John Taylor (mormonisme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir John Taylor et Taylor.
John Taylor
Illustration.
John Taylor.
Fonctions
3e président de l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours

(9 ans, 10 mois et 26 jours)
Prédécesseur Brigham Young
Successeur Wilford Woodruff
Président du Collège des douze apôtres

(2 ans, 4 mois et 19 jours)
Président Brigham Young
Prédécesseur Orson Hyde
Successeur Wilford Woodruff
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Westmorland
Date de décès (à 78 ans)
Lieu de décès Salt Lake City
Nationalité Britannique
Conjoint Voir section
Enfants 34 enfants
Religion Mormon

Signature de John Taylor

John Taylor (mormonisme)
Présidents de l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours

John Taylor ( - ) était un dirigeant et homme politique mormon, qui fut le 3e président de l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours de 1877 à sa mort. Successeur de Brigham Young, il est le seul président de l'Église qui soit né en dehors des États-Unis[1].

Sous sa présidence, il favorise l'expansion du mormonisme et fait établir des colonies au Mexique, notamment dans les États du Sonora et de Chihuahua.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

John Taylor naquit en 1808 dans la région de Westmoreland dans le Nord-Est de l'Angleterre. Ses parents, James et Agnes Taylor le firent baptiser dans l'Église anglicane peu après sa naissance. À l'âge de 16 ans environ, il quitta l'Église anglicane pour devenir méthodiste. L'année suivante, il fut nommé exhortateur, c'est-à-dire prédicateur laïque, dans cette Église, une responsabilité rare pour un homme si jeune. En 1830, les parents de John Taylor, ainsi que d'autres membres de sa famille émigrèrent à Toronto (Canada), le laissant en Angleterre pour vendre la ferme et pour régler d'autres affaires de famille. Quand il eut terminé, il quitta l'Angleterre à destination de New York. Après quelques mois passés à New York, il rejoignit ses parents à Toronto, où il continua à être membre de l'Église méthodiste et commença à prêcher. À cette époque, il rencontra Leonora Cannon, elle aussi méthodiste fervente qui avait récemment immigré d'Angleterre au Canada. Ils se marièrent le 28 janvier 1833 à Toronto.

Conversion[modifier | modifier le code]

Pendant son séjour au Canada, John Taylor se joignit à un groupe d'amis pour étudier sérieusement la Bible et pour approfondir sa compréhension de la vérité. Ce fut à cette époque de recherches spirituelles intenses que Parley P. Pratt, membre du Collège des douze apôtres de l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours, fut envoyé en mission à Toronto. Il logea et tint des réunions chez une veuve, voisine de John Taylor, et fut présenté au groupe d'amis de John Taylor qui se réunissaient pour rechercher la vérité. John Taylor entama une étude minutieuse de la doctrine de la nouvelle Église. Il s'y consacra pendant trois semaines et suivit Pratt dans ses déplacements. Il nota et étudia les discours de Parley P. Pratt et les compara aux Écritures. Après un certain temps, il fut convaincu de la véracité du message de Parley P. Pratt. John et Leonora Taylor furent baptisés le 9 mai 1836.

Membre de l'Église[modifier | modifier le code]

Début du ministère[modifier | modifier le code]

Portrait de John Taylor, troisième président de l'Église.

Peu de temps après son entrée dans l'Église, John Taylor reçut l'appel d'officier comme président de l'Église au Canada, office qu'il détint pendant un peu plus d'un an. En mars 1837, il se rendit à Kirtland (Ohio), où il rencontra Joseph Smith. Rapidement, il se forma entre les deux hommes un lien d'amitié et de confiance qui ne devait jamais se briser.

Appel à l'apostolat[modifier | modifier le code]

À l'automne 1837, John Taylor fut appelé par Joseph Smith à venir s'installer à Far West (Missouri), pour remplir une place vacante dans le collège des douze apôtres (il fut ordonné de façon officielle en décembre 1838).

Épisode de la prison de Carthage[modifier | modifier le code]

John Taylor se rendit volontairement à la prison de Carthage, où Joseph Smith et son frère Hyrum furent illégalement emprisonnés le 25 juin 1844. Bientôt il fut clair que les émeutiers de Carthage n'avaient pas l'intention de les relâcher et qu'ils étaient en danger. Le 27 juin, d'autres membres de l'Église venus de Nauvoo à Carthage, firent des démarches pour essayer d'obtenir que justice soit faite. L'après-midi, il ne restait que John Taylor et l'apôtre Willard Richards dans la prison avec Joseph et Hyrum. Ayant prévu de rassembler les frères de Nauvoo pour délivrer le prophète Joseph, John Taylor dit : « Frère Joseph, si vous le permettez et donnez votre accord, en cinq heures je vous sortirai de cette prison, même si, pour cela, elle doit tomber[2] ». Joseph refusa cette façon d'agir.

Conscient que leur position derrière la porte ne pouvait plus être maintenue face aux émeutiers, John Taylor s'élança vers la fenêtre mais fut atteint par plusieurs balle tirées de l'intérieur. Bien que grièvement blessé il survécut à l'attaque et fut plus tard ramené chez lui à Nauvoo par plusieurs frères.

Auteur[modifier | modifier le code]

Lorsqu'il fut membre du Collège des Douze, John Taylor consacra son temps à la proclamation et la défense de l'Évangile et à l'écriture en tant que rédacteur du Times and Seasons, du Wasp et du Nauvoo Neighbor, tous des journaux de Nauvoo. Plus tard, lorsqu'il présida l'Église dans l'Est des États-Unis, il fut le rédacteur et l'éditeur du Mormon, hebdomadaire newyorkais, qui présentait la doctrine de l'Église. Ses livres comprennent deux commentaires de doctrine, The Government of God et An Examination into and an Elucidation of the Great Principle of the Mediation and Atonement of Our Lord and Saviour Jesus Christ.

Missionnaire[modifier | modifier le code]

John Taylor fit quatre missions à plein temps : deux en Grande Bretagne, une en France et en Allemagne et une à New York. En tout, il passa plus de sept ans en mission à plein temps.

Trente ans avant de devenir président de l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours, John Taylor fut, en qualité d'apôtre, missionnaire en France. C'est le 7 octobre 1849 que John Taylor fut appelé par Brigham Young à prêcher en France, activité qui se déroula en 1850 et 1851.

En tant qu'apôtre et plus tard en tant que président de l'Église, le président Taylor exhorta continuellement les saints des derniers jours à aimer et à fortifier leur famille. Il recommanda aux membres de l'Église de réserver une soirée par semaine pour étudier l'Évangile et pour se distraire en famille. Il leur promit la paix et l'amour, la pureté et la joie qui rendraient leur vie de famille idéale s'ils appliquaient fidèlement le principe d'une soirée familiale[3].

Présidence[modifier | modifier le code]

En 1878, John Taylor organisa de façon officielle la Primaire, pour un enseignement plus efficace des enfants dans l'Église. En 1880, il devint président de l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours. L'une des œuvres les plus importantes de sa présidence consista à mettre de l'ordre dans les collèges de la prêtrise et à les exhorter à accomplir leurs devoirs. Il donna l'instruction aux évêques de tenir des réunions hebdomadaires de la prêtrise dans leur paroisse et il conseilla aux présidents de pieu de tenir des réunions mensuelles de la prêtrise de pieu. Il établit des conférences de pieu trimestrielles dans toute l'Église.

Les saints des derniers jours pratiquaient le mariage plural depuis l'époque de Joseph Smith à Nauvoo. Dans les années 1860 et 1870, le gouvernement des États-Unis vota des lois qui interdisaient le mariage plural et refusaient le statut d'État et d'autres droits au Territoire de l'Utah et à ses citoyens.

Durant la dispute grandissante au sujet de la polygamie, John Taylor apprit que des officiers gouvernementaux s'apprêtaient à l'arrêter. Il se cacha dans différents endroits en Utah. Bien qu'absent de la vie publique, il continua à diriger l'Église par le moyen de lettres et d'instructions orales données à des proches en qui il avait confiance. Au début de l'année 1887, sa santé commença à se détériorer. Pendant plusieurs mois il résista à la maladie et dit à ses proches qu'il se rétablirait bientôt, mais en juillet il fut manifeste que son état était grave. Le soir du 25 juillet 1887, le président Taylor s'éteignit chez Thomas Roueché, à Kaysville (Utah).

Mariages[modifier | modifier le code]

Margaret Young Taylor, présidente de l'organisation des Jeunes Filles mormones.

Comme son prédécesseur, Brigham Young, Taylor poursuit la pratique du mariage plural. Il eu ainsi huit femmes et 34 enfants.

  • Leonora Cannon (1796-1868)
  • Elizabeth Kaighin (1811-1895)
  • Jane Ballantyne (1813-1901)
  • Mary Ann Oakley (1826-1911)
  • Sophia Whitaker (1825-1887)
  • Harriet Whitaker (1825-1882)
  • Margaret Young (1837-1919)
  • Joséphine Elizabeth Roueche (1860-1943)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • John Taylor
    • [Aux amis de la vérité religieuse, Paris, 1852
    • De la nécessité de nouvelles révélations prouvée par la Bible, Paris 1852
    • Traité sur le baptême, Paris 1853
  • Enseignements des présidents de l'Église - John Taylor (1808-1887) (Salt Lake City, 2002)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Smith 1992 1439
  2. B. H. Roberts, The Life of John Taylor, 1963, pp. 134-135
  3. « Home Evening », par Joseph F. Merrill, Improvement Era, janvier 1918, p. 203