Guerre du Paquisha

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Guerre du Paquisha.
Informations générales
Date Janvier - Février 1981.
Lieu Cordillère du Condor.
Casus belli Différends frontaliers entre les deux pays.
Issue Victoire péruvienne ; maintien du statu quo de 1942.
Belligérants
Drapeau de l'Équateur Équateur Drapeau du Pérou Pérou
Commandants
Jaime Roldós Aguilera Fernando Belaúnde Terry

La guerre du Paquisha ou incident du Paquisha voire encore guerre du Falso Paquisha[1] est un conflit de l'année 1981 entre le Pérou et l'Équateur. Elle fait partie d'un ensemble plus large de conflits à propos de différends frontaliers entre ces deux pays. Le Pérou sortit victorieux de ce conflit et demeura en possession des territoires disputés.

Contexte[modifier | modifier le code]

Article général Pour un article plus général, voir Conflits frontaliers entre le Pérou et l'Équateur.

La guerre du Paquisha intervient à la suite de contestations de l'Équateur du Protocole de Rio, signé après la guerre de 1941-1942 entre le Pérou et l'Équateur. Il prévoit que le Pérou annexe une large part des territoires amazoniens de l'Équateur, et a été ratifié par les deux pays le 26 février 1942. À la suite de désaccords entre les deux pays sur l'application des accords, en particulier dans la zone de la Cordillère du Condor. En 1953, l'Équateur se retire de la commission de délimitation des frontières alors que 78 km de frontières restent non fixés. Les Équatoriens se plaignent également que, contrairement à ce qui était prévu par le protocole de Rio, les navires équatoriens ne pouvaient pas circuler librement sur l'Amazone (pour le Pérou, ces mesures ont été prises en réponse à l'attitude équatorienne).

Le Protocole de Rio, désormais considéré comme inapplicable par l'Équateur, est donc caduc et la frontière entre les deux pays est mal délimitée.

La guerre[modifier | modifier le code]

Des Su-22 péruviens en 1983.

La guerre se déclencha à propos de trois avant-postes équatoriens (appelés Paquisha, Mayaicu et Machinaza par les Équatoriens et Falso Paquisha, Falso Mayaicu et Falso Machinaza par les Péruviens) situés dans l'est de la cordillère du Condor à l'intérieur du territoire revendiqué par le Pérou.

Des combats éclatèrent à la fin janvier autour des trois avant-postes. Les forces aériennes des deux pays dépêchèrent d'importants moyens (A-37B, Mirage 5P et Su-22 côté péruvien contre A-37B et Mirage F1 du côté de la force aérienne équatorienne qui effectua 179 sorties de guerre). Le 5 février, l'armée péruvienne parvint à s'emparer de l'avant-poste de Paquisha.

Parallèlement aux combats, les deux pays s'affrontèrent sur le terrain diplomatique. Le 2 février 1981, le Pérou dénonça ces avant-postes comme "faux" (falso en espagnol). Il déclara aussi que l'Équateur leur avait donné des noms de villages équatoriens dans le but de tromper la communauté internationale. Les deux camps acceptèrent un cessez-le-feu proposé par les puissances garantes du protocole de Rio.

Suites de la guerre[modifier | modifier le code]

Les deux camps acceptèrent de retirer leurs troupes et adoptèrent des accords (notamment en cas de croisement de deux patrouilles). Cependant, plusieurs bases militaires furent installées dans la région de même que plusieurs lignes de communication et de ravitaillement. En 1983, soutenu par son opinion publique, le parlement équatorien reconnut la nullité du protocole de Rio. Une nouvelle guerre éclate dans la même zone en 1995, la guerre du Cenepa, aboutissant à un statu quo territorial. Un accord de paix entre les deux pays est finalement signé le à Brasilia, la frontière passant par les sommets de la Cordillère du Condor. Cet accord met fin à plus d'un siècle de différends frontaliers entre le Pérou et l'Équateur.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les deux premières appellations sont celles reconnues par la communauté internationale, le dernier est celui utilisé au Pérou.