Le Brésil, Terre d'avenir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Le Brésil, Terre d’avenir)
Aller à : navigation, rechercher
Le Brésil, terre d'avenir
Auteur Stefan Zweig
Genre Littérature de voyage
Date de parution 1941

Sur les autres projets Wikimedia :


Le Brésil, terre d'avenir (allemand: Brasilien, ein Land der Zukunft; portugais: Brasil, País do Futuro[1]) est un des derniers livres de Stefan Zweig, publié en 1941.

En exil au Brésil en 1940 et en 1941 (il avait découvert une première fois le pays lors d'un court voyage en 1936), Stefan Zweig exprime dans ce livre son enthousiasme pour cette terre et ses habitants qui l'ont immédiatement séduits. La beauté de l'une, la chaleur, la cordialité, le pacifisme des autres, l'enchantent et représentent pour lui une sorte d'antithèse pleine d'espoir d'une Europe en proie à la guerre qui l'attriste profondèment (c'est à peu près en même temps qu'il écrit ses mémoires, Le Monde d'hier. Souvenirs d'un Européen, pleine de nostalgie pour un monde et une époque qu'il sait perdus).

Ce livre réunit une partie consacrée à l'histoire, une à l'économie, une à la culture, puis de plus courtes notices portant sur les grandes villes, le bassin de l'Amazonie, sur les grands produits de l'économie du pays, l'or, le café, le sucre, le tabac... Le tableau en est idyllique[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Une expression qu'avait utilisé Pero Vaz de Caminha, secrétaire de la flotte amirale de Cabral, dans sa fameuse lettre : "Isso aqui ainda vai ser o país do futuro..."
  2. Il lui sera d'ailleurs reproché d'avoir excessivement idéalisé la société brésilienne à une époque où elle subissait également une dictature : "La situation politique et économique est beaucoup moins riante cependant que la vision de Stefan Zweig, et le jardin d'Eden connait trop de problèmes pour que les Brésiliens se reconnaissent dans ce tableau d'un paradis des premiers âges, candide et pacifié", Stefan Zweig. L'ami retrouvé, Dominique Bona, Paris, Grasset, 2010, p.414