Frederick Lamb (3e vicomte Melbourne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Frederick Lamb
Illustration.
Fonctions
Ambassadeur du Royaume-Uni en Autriche

(10 ans)
Prédécesseur Henry Wellesley (1er baron Cowley)
Successeur Robert Gordon
Ambassadeur du Royaume-Uni au Portugal

(4 ans)
Prédécesseur William à Court
Ambassadeur du Royaume-Uni en Espagne

(3 ans)
Prédécesseur William à Court
Successeur George Bosanquet
Ambassadeur du Royaume-Uni en Confédération germanique

(4 ans)
Ambassadeur du Royaume-Uni au Royaume de Bavière

(5 ans)
Membre de la Chambre des lords
Lord Temporal

(4 ans, 2 mois et 5 jours)
Pairie héréditaire
Prédécesseur William Lamb
Successeur Pairie éteinte
Biographie
Date de naissance
Date de décès (à 70 ans)
Nationalité Britannique
Père Peniston Lamb
Mère Elizabeth Lamb
Fratrie William Lamb
George Lamb
Conjoint Alexandrina Lamb

Frederick James Lamb, 3e vicomte Melbourne, GCB PC ( - ), connu sous le nom de Lord Beauvale de 1839 à 1848, était un diplomate britannique.

Famille et éducation[modifier | modifier le code]

Il était un fils cadet de Peniston Lamb (1er vicomte Melbourne), et de son épouse Elizabeth Milbanke, et du frère cadet du Premier ministre William Lamb, 2e vicomte Melbourne. Comme sa mère a eu de nombreux amants, sa vraie paternité est incertaine. Il a épousé Alexandrina Julia Theresa Wilhelmina Sophia Gräfin von Maltzan, fille de Joachim Charles Leslie Mortimer, Graf von Maltzan [1]. C'était généralement considéré comme un mariage d'amour: bien qu'Alexandrina ait trente ans de moins que son mari, il était décrit comme «aussi beau et rebelle à soixante ans qu'à vingt-cinq ans» [2]. William, Frederick et leur sœur Emily Lamb, la comtesse Cowper sont restés proches toute leur vie, bien que Frederick et Emily aient détesté Lady Caroline Lamb, l'épouse de William, qu'ils ont appelée "la petite bête" [3].

Il a fait ses études au Collège d'Eton, à l'Université de Glasgow (1799-1801, étudiant avec le professeur John Millar aux côtés de son frère aîné William [4]); et au Trinity College Cambridge (admis en 1801, diplômé du MA 1803).

Carrière[modifier | modifier le code]

Il a exercé les fonctions d'ambassadeur britannique à Vienne jusqu'en 1841. Il a été investi en tant que Grand-croix de l'Ordre du Bain et a été admis au Conseil privé en 1822. En 1839, il fut élevé à la pairie en tant que baron Beauvale, de Beauvale dans le Comté de Nottingham . En 1848, il succéda à son frère aîné en tant que troisième vicomte de Melbourne.

Malgré une certaine distance entre eux, Lord Palmerston, en tant que ministre des Affaires étrangères faisait confiance à Lamb, et lui écrivit avec un style courtois très différent de sa manière brusque habituelle, et laissa presque entièrement la direction de l’ambassade de Vienne entre ses mains [5]. La fraîcheur était due à une liaison de plusieurs décennies entre Palmerston et la sœur de Lamb, Emily, Lady Cowper. Lamb désapprouva leur mariage, même s'il s'est révélé très heureux [6]. Le biographe de Palmerston note que le mariage a coïncidé avec les premiers stades de la crise orientale de 1840 et que les deux hommes, bien que se parlant à peine, ont coopéré de manière tout à fait professionnelle pour le résoudre [7]. Palmerston, en plus de son réel respect pour Lamb, tenait à ne pas se disputer avec lui pour l'amour d'Emily: comme le remarquait Charles Greville : "le chef (Palmerston) est dévoué à la sœur et la sœur au frère" [8]. Les relations entre les deux hommes sont devenues plus amicales plus tard, en partie parce que Palmerston et Emily étaient proches de l'épouse de Fred, Alexandrina [9].

Lord Melbourne mourut sans enfant en janvier 1853, à l'âge de 70 ans, et tous ses titres disparurent. Le siège familial de Melbourne Hall a été confié à sa sœur Emily. Sa veuve se remaria en 1856 avec John Weld-Forester (2e baron Forester), redevint veuve en 1873 et mourut en 1894 [10].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Lundy, « Peerage biography », The Peerage
  2. Lord David Cecil Melbourne Pan Edition 1965 p. 409
  3. Cecil p. 25,69
  4. William C. Lehmann, John Millar of Glasgow 1735–1801, Cambridge, Cambridge University Press, , 37–38 p. (lire en ligne)
  5. Ridley, Jasper Lord Palmerston Constable London 1970 p. 220–221
  6. Ridley p. 221
  7. Ridley p. 220–222
  8. Ridley p. 112
  9. Ridley p. 284
  10. The Complete Peerage, Volume V, St Catherine's Press, , p. 552

Liens externes[modifier | modifier le code]