Musée Gutenberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Musée Gutenberg
Gutenberg Museum Apr 2011.jpg
Informations générale
Site web
Collections
Collections
Bâtiment
Protection
Bien culturel suisse d'importance nationale (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Pays
Commune
Adresse
Place de Notre-Dame 16, CH-1702 Fribourg
Coordonnées
Localisation sur la carte de Suisse
voir sur la carte de Suisse
Red pog.svg
Musée Gutenberg, rez de chaussée

Le Musée Gutenberg est un musée consacré à l'imprimerie en général et à Gutenberg en particulier, situé à Fribourg, en Suisse.

Historique[modifier | modifier le code]

Le Musée Suisse Gutenberg existe déjà dès 1900, sous la forme d'une salle Gutenberg dans le Musée historique de Berne.

En 1910, l'association Förderverein Schweizerisches Gutenbergmuseum est créée.

Jusqu'en 1985, le musée est situé à Berne.

L'idée d'établir le musée à Fribourg est née dans les années 1980 et en 1991, il a été décidé de mettre en œuvre cette idée.

En 2000, le musée est ouvert comme Musée Suisse de l'industrie graphique et de la communication.

Histoire du bâtiment[modifier | modifier le code]

Le bâtiment du musée date de l'époque de Gutenberg et est situé immédiatement au Nord Est de l'église Notre-Dame et à l'Est de Espace Jean-Tinguely-Niki-de-Saint-Phalle, au 11-16 Place Notre-Dame à Fribourg.

Les fondations et les murs du sous-sol sont faits avec des moellons dégrossis. Les étages supérieurs sont en bloc de grès. La paroi extérieure de l'Est fait partie de la muraille de la ville.

Le Musée Gutemberg en 2017 se compose de deux bâtiments différents. Les première constructions comprennent des habitations du XIIIe siècle qui sont construites au Sud contre un autre bâtiment. Entre 1523 et 1527, un maître d'œuvre, Peter Ruffinger y construit le premier grenier à blé de la ville sur des anciennes fondations[1]. Durant la construction de la deuxième partie du bâtiment sur l'aile droite au XVIe siècle, qui constitue aujourd'hui le bâtiment principal de l'ensemble et dispose d'un toit en croupe, la partie ancienne est modifiée de fa4on conséquente.

Les principaux éléments de construction sont découverts durant la première rénovation et documentent l'histoire du bâtiment. Quelques colonnes de grès et des supports en chêne constituent l'étayage dans les murs du bâtiment. Les ornements en bois sont du sculpteur Hans Geiler.

Le passage au sous sol entre les deux parties du bâtiment est une source d'informations sur l'histoire de la construction du vieux grenier à blé. Toutes les photos documentent des modifications externes de la bâtisse sur les dernières 150 années. On y trouve ainsi les vestiges d'une cage d'escalier.

Au début des années 1980, la construction doit être vidée et convertie. Une expertise du bureau des monuments historiques s'y oppose.

L'entrée principale en 2017, qui est aménagée depuis 1948 avec une double porte pour son utilisation comme caserne de pompier, se caractérise par une grande structure de métal vitrée.

L'ouverture ancienne perçue comme brute au XXe siècle est réorganisée pendant la transformation en musée. Des colonnes d'acier témoignent encore de l'utilisation comme caserne de pompier. Une couche de béton formant le sol ainsi que des colonnes en béton documentent le caractère industriel passé du bâtiment. Ces éléments sont conçus pour une protection optimale contre les incendies, mais aussi pour un entretien facilité, tout comme le chauffage au sol. Les petites différences de niveaux au sol dues aux rénovations et changement d'utilisations successives sont également nivelées.

Le bâtiment est répertorié avec le numéro 2064 dans l'inventaire des biens culturels d'importance nationale dans le canton de Fribourg.

Utilisations successives[modifier | modifier le code]

Le bâtiment est érigé et conçu comme un grenier à blé et élevé au début du XVIIIe siècle. Il n'est pas seulement le plus vieux grenier à blé de la ville, mais aussi le plus vieux grenier à blé conservé de la Suisse.

Une décision du conseil de 1786 prévoit la construction d'un nouveau grenier à blé sur le nouveau marché à blé. Jusqu'à la fin de la construction des Grenettes en 1793, le vieux grenier reste utilisé. Les Grenettes servent plus tard de caserne, puis de salle de représentation pour la ville.

L'ancien grenier à blé est utilisé ensuite comme fabrique de tabac, dès 1838 les autorités douanières l’occupent, et dès 1948 il est transformé en caserne de pompier. Fin septembre 1981 la caserne est déplacée au nord de la ville. Le bâtiment reste vide longtemps, mais reste propriété de la ville.

Une expertise de Marie-Thérèse Torche-Julmy et Walter Tschopp effectuée en 1982 sert de point de départ pour la rénovation du bâtiment en tant que monument historique.

L'imprimerie à Fribourg[modifier | modifier le code]

Pierre Canisius recommande la constitution de la première imprimerie à Fribourg

Le musée Gutenberg est situé dans l'une des villes clefs en Suisse pour le développement de l'industrie de l'imprimerie suisse. Durant les deux siècles et demi du système d'impression à Fribourg, des débuts de l'impression des livres jusqu'à la dernière imprimante sous la supervision de l'État en 1816, il y a toujours eu un atelier typographique. Pierre Canisius agit en tant force motrice pour initier à la fois une bibliothèque et un atelier d'impression pour la ville de Fribourg. Dès 1580, il réside en ville et pousse aussi à l'édification du collège Saint-Michel. Canisius est un conservateur et un obligé du pape Grégoire XIII.

Le premier imprimeur est Abraham Gemperlin (de), les plus anciens livres imprimés connus à Fribourg ont été imprimés par lui. Son client le plus important était le clergé de Fribourg. Abraham Gemperlin est venu de Rottenburg et a appris le métier d'imprimeur auprès d'Ambrosius Frobenius à Bâle. Il obtient beaucoup de commandes pour Fribourg et il pousse les autorités de Fribourg à construire un atelier d'impression. Bien que Gemperlin n'ait travaillé que douze ans comme imprimeur à Fribourg, il a eu un impact important sur l'industrie du livre.

Notes & références[modifier | modifier le code]

  1. (de) Christoph Allenspach, Weite Räume im mittelalterlichen Industriebau. In: Sonderdruck der Fondation du musée Gutenberg. S. 11., p 11

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien interne[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]