Lucia Maria Rommel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Lucia Maria Rommel
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 77 ans)
StuttgartVoir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Enfant

Lucia Maria Rommel (née le 6 mai 1894 à Dantzig sous le nom de Lucia Maria Mollin et morte le 26 septembre 1971 à Stuttgart) est l'épouse du feld-maréchal Erwin Rommel. Elle était issue de la classe moyenne et sa famille était d'origine polonaise et italienne[1]. Elle étudia les langues (latin, anglais, français et italien). Alors qu'elle avait 17 ans elle rencontra Rommel en 1911 à l’occasion d'un bal à l'école de guerre de Dantzig et ils se marièrent le 26 novembre 1916, au grand mécontentement de sa famille car Rommel était protestant. En 1928 naquit leur fils Manfred Rommel.

Après la chute du IIIème Reich sa pension de veuvage cessa pendant quelques années de lui être payée et elle vécut un certain temps dans une pauvreté proche de la misère. Robert Heitz qui la rencontra en septembre 1948 au procès en dénazification de Karl Strölin, ancien maire de Stuttgart, fut son voisin de table à un déjeuner auquel elle avait été invitée ; il raconte que le plat principal servi lui avait semblé si peu ragoutant qu'il ne voulut pas y toucher, alors, dit-il, « voyant mon assiette quasi intacte la Maréchale me demanda sans façon si elle pouvait en disposer. Et elle la vida. »[2]

Un de ses cousins Edmund Roszczynialski, prêtre catholique et chambellan pontifical, fut assassiné par les nazis[3].

En 1967, elle fut la marraine du destroyer Rommel. Après sa mort, elle fut enterrée aux côtés de son mari.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dans ses Souvenirs de jadis et de naguère Robert Heitz écrit cependant à la page 190 : « Comme elle était née à Dantzig je commis l'erreur de lui demander si elle était d'origine polonaise, mais elle protesta hautement de son ascendance purement germanique - contre toute évidence ».
  2. Robert Heitz, Souvenirs de jadis et de naguère, p. 191.
  3. Ks. Edmunt Roszczynialski