Gerónimo de Aguilar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Geronimo de Aguilar)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aguilar.
Gerónimo de Aguilar
Biographie
Naissance
Décès
Activités
Autres informations
Religion
Ordre religieux

Gerónimo de Aguilar (Écija, 1489-1531) est un frère franciscain né à Ecija près de Séville en Espagne. Il participe à la conquête du Mexique aux côtés d'Hernán Cortés.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1511, Aguilar part de la Tierra Firme à destination de Saint-Domingue sur le bateau de Francisco Niño. Ce bateau fait naufrage au sud de la Jamaïque en raison du mauvais temps, mais Aguilar est parmi les survivants (15 hommes et 2 femmes). Leur chaloupe dérive vers la péninsule du Yucatán[1].

Les naufragés sont tous sacrifiés par les Mayas, à l'exception d'Aguilar et d'un de ses compagnons, Gonzalo Guerrero. Aguilar réussit à s'échapper, mais est réduit en esclavage par un cacique. En arrivant au Yucatán, Cortés qui a appris la présence de deux Espagnols, les fait chercher. Seul Aguilar rejoint les Espagnols sur l'île de Cozumel. Aguilar ressemble alors tellement à un indien que les Espagnols ne le reconnaissent que lorsqu'il se présente à eux par ces mots: « Dios y Santa Maria de Sevilla »[2].

Lorsqu'Hernán Cortés envahit le Mexique en 1519, Aguilar, qui a appris le maya, lui est fort utile. Bernal Diaz del Castillo explique comment lors des contacts initiaux avec les Aztèques, La Malinche, une indienne de langue nahuatl qui connaissait également le maya, s'entendait avec Aguilar, qui traduisait ensuite en castillan à Cortés[3].

Aguilar meurt en 1531.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bernard Grunberg, Dictionnaire des conquistadores de Mexico, Harmattan, 2001, p. 24
  2. Bernal Diaz del Castillo, Histoire véridique de la conquête de la Nouvelle-Espagne, tome 1, La Découverte, 1980, pp. 124-125
  3. Bernal Diaz del Castillo, op. cit, tome 1, La Découverte, 1980, p. 158

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]