Interblocage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Exemple d'interblocage : le processus P1 utilise la ressource R2 qui est attendue par le processus P2 qui utilise la ressource R1, attendue par P1.

Un interblocage (ou étreinte fatale, deadlock en anglais) est un phénomène qui peut survenir en programmation concurrente. L'interblocage se produit lorsque des processus concurrents s'attendent mutuellement. Un processus peut aussi s'attendre lui-même. Les processus bloqués dans cet état le sont définitivement, il s'agit donc d'une situation catastrophique. Les mécanismes conduisant aux phénomènes d'interblocage ont été étudiés principalement par Edward Coffman, Jr.

Deux processus en concurrence pour deux ressources dans un ordre opposé.A Un seul processus se déroule. B Le processus ultérieur doit attendre. C Un blocage se produit lorsque le premier processus verrouille la première ressource en même temps que le second processus verrouille la seconde ressource. D Le blocage peut être résolu en annulant et en redémarrant le premier processus.

Conditions nécessaires[modifier | modifier le code]

Une situation de blocage sur une ressource peut survenir si et seulement si toutes les conditions suivantes sont réunies simultanément dans un système: [1]

  1. Exclusion mutuelle: Au moins une ressource doit être conservée dans un mode non partageable. Sinon, les processus ne seraient pas empêchés d'utiliser la ressource si nécessaire. Un seul processus peut utiliser la ressource à un instant donné. [2]
  2. Hold and wait ou resource holding : un processus détient actuellement au moins une ressource et demande des ressources supplémentaires qui sont détenues par d'autres processus.
  3. Non preemption: une ressource ne peut être libérée que volontairement par le processus qui la détient.
  4. Attente circulaire: chaque processus doit attendre une ressource qui est détenue par un autre processus, qui à son tour attend que le premier processus libère la ressource. En général, il existe un ensemble de processus en attente, P = { P 1 , P 2 ,…, P N }, tel que P 1 attend une ressource détenue par P 2 , P 2 attend une ressource détenue par P 3 [3]

Ces quatre conditions sont connues sous le nom de «conditions de Coffman» d'après leur première description dans un article de 1971 par Edward G. Coffman, Jr.[3]

Bien que ces conditions soient suffisantes pour produire un blocage sur les systèmes de ressources à instance unique, elles indiquent uniquement la possibilité d'un blocage sur les systèmes ayant plusieurs instances de ressources. [4]


Exemples[modifier | modifier le code]

Un exemple concret d'interblocage peut se produire lorsque deux processus légers (thread en anglais) essayent d'acquérir deux mutex dans un ordre différent. Par exemple avec deux mutex (M1 et M2), deux processus légers (P1 et P2) et la séquence d'opération suivante :

  1. P1 acquiert M1.
  2. P2 acquiert M2.
  3. P1 attend pour acquérir M2 (qui est détenu par P2).
  4. P2 attend pour acquérir M1 (qui est détenu par P1).

Dans cette situation, les deux processus légers sont définitivement bloqués.

Évitement[modifier | modifier le code]

Les interblocages peuvent être évités si certaines informations sont connues à l'avance lors des allocations de ressources. Pour chaque allocation de ressources, le système regarde s'il va entrer dans un état « non sûr », c'est-à-dire un état qui pourrait engendrer un interblocage. Le système ne répond favorablement qu'aux requêtes qui mènent à des états « sûrs ». Pour être capable de décider si l'état suivant sera sûr ou non sûr, le système a besoin de connaître à tout moment le nombre et le type de ressources existantes, disponibles et demandées. Un algorithme classique permettant la détection des interblocages à l'avance est l'algorithme du banquier. Celui-ci nécessite de connaître à l'avance les limites d'utilisation des ressources. Toutefois, pour beaucoup de systèmes, il est impossible de connaître à l'avance les demandes de chaque processus. Cela implique que l'évitement des interblocages est souvent impossible.

Les algorithmes Attente/Mort (Wait/Die) et Blessé/Attente (Wound/Wait) sont deux autres méthodes d'évitement qui utilisent une technique de rupture de la symétrie. Dans ces deux algorithmes on prend en compte l'âge des processus et l'on distingue un processus âgé (A) et un processus jeune (J).

L'âge d'un processus peut être déterminé par horodatage (timestamp en anglais) lors de sa création. Les dates les plus petites appartiennent à des processus plus âgés, les plus grandes à des processus plus jeunes.

Wait/Die Wound/Wait
A a besoin d'une ressource détenue par J A Attend J Meurt
J a besoin d'une ressource détenue par A A Meurt J Attend

Il est important de se rendre compte qu'un processus peut être dans un état non sûr sans pour autant forcément conduire à un interblocage. La notion d'état sûr et non sûr fait uniquement référence à la possibilité que le système entre dans un interblocage ou non. Par exemple, si un processus fait une requête sur une ressource A qui résulte en un état non sûr, mais libère une ressource B pour éviter une attente circulaire, alors l'état est non sûr mais le système n'est pas en interblocage.

Prévention[modifier | modifier le code]

Une méthode consiste à toujours acquérir les mutex dans le même ordre. En effet, si plusieurs processus légers nécessitent d'acquérir plusieurs verrous pour effectuer leur travail, s'ils acquièrent les verrous dans un ordre différent, il est possible qu'ils se bloquent lors de la séquence d'acquisition (comme dans l'exemple précédent).

Il convient aussi de s'intéresser aux priorités des processus. En effet, si par exemple un processus de haute priorité utilise un verrou en commun avec un processus de basse priorité (voir aussi inversion de priorité), il est possible d'obtenir des situations de blocage. Une solution à ce genre de problème consiste à n'utiliser des verrous qu'entre des processus de même priorité.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Abraham Silberschatz, Operating System Principles, Wiley-India, , 7e éd. (ISBN 9788126509621, lire en ligne), p. 239
  2. « ECS 150 Spring 1999: Four Necessary and Sufficient Conditions for Deadlock » [archive du ], sur nob.cs.ucdavis.edu (consulté le 29 avril 2018)
  3. a et b K. Shibu, Intro To Embedded Systems, Tata McGraw-Hill Education, , 1st éd. (ISBN 9780070145894, lire en ligne), p. 446
  4. « Operating Systems: Deadlocks », sur www.cs.uic.edu (consulté le 25 avril 2020) : « If a resource category contains more than one instance, then the presence of a cycle in the resource-allocation graph indicates the possibility of a deadlock, but does not guarantee one. Consider, for example, Figures 7.3 and 7.4 below: »

Bibliographie[modifier | modifier le code]