Luna (drone)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Le drone de reconnaissance et de guerre électronique Luna X 2000 de l'armée allemande
Une des caméras qui peut être installée sur le Luna
La station de contrôle, qui peut être installée dans un véhicule ou un "shelter" militaire

Le Luna X 2000 (Luftgestützte Unbemannte Nahaufklärungs-Ausstattung) est un drone tactique de reconnaissance et de guerre électronique, en service dans la Bundeswehr (armée de terre) depuis , et fabriqué par l'Allemand EMT Penzberg

La récupération du Luna peut se faire par un système de parachute, ou par filet, comme ici. À noter sa taille importante au regard de sa masse réduite de moins de 40 kg.

Missions[modifier | modifier le code]

Il est conçu pour des missions de reconnaissance tactique (au-delà de la colline, à plus de 65 km de distance) ; il est capable de transmettre en temps réel des données provenant de caméras de jour ou infrarouges, ou d'un radar miniature à ouverture synthétique ; il peut également prendre des photographies à haute résolution ; il peut en outre accomplir des tâches telles que la récolte d'échantillons de particules de l'atmosphère pour détecter une éventuelle contamination, des missions MRE, de guerre électronique (brouillage radio, brouillage radar), de relais radio. Il peut être doté de différentes charges de mission selon la tâche à accomplir.

Le drone est lancé par une catapulte à élastique, et suit une route préprogrammée, qui peut être modifiée en vol en cas de besoin. À la fin de sa mission, il est récupéré dans un filet, ou à l'aide d'un parachute et d'amortisseurs d'impact.

Structure[modifier | modifier le code]

Le Luna est conçu à partir d'une cellule de planeur en fibre de verre, ce qui lui procure la capacité de planer moteur arrêté pendant un moment, pour réduire la signature acoustique[1].

Emploi opérationnel[modifier | modifier le code]

Des drones Luna sont utilisés par les forces allemandes de la KFOR depuis 2000, et ont également été déployés depuis 2003 par les troupes de la Bundeswehr présentes en Afghanistan. En , il avait accumulé plus de 6000 vols opérationnels[2].

Les autorités allemandes ont reconnu avoir perdu un drone Luna en Afghanistan, sur défaillance mécanique, le . Bien qu'il ait pu se poser au sol sans trop de dommages, il a été abandonné sur place à cause de la présence d'IED et « d’insurgés »[3].

Contrats[modifier | modifier le code]

Mi-2009, 4 systèmes supplémentaires ont été commandés, portant le nombre total de drones à 40 Luna, 8 stations de contrôle, 8 catapultes, et autant de systèmes de récupération par filet.

Au printemps 2010, un contrat de vente aurait été envisagé avec le Pakistan, portant sur 4 ou 5 drones et les installations de contrôle au sol, pour un montant entre 20 et 30 millions de dollars[4],[5].

Spécifications[6][modifier | modifier le code]

  • Motorisation : bicylindre 2 temps entraînant une hélice propulsive
  • Vitesse : 70 km/h
  • Plafond opérationnel : 3500 m au-dessus du niveau de la mer
  • Autonomie : 6 heures (jusqu'à 8 heures dans certaines configurations)
  • Longueur : 2,36 m
  • Envergure : 4,17 m
  • Poids au décollage : 32 à 37 kg

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1]Site officiel du constructeur EMT Penzberg
  2. [2] Janes Defence, Objectif Luna pour la Bundeswehr
  3. "Les drones perdent le nord" "Le Mamouth", 9 août 2010
  4. [3] tribune.com.pk, consulté le 6 janvier 2010
  5. « Pakistan : Musharraf seeks to buy Luna UAVs from Germany », sur blogspot.com (consulté le 6 septembre 2020).
  6. Luna: Technical Specifications 01.2010, downloaded 2010-04-14

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :