Kakko

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Trois caractères japonais Cette page contient des caractères japonais. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

Kakko (羯鼓) : tambour à baguettes.
Image illustrative de l’article Kakko
Kakko

Classification tambour
Famille instrument à percussion
Instruments voisins Tsuzumi, Den-den daiko, Taiko, Ōtsuzumi, Shime-daiko

Le kakko (羯鼓 ou 鞨鼓?) est un tambour japonais d'origine sino/indienne, à deux têtes . Les différences entre le kakko et le tambour de taiko résident dans leur mode de fabrication.

Historique[modifier | modifier le code]

Ce tambour, fut introduit au Japon, depuis la Chine, au VIIe siècle. Il est joué par un musicien agenouillé, qui le frappe avec deux bâtons minces. Il sert à définir le rythme du togaku (musique de la première dynastie Tang). Le kakko est utilisé dans la musique de théâtre et kabuki, mais aussi dans le min'yō (民謡?), musique folklorique japonaise. Il est souvent joué avec son grand homologue, l'ōtsuzumi (大鼓?) (litt. « grand tsuzumi », aussi appelé ōkawa (大革??, litt. « grande peau »), qui est un tambour japonais en forme de sablier. Il s'agit d'une version plus grande du tsuzumi, ou kotsuzumi un tambour japonais d'origine sino/indienne[1].

Description[modifier | modifier le code]

Le Kakko (ou 鞨 鼓) est un tambour à membrane à double tête d'une profondeur de 26,7 cm. Comme le Shime-Daiko dérivé d'un mot plus grand "tsukeshime-daiko" (締 め short), et le tsuzumi, la peau des têtes est d'abord étirée sur des cerceaux en métal avant d'être placée sur le corps, en les attachant les unes aux autres et en les resserrant. Les tambours Kakko sont généralement posés de chaque côté sur des supports afin de pouvoir être joués avec des bâtons appelés bachi sur les deux têtes. Le joueur doit s'assurer que la peau des têtes du tambour restent aussi resserrées que possible, elles sont très coûteuses, ce qui nécessite une attention particulière et des soins fréquents pour préserver leur bonne qualité sonore.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Les tambours Kakko ont été utilisés dans des ensembles de taiko, mais ils sont également utilisés dans la musique de cour japonaise plus ancienne appelée gagaku. Le kakko est dérivé du jiegu chinois , un tambour populaire en Chine pendant la dynastie Tang , tout comme le galgo coréen. Comme le Shime-daiko il est utilisés dans divers ensembles de musique japonaise, du nagauta (唄) auhayashi (囃 子), taiko (鼓), dans la musique folklorique et dans des ensembles de min'yō (謡). .

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]