Jean Carteron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean Carteron
Image dans Infobox.
Jean Carteron (1926-2011), fondateur de Steria
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activités

Jean Carteron est un ingénieur informatique et entrepreneur français, né à Paris 14e le et mort le à Rueil-Malmaison[1],[2],[3].

Origines et formation[modifier | modifier le code]

Il a grandi dans le quartier du Marais, à Paris (8, rue Saint-Paul). Son père était représentant de commerce (dans les cuirs et peaux), ses grands-parents paternels épiciers, et son grand-père maternel avait tenu jusqu'à son décès en 1914 une maison de négoce de meubles avec l'Amérique du Sud (installée au 14 rue de Birague)[4].

Il a fréquenté l'école des Francs-Bourgeois (jusqu'au baccalauréat), puis le lycée Saint-Louis (préparation aux concours scientifiques).

Il est diplômé de l’École polytechnique (promotion 1945[5]) et de l'ENST (aujourd'hui Telecom ParisTech).

Carrière[modifier | modifier le code]

Sa carrière professionnelle a fait l'objet d'un article académique, qui constitue la source principale de la présente notice : "Jean Carteron, biographie d'un pionnier de l'informatique"[6], de Pierre Mounier-Kuhn[7] (CNRS-Université Paris-Sorbonne), publié (en anglais) par l'Institute of Electrical and Electronics Engineers (IEEE).

Ingénieur du corps des Télécom, Jean Carteron a débuté dans le secteur public[8], d'abord au sein de l'administration des PTT (1950-1952) : au Service des recherches et du contrôle technique (SRCT) et au Centre national d'études des télécommunications (CNET), puis à la Direction des études et recherches de l'EDF (1953-1962), où il fut chargé de créer le département informatique[9].

Il a ensuite rejoint le secteur privé. Entre 1963 et 1969, il a dirigé la SACS (Société d'Analyses et de Conception de Systèmes, groupe SEMA). En , il a fondé Steria (Société d'Étude et de Réalisation en Informatique et Automatisme)[10].

Sur son expérience de chef d'entreprise, il a écrit : Steria, 30 ans de création continue[11],[12].

Autres engagements[modifier | modifier le code]

Il a été actif au sein de l'Association française pour la cybernétique économique et technique (l'AFCET, qu'il a présidée à deux reprises), le secrétaire général et le trésorier de l'International Federation for Information Processing (IFIP) entre 1965 et 1969 (et son représentant français jusqu'en 1981) et le premier président de l'Association pour l'histoire des télécommunications et de l'informatique (AHTI, 2000-2004)[13].

Témoignage[modifier | modifier le code]

Dans l'introduction de ses mémoires personnels[14], il écrit : “Mon premier propos est de noter à quel point ma génération aura vécu une période de transition forte. On peut certainement le dire de toutes les générations, mais j’aimerais que mes petits-enfants aient conscience du saut que nous avons effectué. J’ai vécu dans des maisons sans électricité, ni eau courante, ni sanitaires. J’ai connu l’agriculture du cheval et du fauchage à la main, l’absence totale de vacances et la valeur de chaque morceau de pain. Nos petits-enfants doivent apprendre la fragilité de notre environnement moderne et automatisé."

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre MOUNIER-KUHN, « Décès de Jean CARTERON, fondateur de Steria », sur Musée de l'Informatique - expositions temporaires et permanentes sur l'histoire de l'informatique (consulté le 27 mai 2019)
  2. « Disparition de Jean Carteron, fondateur de la SSII Steria - Le Monde Informatique », sur LeMondeInformatique (consulté le 27 mai 2019)
  3. « Steria perd son fondateur, Jean Carteron », sur LeMagIT,
  4. Mémoires personnels de Jean Carteron (non publiés) et archives de sa famille.
  5. « ANCIENS ELEVES WEB - Notice complète », sur bibli-aleph.polytechnique.fr (consulté le 22 août 2018)
  6. (en) « Jean Carteron », sur IEEE, Annals of The History of Computing, vol. 32, p.82-89, janvier-mars 2010
  7. « Pierre Mounier-Kuhn », sur EHESS, Centre Alexandre-Koyré
  8. Sur la première partie de la carrière de Jean Carteron, se référer aussi à l'ouvrage de Pierre Mounier-Kuhn, L'informatique en France de la Seconde Guerre mondiale au Plan Calcul-L'émergence d'une science (coll. Centre Roland-Mousnier, préface Jean-Jacques Duby, Presses de l'Université Paris-Sorbonne (PUPS), 720 p., 2014) : il y est cité à dix-neuf reprises.
  9. Pierre-E. Mounier-Kuhn, in "Jean Carteron", IEEE Annals of The History of Computing et L'informatique en France de la Seconde Guerre mondiale au Plan Calcul, ibid.
  10. « "I am Steria", vidéo récapitulative des réalisations de l'entreprise (1969-2009), par l'agence cumi. », sur youtube,
  11. Le Cherche Midi éditeur, 194 p., 1999.
  12. « Steria : 30 ans de création continue | La Jaune et la Rouge », sur www.lajauneetlarouge.com (consulté le 11 juillet 2018)
  13. « L'Association pour l'Histoire des Télécommunications et de l'Informatique. »
  14. Non publiés (diffusion familiale).

Liens externes[modifier | modifier le code]