Nicolas Barré (navigateur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nicolas Barré.

Nicolas Barré, (fl. 1550-1560), navigateur et capitaine de navire de l'explorateur Nicolas Durand de Villegagnon pour l'expédition maritime vers la future colonie de la France antarctique au Brésil. Il raconta, par lettres, la chronique de cette colonie française d'Amérique du Sud.

Biographie[modifier | modifier le code]

Nicolas Barré était un marin protestant du XVIe siècle qui fut l'un des hommes recrutés par Nicolas Durand de Villegagnon pour la création de la colonie de la France antarctique au Brésil.

De Fort Coligny, créé par les colons français de l'expédition dans la baie de Guanabara, Nicolas Barré rédigea deux lettres qu'il adressa à des amis à Paris. Ces deux lettres, la première datant de 1555 et la seconde de 1556, racontent le vécu des colons et les premiers temps de la colonisation au Brésil par les Français. Les deux lettres furent publiées d'abord en 1557 sous le titre (Copies de quelques lettres relatives à la navigation de Villegagnon Chevalier, Paris, Éditions Martin le Jeune, 1557). Nicolas Barré devint ainsi le premier Français à écrire des nouvelles du voyage en France antarctique, relations de voyage qui précèdent les récits d'André Thevet (Les Singularite Antarctique de la France, autrement nommee Amérique, & les Isles Drogues illicites Terres et Découvertes Nostre du Temps, Paris, 1558 et Cosmographie Universelle, Paris, 1575 ) ainsi que le récit de Jean de Léry (Histoire faict d'Un Voyage en la terre du Brésil, 1578).

La première lettre (Discours de Nicolas Barré sur la navigation du chevalier de Villegagnon en Amérique) couvre la période du 12 juillet 1555 au 1er février 1556. Elle donne des nouvelles de la traversée de l'océan Atlantique et décrit les premières impressions des terres du Brésil et des indigènes ; la seconde raconte les querelles entre catholiques et protestants dans la colonie et les dissensions entre Villegagnon et Philippe de Corguilleray, chef de la seconde expédition qui vint renforcer la première de Villegagnon.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Marcel Carvalho, Visions de la ville coloniale de Rio de Janeiro: Une anthologie de textes (1531-1800). éditions José Olympio, Rio de Janeiro, 1999.