Georges Klein de Kleinenberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Klein de Kleinenberg)
Klein de Kleinenberg
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
Saint-Germain-en-Laye (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
MilitaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Arme
Grade militaire
Conflit
Distinction
Archives conservées par

Georges Charles Benjamin Klein de Kleinenberg est un général de cavalerie français, qui a participé aux guerres de la Révolution, de l'Empire, à l'expédition d'Espagne en 1823 et à l'intervention en Belgique en 1831.

Issu d'une ancienne maison allemande, il est le fils de Jean-Georges Klein de Kleinenberg, colonel à la suite du régiment des hussards d'Eterhazy et de Catherine Cléophé de Langenhagen. Il est né le à Fortschwihr (Haut-Rhin). Marié le avec Marie-Hortense Hoener, il est décédé à Saint-Germain-en-Laye (Yvelines), le .

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1811, Kleinenberg intègre le prestigieux régiment des chasseurs à cheval de la Garde impériale (peinture de Théodore Géricault, 1812).

Carrière sous la Révolution et l'Empire[modifier | modifier le code]

Entré au 3e régiment de hussards le , avant même d'avoir 16 ans, ses services furent réellement pris en compte à partir du (20 fructidor an 5). Brigadier le et maréchal des logis le , il fit les campagnes de Hollande entre 1796 et 1798 avant de passer à l'armée du Rhin (1799-1800), puis à l'Armée des côtes de l'Océan (1803-1805). Avec le 3e hussards il prit part aux combats de la Grande Armée de 1805 à 1807. Sous-lieutenant le , il est blessé de cinq coups de lance à la tête à la bataille de Hoff () et d'un coup de feu au genou droit le à la bataille de Friedland.

Toujours avec le 3e hussards, il passe en Espagne dès 1808 : nommé lieutenant le , il participe aux opérations au Portugal avant d'être nommé capitaine le . En décembre, il entre comme lieutenant (rang de capitaine) au régiment de chasseurs à cheval de la Garde impériale (). Après la campagne de Russie, il est nommé capitaine (avec rang de chef d'escadron) et participe avec les chasseurs à cheval de la Garde impériale aux campagnes de Saxe (1813) et de France (1814). À la bataille de Waterloo, le , il capture un drapeau de la King's German Legion, avant d'avoir son cheval tué sous lui.

La Restauration[modifier | modifier le code]

Licencié avec le régiment des chasseurs à cheval de la Garde impériale le , il est nommé chef d'escadron au 3e régiment de hussards (hussards de la Moselle) le , puis lieutenant-colonel au même régiment le . Pendant la campagne d'Espagne de 1823, au combat de Tramaced le , il tua de sa main un officier supérieur au centre de son escadron (cité à l'ordre de la brigade). Il participe avec son régiment au siège de Lérida et reste en Espagne jusqu'en 1824. Après la Révolution de 1830, il fut nommé colonel du 14e régiment de chasseurs à cheval le , mais en fait 4 jours après, il prit réellement le commandement du 5e régiment de hussards le . Avec ce régiment, il participe aux opérations en Belgique en 1831 et 1832. Nommé maréchal de camp (général de brigade) le , il commande le département de la Marne le , puis celui du Jura le , avant d'être classé dans la section de réserve le . Il fit valoir ses droits à la retraite le .

Décorations[modifier | modifier le code]

  • chevalier de la légion d'honneur, le
  • officier de la légion d'honneur, le
  • commandeur de la légion d'honneur, le
  • chevalier de Saint Louis, le
  • chevalier de 2e classe de l'ordre de St Ferdinand (Espagne), le

Source[modifier | modifier le code]

  • Registre des officiers du 5e Hussards, 2 Yb 2429, SHD, Vincennes

Bibliographie[modifier | modifier le code]