La Petite Gardeuse d'oies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Petite Gardeuse d'oies
Image illustrative de l'article La Petite Gardeuse d'oies
Le cheval Falada et la gardeuse d'oies. Johann-Mithlinger-Siedlung, Raxstraße 19, Vienne (Autriche)
Conte populaire
Titre La Petite Gardeuse d'oies
Titre original Die Gänsemagd
Autre(s) titre(s) La Gardeuse d'oies
Aarne-Thompson AT 533
KHM KHM 89
Folklore
Genre Conte
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Époque XIXe siècle
Version(s) littéraire(s)
Publié dans Frères Grimm, Kinder- und Hausmärchen

La Petite Gardeuse d'oies, ou La Gardeuse d'oies (en allemand : Die Gänsemagd) est un conte de Jacob et Wilhelm Grimm. Il porte le numéro KHM 89.

L'histoire[modifier | modifier le code]

Illustration de H.J. Ford (1889).

Une princesse doit quitter sa mère la reine pour rejoindre l'époux qui lui est destiné. Celle-ci, entre autres présents, lui fait don d'un mouchoir sur lequel elle dépose trois gouttes de son sang, et d'un cheval nommé Falada, doué de la parole ; elle la confie aux soins d'une camériste.

En chemin, la princesse demande à deux reprises à sa suivante de puiser de l'eau pour elle avec un gobelet, mais celle-ci refuse avec hauteur. La deuxième fois, en se penchant pour boire, la jeune fille perd le précieux mouchoir que lui avait donné sa mère, et par là toutes ses forces.

La camériste, comprenant qu'elle est désormais à sa merci, l'oblige à échanger ses habits avec elle et prend sa place en lui faisant promettre de ne jamais révéler le secret. Arrivée au château, la camériste épouse le prince par tromperie, alors que la jeune princesse est obligée de garder les oies du roi. La camériste fait ensuite tuer le cheval Falada, de peur qu'il ne révèle toute l'histoire. Mais la princesse parvient à faire accrocher la tête du cheval au-dessus d'une porte de la ville et le salue tristement chaque jour en passant. Or même morte, la tête a toujours le pouvoir de parler et lui répond invariablement :

Ô jeune reine, comme tu vas là, si ta mère savait cela, son cœur volerait en éclats[1].

La princesse est trahie auprès du vieux roi par un petit garçon qui l'accompagne aux prés et qui a remarqué ses cheveux d'or et ses échanges avec la tête de cheval. Elle refuse de dire au roi son secret, mais accepte finalement de le confier à un poêle de fonte, ce qui permet au roi de découvrir toute l'histoire, et d'apprendre que la gardeuse d'oies est en réalité la vraie princesse. Il en informe son fils, qui se réjouit car il a remarqué la beauté de la jeune fille. On organise un festin, à la fin duquel le vieux roi demande à la fausse reine ce que mériterait une personne qui se serait conduite de telle manière, en évoquant sa propre histoire. La suivante suggère un supplice, qui lui est aussitôt appliqué : elle périt dans un tonneau hérissé de clous, traîné par deux chevaux. La véritable princesse épouse le prince.

Commentaires et analogies[modifier | modifier le code]

Ce récit avait été raconté aux frères Grimm par Dorothea Viehmann. Il figure dans les Contes de l'enfance et du foyer depuis la première édition (1815), dans laquelle il portait le numéro 3 (à partir de la 2e : 89). Il a été l'un des premiers du recueil à avoir été illustré, par Ludwig Emil Grimm (de) (1825) puis par George Cruikshank (1826). Il est associé au conte-type ATU 533 (La Tête de cheval qui parle) dans la classification Aarne-Thompson-Uther.

Le thème de l'échange de vêtements sous la contrainte au point d'eau, suivi du mariage par tromperie apparaît dans différentes versions du conte générique russe Front-de-cuivre (il s'agit du fils du tsar et de son valet).

Un poêle de fonte se retrouve dans le conte du même nom, Le Poêle de fonte (en allemand : Der Eisenofen, KHM 127) : un prince est condamné par une sorcière à rester enfermé dans le poêle, au fond d'une forêt. Le conte se rattache au thème d’Amour et Psyché.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. En allemand : „o du Jungfer Königin, da du gangest, / wenn das deine Mutter wüßte, / ihr Herz thät ihr zerspringen.“

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :