Jañaözen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Janaozen
Blason de Janaozen
Héraldique
Administration
Pays Drapeau du Kazakhstan Kazakhstan
Province (oblys) Manguistaou
District Ville à statut régional
Démographie
Population 106 221 hab. (2014[1])
Géographie
Coordonnées 43° 18′ 00″ nord, 52° 48′ 00″ est
Altitude 171 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Kazakhstan

Voir sur la carte administrative du Kazakhstan
City locator 14.svg
Janaozen

Janaozen (en kazakh : Жаңаөзен, Jañaözen, « nouvelle rivière » ; en russe : Жанаозен) est une ville du Kazakhstan, située au sud-ouest d'Aktaou, dans l'oblys de Manguistaou. La ville est englobée dans le district de Karakia, mais n'en fait pas administrativement partie, étant considérée comme « ville à statut régional » (en russe : город областного значения). Elle comptait 106 221 habitants en 2014[1].

Avant 1992, la ville portait le nom de Novy Uzen (en russe : Новый Узень).

Histoire[modifier | modifier le code]

La création de la ville date de 1968, en appui des activités d'extraction de gaz et de pétrole, ainsi que de distribution de gaz[2].

2011 : la grève du pétrole[modifier | modifier le code]

En mai 2011, les ouvriers de l'exploitation pétrolière d'Oznmunaigas débutent une grève sur des revendications salariales. La grève est déclarée illégale par les tribunaux locaux et la compagnie pétrolière publique licencie près de 1 000 personnes[3].

Quelques-uns d'entre eux occupent alors la place centrale de la ville en signe de protestation. Le 16 décembre 2011, la police est accusée d'avoir ouvert le feu sur eux[4]. Quinze personnes (ouvriers et membres des forces de l'ordre) sont tuées, selon les sources officielles, alors que les mouvements d'opposition en dénombrent plusieurs douzaines[5].

Ce jour-là, des locaux officiels, un hôtel et un bureau de la compagnie pétrolière d'État sont incendiés, selon le procureur général Askhat Daulbayev[4]. Quatre-vingt-six personnes sont blessées dans les affrontements, selon les autorités. En raison du manque de lits dans les hôpitaux de Janaozen, nombreux sont ceux qui seront soignés à la capitale régionale Aktaou, située à près de 150 km[5]. Le 17 décembre, l'état d'urgence est déclaré, les routes d'accès à Janaozen étant alors bloquées, tout comme les vols arrivant à l'aéroport local. De même, les réseaux de téléphonie mobile et les connexions Internet sont neutralisés[5].

Procès et allégations d'abus et de torture[modifier | modifier le code]

Mai 2012 voit, à Aktau, l'ouverture du procès contre les manifestants. De nombreux plaignants dénoncent des menaces physiques, voire des tortures, subies dans les locaux de la police et durant leur interrogation[3]. Quelques témoins signalent également des tentatives d'extorsion de faux témoignages, exercées par la police.
Deux procès, impliquant des officiels de la sécurité, sont également ouverts.

Mouvements de soutien[modifier | modifier le code]

Le chanteur populaire kazakh Bavyrjan a enregistré une chanson critiquant ouvertement le président Noursoultan Nazarbayev, l'accusant de n'avoir pas voulu écouter les manifestants de Janaozen. Le chant fut censuré par le gouvernement[3].

Géographie et situation[modifier | modifier le code]

La ville est située dans le désert de la péninsule de Manguistaou, au bord de la mer Caspienne, dans l'oblys de Manguistaou.

Économie[modifier | modifier le code]

L'activité de la commune est essentiellement tournée vers l'extraction et l'exploitation du gaz et du pétrole.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Altynay Sapargalieva (en), née en 1989 à Janaozen, est une chanteuse populaire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]