Paysage culturel de Sukur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Paysage culturel de Sukur *
Logo du patrimoine mondial Patrimoine mondial de l'UNESCO
Habitations du village
Habitations du village
Coordonnées 10° 44′ 26″ N 13° 34′ 19″ E / 10.74056, 13.5719410° 44′ 26″ Nord 13° 34′ 19″ Est / 10.74056, 13.57194
Pays Drapeau du Nigeria Nigeria
Type Culturel
Critères (iii) (v) (vi)
Numéro
d’identification
938
Zone géographique Afrique **
Année d’inscription 1999 (23e session)
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

Le paysage culturel de Sukur est situé dans la partie nord-est du Nigeria. Il est considéré comme un paysage culturel exceptionnel avec son palais du Hidi (chef), ses champs en terrasses, son village, restés inchangés pendant des siècles.

L’accès est presque impraticable et le tourisme y est très limité. Le paysage est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1999.

La communauté[modifier | modifier le code]

Les fermiers continuent d’entretenir les terrasses pour les cultures de millet ou de haricots. Le terrasses servent également pour les rituels. On y trouve des tombes et des temples.

Les forgerons utilisent encore les forges traditionnelles, manuelles, pour fabriquer les outils avec le fer que l’on trouve en abondance dans les collines. Le Hidi, roi du village, résout les disputes et prend les décisions pour toute la communuté et, dans son rôle spirituel, préside les cultes des ancêtres ainsi que les festivals religieux. Les villageois disent que son palais a été construit par deux géants qui ont disparu aussitôt le travail terminé[1].

Les villageois se disent également prêt à quelque chose de plus moderne, comme une route et une clinique par exemple.

Le baobab[modifier | modifier le code]

Il existe un baobab que les villageois demandent aux visiteurs de ne pas approcher, parce qu’il aurait le pouvoir de transformer ceux qui le touchent en hermaphrodites[1].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

La route pavée
  • DAVID Nicholas. 1996. "A new political form ? The classless industrial society of Sukur (Nigeria)", in: PWITI Gilbert & SOPER Robert (eds.). Aspects of African Archaeology. Papers from the 10th congress of the PanAfrican Association for Prehistory and Related Studies. Harare, University of Zimbabwe Publications, p. 595-600.
  • Adeoye, O. and J. Ekefre 1990. "An ethnographic research on Sukur people of Gongola State." Ms.National Museum, Yola.
  • David, N. and J. Sterner. 1995. Constructing a historical ethnography of Sukur, part I: demystification.Nigerian Heritage 4: 11-33.
  • Hickey, R. 2001. The world cultural heritage site of Sukur. Nigerian Field 66 (1): 19-28.
  • Papka, S. 1990. "The Sukur kingdom." Ms., Gongola (Adamawa) State Arts Council, Yola.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b FEATURE-Don't go near the baobab at Nigerian heritage site | Reuters