Ischia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ischia
Pithécuse (el)
Sant'Angelo d'Ischia
Sant'Angelo d'Ischia
Géographie
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Archipel Îles Phlégréennes
Localisation Mer Tyrrhénienne, au nord du golfe de Naples
Coordonnées 40° 43′ 35″ N, 13° 54′ 33″ E
Superficie 46,3 km2
Côtes 34 km
Point culminant Mont Époméo (787 m)
Géologie
Géologie Île volcanique
Type Volcan de subduction
Activité Actif
Dernière éruption 1302
Code GVP 211030
Administration
Région Drapeau de la région de Campanie Campanie
Province Naples
Démographie
Population 62 027 hab. (2009)
Densité 1 339,68 hab./km2
Plus grande ville Ischia
Autres informations
Géolocalisation sur la carte : Italie
(Voir situation sur carte : Italie)
Ischia
Ischia
Îles en Italie

Ischia [ˈiskja] est une île italienne située en mer Tyrrhénienne, au nord du golfe de Naples, dans le groupe des îles Phlégréennes. Elle couvre une surface de 47 km2, mesure 10 km d'est en ouest et 7 km du nord au sud. Ses quelque 62 000 habitants[1] en font la troisième île italienne par sa population, après la Sicile et la Sardaigne.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Les Grecs l'appelaient « Pithécusses » (Πιθηκοῦσσαι), nom qui peut venir du mot grec pithekos (« singe »), en référence à la légende selon laquelle les premiers habitants de l'île, les Cercopes, avaient été changés par Zeus en singes en raison de leurs parjures. Pline l'Ancien[2] révoque cette étymologie (non a simiarum multitudine (pas par le nombre de singes)), et fait dériver ce nom de pithoi en raison des amphores ainsi nommées produites à Ischia. L'archéologie montre que la production de céramique y était effectivement florissante à la fin de la première phase de la colonisation grecque.
  • Le nom actuel apparaît pour la première fois dans une lettre du pape Léon III à Charlemagne en 813 : iscla, du latin classique insula, signifie simplement île.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ischia est une île volcanique[3] formée par les laves du mont Époméo, qui culmine à 787 mètres d'altitude, et dont les éruptions se sont prolongées jusqu'au XIVe siècle. La mythologie prétend que le Géant Typhée y est enfermé. L’île est encore secouée par des séismes ; celui du y fit 4 000 victimes. Elle est cependant peuplée depuis l'Antiquité, et produit d'excellents vins et divers types de fruits, dont des oranges et des olives. Les touristes y sont attirés par des paysages grandioses, les rochers, la grotte de Punta della Parata, les magnifiques pinèdes. Elle fait partie des stations hydro-thermo-climatiques marines et touristiques les plus renommées d'Italie et du monde.

Événements sismiques ou climatiques récents[modifier | modifier le code]

Le en fin de soirée, un séisme de magnitude 4 sur l'île fait au moins deux morts et 25 blessés, et de gros dégâts matériels[4].

Le matin du , des pluies torrentielles provoquent un glissement de terrain : une vague de boue et de débris dévaste la petite ville de Casamicciola Terme, dans le nord de l'île, submergeant au moins une maison et emportant des voitures vers la mer ; au moins quatre personnes meurent et une dizaine d'autres sont portées disparues[5],[6]. Le directeur de l’Institut pour la recherche et la protection hydro-géologique Tommaso Moramarco explique qu'à Ischia, il y a une urbanisation qui a frappé et dévasté tout le territoire. Quant au géologue Mario Tozzi, il dénonce pour sa part : « Quand l’île est entrée dans la période du tourisme de masse, la croissance des infrastructures a été exponentielle, étouffant tous les éléments naturels du territoire et couvrant tout de ciment », et rappelant l’existence de dizaines de milliers de constructions abusives à Ischia[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les historiens s'accordent pour faire de Pithécusse une création des Eubéens entre 770 et 750 qui fondent ensuite Cumes (en face, sur la terre ferme) autour de 750-730[8].

Dans l'épopée de l'Odyssée, c'est sur les rives de Pithécusse qu'Ulysse aurait rencontré Nausicaa. Vers 770 av. J.-C., les colons grecs provenant des villes de Chalcis et Érétrie, dans l'île d'Eubée, s'installent sur l'île d'Ischia qu'ils appellent Pithécuse[9] sans doute en référence à la présence de singes sur ses rochers, à moins que ce ne soit à cause de l'argile sombre propre à l'île, et y fondent une ville du même nom avant de fonder sous la pression démographique, la colonie de Cumes, dont les descendants fondèrent à leur tour la ville de Naples en 478 av. J.-C.

Passé en 82 av. J.-C. du contrôle de Naples à celui de Rome, la colonie, sous le nom de Ænaria, devient un carrefour d'échanges commerciaux et un lieu de résidence pour les nobles et les patriciens, bien que les fréquentes éruptions et les tremblements de terre imposent de longues périodes d'inactivité. Rome va cependant sous Octavien échanger Ischia contre Capri avec les napolitains.

Au Moyen Âge, l'île connaît les incursions régulières et dévastatrices des Barbares puis des Sarrasins. Jusqu'en 1300, Ischia est politiquement et économiquement indépendante du royaume de Naples, mais soumise à la Sicile aragonaise. Ferdinand II fit construire le Palais Royal et transforma le lac d'Ischia en port.

En 1707, le royaume de Naples passe aux Autrichiens et Ischia se voit ainsi imposer un gouverneur autrichien, le comte de Martiniz. En 1734, Ischia passe avec Naples sous la domination des Bourbons et est administrée par des gouverneurs du roi résidant au château aragonais. Au terme de la domination bourbonienne du royaume des Deux-Siciles, en 1862, l'île est définitivement rattachée à la province de Naples, devenue désormais une ville du royaume d'Italie.

Au XIXe siècle Ischia était une destination de voyage populaire pour la noblesse européenne. Le , l'île connaît un terrible tremblement de terre qui détruit la ville de Casamicciola.

Ischia est devenue une colonie d'artistes bien connue au début du XXe siècle. Des écrivains et des peintres du monde entier ont été attirés. Eduard Bargheer, Hans Purrmann et Arrigo Wittler vivaient sur l'île. Rudolf Levy, Werner Gilles, Max Peiffer Watenphul avec Kurt Craemer et Vincent Weber ont séjourné dans le village de pêcheurs de Sant'Angelo à la pointe sud de l'île peu avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. Le tourisme thermal n'a recommencé qu'au début des années 1950. À cette époque, une colonie d'artistes assez remarquable d'écrivains, de compositeurs et d'artistes visuels vivait à Forio, dont Ingeborg Bachmann. Elizabeth Taylor et Luchino Visconti y ont séjourné pour le tournage.

Dressée par une avancée battue par les flots, à Forio d'Ischia, l'église Santa Maria del Soccorso ressemble à un phare dans la nuit. Les marins de Forio ont fait de cet édifice du XIXe siècle leur sanctuaire. Après des traversées houleuses, ils venaient rendre grâce à la Madone. En guise d'ex-voto, ils ont offert des maquettes de bateaux, disposées sur les corniches.

Aujourd'hui, Ischia est une destination touristique populaire, accueillant jusqu'à 6 millions de visiteurs par an, principalement de l'Italie continentale ainsi que d'autres pays européens comme l'Allemagne et le Royaume-Uni (environ 5 000 Allemands résident sur l'île), même si elle est devenue une destination de plus en plus populaire pour les Européens de l'Est. Le nombre de clients russes a augmenté régulièrement à partir des années 2000, avant de s'arrêter presque complètement en raison de la dépréciation du rouble et de la pandémie de COVID-19.

Depuis Ischia, diverses destinations telles que Naples, le Vésuve, la Côte amalfitaine, Capri, Herculanum, Paestum et l'île voisine de Procida peuvent être réservées. Ischia est facilement accessible en ferry depuis Naples. Le nombre de stations thermales présentes sur les îles la rend particulièrement appréciée des touristes en quête de vacances « bien-être ». Une visiteuse régulière était Angela Merkel, l'ancienne chancelière allemande.

Administration[modifier | modifier le code]

Administrativement, l'île est divisée en six communes :

Problèmes environnementaux[modifier | modifier le code]

Le est survenue la rupture de l'un des quatre câbles qui constituent la ligne électrique à haute tension entre Cumes, sur la côte de Campanie, et Lacco Ameno, sur Ischia. La dispersion, dans l'environnement, de l'huile contenue sous pression dans ce câble a provoqué la pollution de la zone marine « Regno di Nettuno », qui constitue l'écosystème le plus important de la Méditerranée. Les herbiers de posidonies ont ainsi été atteints par les polychlorobiphényles (PCB), les hydrocarbures aromatiques polycycliques et les hydrocarbures aromatiques[10].

L'usage des PCB était interdit par les normes italiennes depuis 1984. Les herbiers à posidonie sont considérés comme « habitat prioritaire » par la directive Habitats de l'Union européenne[11].

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Lieux remarquables[modifier | modifier le code]

Une ruelle d'Ischia.

Ischia : Ischia Porto et Ischia Ponte[modifier | modifier le code]

Ischia est la ville principale de l'île. On y trouve le plus grand nombre d'habitants ainsi que le plus grand nombre d'hôtels. La ville est située autour d'un lac formé dans un ancien cratère volcanique. C'est sur un îlot en face d’Ischia Ponte que se dresse le Château Aragonais, avec son ancienne agglomération fortifiée et principal monument historique de l'île ; l’îlot est relié à l’île principale par un pont de pierre datant du XVe siècle, dû à Alphonse V d’Aragon.

Lacco Ameno[modifier | modifier le code]

Il s'agit de la station thermale la plus importante de l'île. Dans la baie se trouve un rocher émergeant en forme de champignon surnommé Fungo.

Forio[modifier | modifier le code]

Forio est une petite ville sur la côte occidentale. Elle s'ouvre au tourisme. La région de Forio produit du vin. Les jardins de la Mortella créés par William Walton, son épouse, Lady Susana et l'architecte paysagiste Russell Page font partie du patrimoine de Forio.

Sant'Angelo[modifier | modifier le code]

Cet îlot au sud d'Ischia est relié à l'île par un isthme. Il s'agit d'un village de pêcheurs où il n'y a pas de circulation automobile.

Dans les arts[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source : (it) « Istat » (consulté le ).
  2. Pline l'Ancien, Histoire naturelle [détail des éditions] [lire en ligne], III, 6, 82.
  3. Le volcanologue suisse Alfred Rittmann, dont le traité Vulkane und ihre Tätigkeit (« Les volcans et leur activité ») a fait date, a travaillé de manière approfondie sur le volcanisme de l'île d'Ischia.
  4. « Séisme en Italie : deux morts, trois enfants extraits des décombres sur l'île d'Ischia », sur Franceinfo, (consulté le )
  5. « Italie : un glissement de terrain meurtrier frappe l'île d'Ischia après des fortes pluies », sur France 24, (consulté le )
  6. « Italie: état d'urgence à Ischia après un glissement de terrain », sur lalibre.be, AFP, (consulté le ).
  7. État d’urgence à Ischia après un glissement de terrain meurtrier, Le Matin (Suisse), 27 novembre 2022
  8. Maria Cecilia D'Ercole, « Les Grecs en Italie méridionale », dans Sophie Bouffier, dir., Les diasporas grecques du détroit de Gibraltar à l'Indus : VIIIe siècle av. J.-C.-fin du IIIe siècle av. J.-C., SEDES, (ISBN 978-2-301-00154-2, SUDOC 163568413), p. 29, voir aussi [Ressource électronique] (SUDOC 166235741).
  9. (en) Giorgio Buchner,"Pithekoussai" Expedition Magazine 8.4 (1966): n. pag. Expedition Magazine. Penn Museum, 1966 Web. 03 Dec 2021 [1].
  10. Source: « Catastrophe environnementale sur l'île d'Ischia » (consulté le ).
  11. Source: Annexe I, page 15, de la « Directive Habitats » (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]