Harmonie imitative

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'allitération en "s", dans ce vers, imite le sifflement des serpents dont il est question.

  • « Oh! quel farouche bruit font dans le crépuscule / Les chênes qu'on abat pour le bûcher d'Hercule » (Victor Hugo)

Ces deux vers suggèrent les cognées des bûcherons et le bruit des arbres qui s'abattent avec leur feuillage.

  • « Dans les trois jours, voilà le tac-tac-tac // Des mitraillettes qui reviennent à l'attaque » (Bonnie and Clyde - Serge Gainsbourg)

Le son d'une arme automatique est remarquablement suggéré.

  • « Ta Katie t'a quitté / Tic-tac tic-tac / T'es cocu, qu'attends-tu ? / Cuite-toi, t'es cocu / T'as qu'à, t'as qu'à t' cuiter / Et quitter ton quartier / Ta Katie t'a quitté / Ta tactique était toc...  » (Boby Lapointe, Ta Katie t'a quitté)

Le passage évoque le bruit du réveil qui résonne aux oreilles du personnage et, au-delà, le temps qui passe et l'obsession de ses pensées.