Type camion lance-roquettes multiple
Utilisateurs Forces armées indiennes
Conflits Conflit de Kargil
Production
Concepteur Defence Research and Development Organisation
Année de conception 1986
Constructeur Tata Group
Larsen & Toubro
Indian Ordnance Factories[1]
Caractéristiques générales
Équipage
Longueur
Largeur
Hauteur
Masse au combat
Mobilité
Moteur
Transmission huit roues motrices
Vitesse sur route 80 km/h
Puissance massique
Autonomie

Le Pinaka (nom de l’arc de Shiva dans l'hindouisme) est un camion lance-roquettes multiple produit et développé en Inde par Defence Research and Development Organisation pour les Forces armées indiennes.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le système tire une salve de 12 roquettes de 276 kg avec une charge utile de 100 kg et de calibre 214 mm en 44 secondes d'une portée maximum de 39-42 km pour la première génération de projectiles, Le système est installé sur un camion Tatra à huit roues motrices. Ces roquettes peuvent être mises en œuvre entre - 10 et + 55 degrés Celsius[1].

Les Pinaka Mark-II, une génération de roquettes de 5,20 m de long avec une portée étendue à 75 km, sont en cours de développement et testé pour la première fois début 2017.

Une troisième génération, les Pinaka Mark-III, d'une charge utile de 250 kg et d'une portée de 120 km devrait faire ses débuts vers 2020 pour remplacer les BM-30 Smerch d'origine russe[2].

Ils sont en œuvre à partir de batteries se composant de six lanceurs, chacun avec 12 fusées, six véhicules de ravitaillement en munitions, deux véhicules de poste de commandement avec un ordinateur de contrôle de tir et un radar de conduite de tir[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Le système Pinaka est conçu et développé par deux entités privées, Tata Group et Larsen & Toubro (L & T), en association avec l’Agence de recherche et de développement en matière d’armement de l’Organisation de recherche et de développement pour la défense (DRDO) entre décembre 1986 et décembre 1992 pour un budget de 26,47 crore de ₹.

C'est l'un des rares succès du secteur privé indien dans la fabrication de matériel militaire.

Les premiers exemplaires de série sont produits en 1998. Il s'est illustré, pour la première fois en service lors du conflit de Kargil en 1999, en neutralisant avec succès les positions ennemies sur le haut des montagnes. C’est à partir de ce moment-là que le Pinaka a été introduit en nombre dans les Forces armées indiennes[1].

Les roquettes sont fabriquées par sur le site de Ordnance Factory Ambajhari (OFAJ) qui en produisent mille par an en 2012 et se déclarent à cette date prête à en sortir cinq mille par an[1].

Les deux premiers régiments de Pinaka (trois batteries de six pièces) ont été mis sur pied entre 2006 et 2010. En septembre 2016, the Cabinet Committee on Security (en) décide de créer deux autres régiement pour un coût de crore de roupies indiennes (441 million de dollars à l'époque). En novembre 2016, un appel d'offres est lancée pour six régiments additionnels pour 14 633 crores.

En décembre 2016, Tata Power SED a reçu une commande d'une valeur de plus de 200 crore de roupies indiennes pour 20 lanceurs et huit postes de commandement[3].

En 2017, on spécule un total de 22 régiments en 2026[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e (en) 5,000 Pinaka Rockets To Be Produced Every Year, 20 mars 2012 « Copie archivée » (version du 6 juin 2013 sur l'Internet Archive)
  2. a et b (en) « Pinaka Mark-III will replace russian Smerch multi-barrel rocket launcher (MBRL) : a report », (consulté le 9 septembre 2016).
  3. (en) « Indian Army to increase indigenous rocket regiments by 2022< », sur https://www.firstpost.com/, (consulté le 9 septembre 2018).