Mariage de Jigme Khesar Namgyel Wangchuck et Jetsun Pema

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mariage de Jigme Khesar Namgyel Wangchuck et Jetsun Pema
Type Mariage royal
Pays Drapeau du Bhoutan Bhoutan
Localisation Dzong de Punakha
Coordonnées 27° 37′ 00″ nord, 89° 52′ 00″ est
Date

Géolocalisation sur la carte : Asie
(Voir situation sur carte : Asie)
Mariage de Jigme Khesar Namgyel Wangchuck et Jetsun Pema
Géolocalisation sur la carte : Bhoutan
(Voir situation sur carte : Bhoutan)
Mariage de Jigme Khesar Namgyel Wangchuck et Jetsun Pema

Le mariage de Jigme Khesar Namgyel Wangchuck et Jetsun Pema s'est déroulé le à Punakha Dzong, Punakha, Bhoutan[1],[2],[3]. L'actuel roi du Bhoutan, Jigme Khesar Namgyel Wangchuck, a épousé Jetsun Pema, une roturière âgée de 21 ans, qui a pris le titre de reine Jetsun Pema Wangchuck.

Fiançailles[modifier | modifier le code]

Le , Jigme Khesar Namgyel Wangchuck avait annoncé ses fiançailles avec la jeune femme[1],[4], fille d'un pilote d'avion de ligne[5] et étudiante, de dix ans sa cadette.

Le pays a été en fête trois jours avant de célébrer les noces de son roi, 31 ans, le plus jeune souverain au monde[6].

Retentissement médiatique[modifier | modifier le code]

Ce mariage et les célébrations attenantes constituent un événement sans précédent au Bhoutan. Le ministre de l'information, Dasho Kinley, explique aux journalistes présents, environ 160, qu'il s'agit du plus grand événement médiatique international de toute l'histoire du Bhoutan[7], un pays dans lequel la télévision n'est apparue qu'en 1999.

Le pays limitant traditionnellement le nombre de ses visiteurs, aucun chef d’état étranger n’a été invité et les invités masculins ont reçu pour instruction de ne pas venir avec leurs épouses à cause du manque de place [8].

Noces bouddhistes[modifier | modifier le code]

Le Punakha Dzong, à Punakha, Bhoutan.
Le dzong de Punakha, où s'est déroulée la cérémonie.

La cérémonie bouddhiste s'est déroulée devant le dzong de Punakha, le plus ancien monastère-forteresse du pays. Portant des costumes de soie, le roi et sa fiancée ont respecté le rituel traditionnel du mariage. Le Je Khempo, le plus haut dignitaire religieux du royaume, a procédé à la purification des époux, suivie d'une visite au tombeau du roi-moine fondateur du royaume au XVIIe siècle, le shabdrung Ngawang Namgyal. Ensuite, des mains du roi, la mariée a été couronnée reine du Bhoutan devant la statue du Bhoudda, avant de recevoir des présents représentant des bénédictions de longue vie, sagesse et pureté[5].

Rupture avec la polygamie[modifier | modifier le code]

Ce mariage est considéré comme marquant un terme à la polygamie, alors que le royaume se modernise et abandonne nombre de ses coutumes traditionnelles[5]. La polygamie n'est plus pratiquée que dans des communautés nomades dans l’Himalaya. Le discours du roi, évoquant la modernisation du pays, et confirmant son choix de la monogamie, une différence marquante avec le règne de son père, ainsi que le baiser donné publiquement à son épouse, représentent des ruptures majeures avec le passé de ce pays qui vient de s’engager dans un processus progressif de démocratisation[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Mariage dans le respect de la tradition pour le roi du Bhoutan », sur Nouvel Observateur, (consulté le 15 octobre 2011)
  2. (en) « Royal Wedding: Bhutan King Weds Jetsun Pema », sur NDTV online, (consulté le 13 octobre 2011)
  3. (en) Adam Plowright, « Bhutan Gets Royal Wedding Fever », sur Google News, Agence France-Presse, (consulté le 2 octobre 2011)
  4. (en) « Bhutanese Royal Wedding to be Held in October », sur BBC News online, (consulté le 2 octobre 2011)
  5. a b c et d (en) Béatrice Le Bohec, Bhutan's royal wedding points to end of polygamy, AFP, 2011.
  6. Mariage royal au Bhoutan, TF1, 15 octobre 2011
  7. (en) Ian Williams, « With a Wedding, Television in Bhutan Comes of Age », World Blog, NBC News online,‎ (lire en ligne, consulté le 13 octobre 2011)
  8. (en) Jonathan Manthorpe, Wangchucks and Windsors: differing brands of corporate royalty, Vancouver Sun, 17 octobre 2011.