Gillis Backereel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gillis Backereel
Biographie
Naissance
Décès
Entre et Voir et modifier les données sur Wikidata
AnversVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Fratrie
Autres informations
Influencé par

Gillis Backereel (Anvers, 1572 - entre 1654 et 1662) est un peintre flamand de sujets historiques.

Il a été principalement actif à Anvers, où il a produit des peintures destinées aux églises.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gillis Backereel est né en 1572 à Anvers[1].

On ignore tout de sa formation, en revanche, on sait qu'il a voyagé en Italie, et qu'il a résidé à Rome. Les dates sont incertaines : certaines sources évoquent une période antérieure à 1630, mais les plus communément admises donnent comme période les années 1639-1643[1],[2],[3].

Il a un frère, Willem Backereel, peintre de paysages, qui est parti, lui, très tôt à Rome, où il meurt dans son jeune âge[2]. C'est peut-être ce décès, qui, en 1629, pousse Gillis à revenir à Anvers[4]. Il devient franc-maître dans la guilde de Saint-Luc d'Anvers en 1630[1]. Arnold Houbraken rapporte que la famille Backereel a produit un certain nombre d'artistes et Joachim von Sandrart mentionne sept ou huit membres qu'il aurait connu personnellement[5]. Gillis est l'un des trois seuls membres de cette famille pour lesquels l'on dispose de documents ; les deux autres sont ses frères Willem et Jacques.

En 1651, il emploie dans son atelier quatre apprentis dont Dominicus de Beselaer l'Ancien et François de Hase[2],[1]. Ce dernier est employé malgré qu'il n'ait pas reçu de salaire pendant sa formation. Un certain François de Crayer a également été l'élève de Backereel[1].

La date de mort de Gillis Backereel est inconnue, mais on suppose qu'elle a eu lieu entre 1654 et 1662[1].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Peu d'œuvres de Backereel ont été préservées. Influencées par Annibale Carracci, elles dépeignent des sujets religieux, mythologiques ou historiques[1].

Son Adoration des bergers et son Apparition de saint Félix sont conservés dans les musées royaux des beaux-arts de Belgique à Bruxelles et son Héro pleure la mort de Léandre est conservé par le Kunsthistorisches Museum de Vienne.

Backereel a fourni le dessin pour une gravure de Wenceslas Hollar représentant Bruno le Chartreux (1649)[6].

Certains catalogues antérieurs à 1845, établissent que Gillis a travaillé sur le fond paysagé du Saint Antoine de Padoue portant l'Enfant Jésus et le Saint Sacrement peint par Willem en Italie[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de la page de Wikipédia en anglais intitulée « Gillis Backereel » (voir la liste des auteurs).

  1. a, b, c, d, e, f et g (en) « Fiche de Gillis Backereel », sur Rkd.nl (consulté le 15 mars 2017).
  2. a, b et c (nl) Frans Jozef Peter Van den Branden, Geschiedenis der Antwerpsche schilderschool, Anvers, 1883, p. 660-661.
  3. (en) Hans Vlieghe, « Flemish Art and Architecture, 1585-1700 » dans Pelican history of art, New Haven, Yale University Press, 1998.
  4. (en) Aad van der Willigen, C. Marikje, « Willem or Gilliam BACKEREEL » dans Dictionary of Dutch and Flemish Landscape and Marine painters working in oils, active before 1725 , 1993-1998.
  5. Houbraken 1718, p. 218.
  6. (en) « Wenceslaus Hollar after Gillis Backereel, Bruno of Cologne », dans le Rijksmuseum Amsterdam.
  7. « Bechereel (Guillaume) », notice dans Catalogue publié par la Commission administrative : Musée royal de Belgique, Bruxelles, J. Stienon, 1844, p. 10.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :