Louis Breguet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Louis Breguet
Breguet, Louis-François, Nadar, Gallica.jpg
Louis Breguet
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Formation
Activités
Père
Antoine-Louis Breguet (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Parentèle
Abraham Breguet (grand-père)
Sophie Berthelot (nièce)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
Distinctions
Œuvres principales
Père-Lachaise - Division 11 - Bréguet 03.jpg
Vue de la sépulture.

Louis Clément François Breguet alias Louis Clément ou Louis François né à Paris le et mort à Paris le , est un horloger et physicien français établi à Paris au 39, quai de l'Horloge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Louis Breguet est le petit-fils d'Abraham Breguet et l'oncle de Sophie Berthelot, femme du biochimiste et homme politique Marcellin Berthelot et à ce titre première femme enterrée au Panthéon, à côté de son époux.

Activité professionnelle[modifier | modifier le code]

Après des études au lycée Condorcet, il participe avec le physicien Antoine Masson à la mise au point d'une bobine d'induction, perfectionnée par Heinrich Daniel Ruhmkorff et qui le rendit célèbre (bobine de Ruhmkorff). En 1844, il développa avec Alphonse Foy un télégraphe électrique à aiguille qui améliore celui de Charles Wheatstone et William Cooke[1] et sera utilisé par les chemins de fer.
Il fabrique également un miroir tournant, utilisé par Léon Foucault et par Hippolyte Fizeau pour mesurer la vitesse de la lumière en 1850.

Son fils Antoine Breguet (1851-1882) est aussi un grand inventeur, spécialiste de la dynamo électrique, du téléphone, enseignant à la Sorbonne et à l'École pratique des hautes études (EPHE) ainsi que directeur de la Revue scientifique. À tout juste trente ans, Antoine est nommé chef du Service des Installations à la première Exposition internationale de l’électricité et au Congrès des électriciens qui se tiennent à Paris en 1881. Avec Clément Ader, il présente le « théâtrophone », audition téléphonique de l’Opéra, qui constitue le plus grand succès de l’Exposition internationale. Antoine Breguet meurt d'épuisement en 1882.

Mort[modifier | modifier le code]

Louis Clément François Breguet meurt en 1883 au 39, quai des Horloges dans la maison dans laquelle son grand-père s'était établi horloger en 1775 (voir maison d'horlogerie Bréguet). Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise dans la chapelle familiale (division 11) aux côtés de son grand-père Abraham († 1823) et de son fils Antoine († 1882), polytechnicien, directeur de la société anonyme Bréguet, rue Didot, mort prématurément à l'âge de 31 ans.

Distinction et hommage posthume[modifier | modifier le code]

Il est élu membre libre de l'Académie des sciences en 1874.

Son nom est inscrit sur la Tour Eiffel.

Descendance de Louis Clément François Breguet[modifier | modifier le code]

Parmi les nombreux descendants de Louis Breguet, on rencontre plusieurs personnalités notoires.

  • Louis Clément François Breguet (1804-1883), horloger à Paris, épouse en 1833 Eugénie Caroline Lassieur (1815-1889).
    • Louise Breguet (1847-1930) épouse en 1868 Ludovic Halévy (1834-1908), dramaturge, romancier, membre de l'Académie française.
    • Antoine Breguet (1851-1882), ingénieur, épouse en 1877 Marie Eugénie Dubois (1858-1903).
      • Madeleine Camille Breguet (1878-1900) épouse en 1898 Jacques Bizet (1872-1922), fils du compositeur Georges Bizet
      • Louis Charles Breguet (1880-1955), avionneur, épouse en 1902 Nelly Henriette Julia Girardet (1881-1941).
        • Antoine Breguet (1903-1989) épouse en 1930 Meryem Collier de La Marlière (1904-1943).
          • Martine Breguet (1931) épouse en 1956 André Célarié (1922), journaliste.
        • Pierre Breguet (1918-1993) épouse Nicole Larue.
      • Jacques Eugène Henri Breguet (1881-1939)
    • Madeleine Breguet (1853-1877) épouse en 1872 Jules Antoine Charles Taschereau (1843-1918)
      • Henriette Caroline Taschereau (1853-1877) épouse en 1900 Albert Comte

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis-François-Clément Breguet : Télégraphie électrique : son avenir, poste aux lettres électrique, journaux électriques, suivi d'un aperçu théorique de télégraphie. Paris : Librairie scientifique industrielle de L. Mathias (Augustin), 1849. (Lire en ligne)
  • Patrick Cabanel, « Louis-Clément Breguet », in Patrick Cabanel et André Encrevé (dir.), Dictionnaire biographique des protestants français de 1787 à nos jours, tome 1 : A-C, Les Éditions de Paris Max Chaleil, Paris, 2015, p. 461 (ISBN 978-2846211901)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Télégraphe Bréguet collectionhistorique.orange.com, consulté en mars 2018