Hélène Merlin-Kajman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hélène Merlin-Kajman
Naissance (63 ans)
Paris
Activité principale
professeur d'université, écrivain, sociologue
Auteur
Langue d’écriture français
Genres
essai, roman

Hélène Merlin-Kajman, née le à Paris, est professeur en littérature française à l'Université de Paris III (Sorbonne nouvelle).

Ancienne élève de l'École normale supérieure (Fontenay-Saint-Cloud) puis reçue au concours de l'agrégation de lettres modernes, Hélène Merlin-Kajman a d'abord enseigné dans le secondaire jusqu'en 1988 et a entrepris une thèse de doctorat sous la direction de Louis Marin, soutenue en 1990 et intitulée Le public au XVIIe siècle, entre corps mystique et personne fictive.

Hélène Merlin-Kajman a créé l'Observatoire de l’Éducation dans le but de discuter des problématiques de la pédagogie et de la didactique. Membre senior de l'Institut universitaire de France depuis 2009, elle est aussi la créatrice et la directrice de la revue littéraire et culturelle en ligne Transitions[1], depuis 2011.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Essais[modifier | modifier le code]

  • Public et littérature en France au XVIIe siècle, Paris, Les Belles Lettres, 1994.
  • L'Absolutisme dans les Lettres et théorie des deux corps. Passions et politique, Paris, Champion 2000.
  • L’Excentricité académique. Institution, littérature, société, Paris, Les Belles Lettres, 2001.
  • La langue est-elle fasciste ? Langue, pouvoir, enseignement, Paris, Seuil, 2003.
  • Lire dans la gueule du loup. Essai sur une zone à défendre, la littérature, Paris, Gallimard, 2016.

Romans[modifier | modifier le code]

  • Rachel, Paris, Minuit, 1981.
  • Le Cameraman, Paris, Minuit, 1983.
  • L’Ordalie, éd. Trois, Québec, 1992.
  • Avram, Paris, Zulma, 2002.
  • La Désobéissance de Pyrame, Paris, Belin, 2009.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]