Institut national du cancer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Institut national du cancer
Création 2005
Siège Boulogne-Billancourt
Langue Français
Président Agnès Buzyn
Affiliation Ministère de la Santé (France)
Site web www.e-cancer.fr

L'Institut national du cancer (INCa) est un groupement d'intérêt public (GIP) français chargé de coordonner la recherche scientifique et la lutte contre le cancer. L'organisme n’emploie pas directement des chercheurs mais est chargé de financer des équipes de chercheurs. L'INCa est une agence sanitaire d'expertise au service de l'État. L'INCa a été officiellement créé le 24 mai 2005. Le siège de l'INCa est situé à Boulogne-Billancourt.

Missions[modifier | modifier le code]

En tant que GIP, il rassemble les principaux acteurs de la lutte contre le cancer (État, fédérations hospitalières, les intergroupes coopérateurs français de dimension internationale dans le domaine du cancer, assurance maladie, centres de lutte contre le cancer (CLCC), Fondation ARC pour la recherche sur le cancer, ligue nationale contre le cancer (LNCC), etc.) et concentre ainsi les compétences pour améliorer la lutte contre cette maladie.

Parmi ses missions, l'INCa est aussi chargé du développement des dépistages organisés, de garantir aux malades l'égalité d'accès aux soins et de promouvoir la prévention des risques de cancer. En lien avec les agences régionales de santé, l'INCa assure l'animation nationale des 25 réseaux régionaux de cancérologie qui sont les structures pivots de la coordination et de l'expertise cancérologiques en région.

L'INCa est aussi chargé d'agir dans les domaines de la formation des professionnels, l'amélioration des soins (en lien avec la Haute Autorité de santé et le ministère de la Santé) et la communication à destination des patients, des malades et de leurs proches.

L'INCa a aussi pour mission de coordonner et d'animer la recherche clinique et translationnelle en cancérologie. En France, les acteurs de la recherche clinique académique en cancérologie sont organisés, notamment, en de multiples intergroupes coopérateurs. Les intergroupes coopérateurs sont des groupes académiques indépendants et à but non lucratif, associant des médecins et des professionnels de la recherche médicale, qui collaborent pour développer et conduire des essais cliniques indépendants. L'INCa a souhaité soutenir leur structuration afin d'accroître la visibilité internationale et l'attractivité de la recherche clinique française en cancérologie. Huit intergroupes coopérateurs français de dimension internationale agissant dans le domaine du cancer ont ainsi été labellisés en 2012 par l'INCa[1] sur la base de leur envergure, leur visibilité internationale, leur capacité à réaliser la recherche clinique et cognitive, à collaborer dans le domaine de la recherche clinique, à gérer les essais cliniques et à disposer des ressources humaines et compétences dédiées à la recherche.

Direction[modifier | modifier le code]

Le cancérologue David Khayat fut le premier président de l'INCa de 2004 à 2006 à la suite de sa démission résultant d'un audit gouvernemental et d'un rapport parlementaire[2]. Dominique Maraninchi lui succède en 2006 jusqu'à sa nomination comme directeur général de l'AFSSAPS le 17 février 2011[3]. Après un intérim de la directrice générale, Pascale Flamant, le 30 mai 2011 est nommée Agnès Buzyn comme nouvelle présidente de l'Institut[4].

Budget[modifier | modifier le code]

Ressources[modifier | modifier le code]

Son budget annuel est principalement constitué de deux subventions du ministère chargé de la Santé (40 millions d'euros en 2008) et du ministère chargé de la Recherche (40 millions d'euros en 2008). etc

Emploi[modifier | modifier le code]

L'INCa consacre l'essentiel de son budget (63 % en 2008) à la recherche en cancérologie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]