Mérésânkh IV

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mérésânkh.

Mérésânkh
image illustrative de l’article Mérésânkh IV
Stèle fausse-porte de Mérésânkh IV provenant de sa tombe à Saqqarah
Nom en hiéroglyphe
U6S29S34
Famille
Conjoint Djedkarê Isési ou Menkaouhor
Enfant(s) Khekeretnebti
Hedjetnebou
Néserkaouhor
Rêmkoui
Isésiânkh
Sépulture
Type mastaba
Emplacement Saqqarah
Découvreur Auguste Mariette

Mérésankh IV est selon les égyptologues soit l'épouse du roi Djedkarê Isési, soit comme le proposent Aidan Mark Dodson et Dyan Hilton, celle du roi Menkaouhor. Son nom signifie Elle aime la vie ou La Vivante aime.

De son union avec le roi elle aurait eu plusieurs enfants qui n'auraient pas survécu à leur parent. Certains sont inhumés à Saqqarah non loin de leur mère, les autres sont enterrés dans la nécropole d'Abousir.

Généalogie[modifier | modifier le code]

Sépulture[modifier | modifier le code]

Mérésânkh IV possède un mastaba[1] dans la nécropole de Saqqarah.

Situé au nord du complexe funéraire de Djéser il fait partie d'un groupe de mastaba installés le long de l'enceinte à redans dès le début de la Ve dynastie et comportant plusieurs tombeaux de dignitaires depuis le règne d'Ouserkaf qui installa son propre complexe funéraire à proximité de l'angle nord-est de la même enceinte.

Le monument comportait une chapelle de culte donnant sur le serdâb du tombeau et une salle dans laquelle la stèle fausse porte de la reine a été mise au jour.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. référencé N°82 ou D5 sur les cartes du site ; cette dernière référence est due à Auguste Mariette qui a fouillé le site à la fin du XIXe siècle. Cf. A. Mariette, mastaba D5, p. 182-183

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Aidan Mark Dodson et Dyan Hilton, The Complete Royal Families of Ancient Egypt [détail des éditions]
  • Gaston Maspéro, Les mastabas de l'Ancien Empire - Fragment du dernier ouvrage de A. Mariette, publié d'après le manuscrit de l'auteur, F. Vieweg, librairie-éditeur,