Ezkio-Itsaso

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ezkio-Itsaso
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Statut Udal / Municipio
Communauté autonome Pays basque Pays basque
Province Guipuscoa Guipuscoa
Comarque Urola Garaia
Maire José Ignacio Etxezarreta Estala ((indép.))
Code postal 20709
Démographie
Gentilé ezkiotarra; itsasoarra
Population 609 hab. ()
Densité 29 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 04′ 55″ nord, 2° 16′ 27″ ouest
Altitude 220 m
Superficie 2 122 ha = 21,22 km2
Localisation
Localisation de Ezkio-Itsaso

Géolocalisation sur la carte : Pays basque

Voir sur la carte administrative du Pays basque
City locator 14.svg
Ezkio-Itsaso

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte administrative d'Espagne
City locator 14.svg
Ezkio-Itsaso

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte topographique d'Espagne
City locator 14.svg
Ezkio-Itsaso
Liens
Site web www.ezkio-itsaso.net

Ezkio-Itsaso en basque ou Ezquioga-Ichaso en espagnol est une commune du Guipuscoa dans la communauté autonome du Pays basque en Espagne.

Il s'agit d'une commune rurale. Elle est née en 1965 par la fusion des communes d'Ezquioga et d'Ichaso. Dans la décennie de 1930, Ezquioga a atteint une certaine réputation par des supposées apparitions de la Vierge Marie, qui ont amenés pas mal de troubles à l'époque. Ces apparitions n'ont pas été reconnues comme "authentiques" par l'Église catholique.

On va en outre construire une gare pour le train à haute vitesse dans cette commune, qui la transformera en un important nœud de communications de tout le secteur. On y trouve la Ferme-Musée Igartubeiti.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Ezkio-Itsaso est un nom composé issu des deux villages qui ont été unis en 1965 en donnant naissance à l'actuelle municipalité.

On pense que le toponyme Ezkio, est formé par ezki ou eski, mot basque qui peut signifier érable ou chêne du Portugal et le suffixe - aga qui est utilisé en langue basque comme indicateur de lieu. De cette manière on obtient Ezquiaga, qui est un nom de famille basque existant. On croit qu'Ezquioga n'est qu'une simple variante d'Ezquiaga. Ezquioga aurait signifier par conséquent lieu de l'érable. Ezquioga est la forme plus ancienne et traditionnelle du toponyme, qui est en outre conservé comme nom en Espagnol du village. Transcrit avec la graphie basque moderne donne lieu à Ezkioga. Toutefois en basque, langue qui par manque d'une tradition écrite, était moins soumise à une fixation des noms que l'espagnol. Avec les siècles Ezquioga a évolué jusqu'à donner Ezkio (il se prononce éskio), qui est une forme syncopée du nom original. Cette dénomination a été étendue, que nous pourrions qualifier comme à l'origine coloquial. Il a été officialisé à partir de 1981.

Ichaso est l'autre village qui a donné l'actuelle municipalité. Le mot Ichaso (Itsaso) est polysémique en basque, puisqu'il signifie aussi bien la mer que juncus (à vérifier) ou genêt. Bien que la localité se trouve éloignée de la côte (des dizaines de kilomètres) on a voulu voir une relation entre la mer et le nom du village, puisque l'ermitage de Kizkitza située à Ichaso a une longue tradition de marins et pêcheurs, qui avaient une grande dévotion pour cette invocation mariale, située loin de la côte. Le plus probable est qu'Ichaso soit aussi un phytonyme comme Ezquioga, mis en rapport cette fois avec les juncus ou genêts et que la tradition marine de son ermitage apparaisse a posteriori par la polysémie d'Ichaso.

Jusqu'en 1980 la municipalité a été officiellement appelée Ezquioga-Ichaso. Après avoir brièvement été appelé Ezkioga-Itsaso (adaptation du nom à la graphie basque). En 1981 il a changé à sa dénomination officielle actuelle.

Il n'existe pas un gentilé commun pour nommer tous les habitants de la municipalité. On parle généralement d'ezkiotarrak et itsasoarrak (tous deux en basque).

Géographie[modifier | modifier le code]

Ezkio-Itsaso est enclavé dans un endroit assez montagneux du centre de la province du Guipuscoa.

Quartiers[modifier | modifier le code]

Actuellement la capitale de la municipalité est Sainte Lutzi-Anduaga, un ancien quartier d'Ezkio. Ce quartier est le plus dynamique et celui qui a été le plus développé depuis la création de la municipalité et fait valoir actuellement de mairie. Ce développement s'est produit étant donné la localisation stratégique de Sainte Lutzi-Anduaga dans la vallée et avec la route qui unit Zumarraga et Beasain, tandis que ceux qui sont proprement les bourgs d'Ezquioga et d'Ichaso, se trouvent dans des localisations plus séparées et ont été étanchées quant à population et au développement. Presque toute l'industrie de la municipalité et une bonne partie de l'hôtellerie se situent à Sainte Lutzi-Anduaga. Le quartier a quelque 260 habitants. Le noyau du quartier adopte une petite trame urbaine le long du dessin de la route.

On accède à la ville d'Ezkio à travers une route locale qui sort de Sainte Lutzi-Anduaga ou Santa Lucía de Anduaga et qui après 4 km arrive au centre du village. Celui-ci se trouve à moyenne latérale et est formé par un petit ensemble de maisons autour de l'église paroissiale. Le noyau d'Ezkio est très petit et a seulement 34 habitants. Toutefois la population dispersée dans les fermes autour d'Ezkio est plus nombreuse et dépasse les 100 habitants.

Un autre quartier de la municipalité est Alegi. Alegi se trouve aussi dans le fonds de la vallée de Sainte Lutzi-Anduaga, dans un croisement de routes stratégique vers lequel convergent les routes qui descendent d'Itsso et de Gaviria avec la route qui unit Zumarraga avec Beasain. Ce quartier est divisé entre Ezkio-Itsaso, Gaviria et Ormaiztegi. La partie qui appartient à Ezkio-Itsaso reçoit le nom d'Itsaso-Alegia et a quelque 60 habitants.

Au village d'Itsaso, on accède à travers une route locale qui sort d'Alegi et qui arrive au village après 3,5 km de montée. C'est aussi un noyau de quelques maisons autour de l'église paroissiale.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention écrite d'Ezquiga date de 1385, et c'est un contrat d'union d'Ezkio à la ville d'Urretxu. À partir de cette année Ezquioga dépendra de cette ville sans perdre toutefois la propriété de ses terres et de ses limites bornées du territoire. Est venu ensuite entre Urretxu et la ville Segura, un procès pour la possession d'Ezquioga, dans laquelle la justice a donné raison à Segura. Le roi castillan Enrique III[1] a confirmé cette sentence en 1405.

En 1441, Ezquioga figure déjà comme un village uni à la ville de Segura. Au début du XVIe siècle, Ezquioga est séparé de Segura et est uni à la mairie d'Areria, à laquelle elle appartiendra jusqu'au 13 mars de 1661. Elle aura l'indépendance par privilège royal. Pendant la Guerre de la Convention[2] des habitants d'Ezquioga ont largement participé aux luttes contre les envahisseurs français.

La première mention écrite sur Ichaso apparaît dans un document dans lequel les habitants du village présentent leurs plaintes au roi castillan Enrique III en protestant pour la violation des Juridictions en 1399 par un collecteur d'impôts, et en demandant au roi que ces pratiques disparaissent. Ichaso a été, apparemment, un des villages fondateurs de la mairie d'Arería. En 1461 le roi Enrique IV[3] a accordé à Ichaso la faculté de choisir le maire d'Arería.

Apparitions à Ezkio[modifier | modifier le code]

Circle-icons-check.svg
Le fond de cette section est à vérifier (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Les apparitions de la Vierge à Ezquioga ont eu beaucoup d'écho à l'époque où ils se sont produits[4]. Elles ont commencé le 30 juin 1931 quand les frères Bereciartua ont vu pour la première fois la Vierge. Les nouvelles ont couru comme la poudre et des milliers de personnes ont commencé à aller en pèlerinage au champ où était apparue la vierge. Les apparitions se sont multipliées, on a donné les visions mystiques appelées, proverbialement étudiées par la théologie mystique, mais immédiatement interprétées comme cas d'hystérie, spasmes et pertes de connaissance propres d'une atmosphère de ferveur religieuse énorme. Ce schéma serait le même que celui déjà vécu pour celui de Fátima, bien que, et grâce à l'appui ecclésiastique, il n'ait pas prospéré alors malgré l'opposition gouvernementale violente. Dans ce cas, après des premières semaines où quelques prêtres dirigeaient les prières, ils ont été obligés de se retirer, dans un certain cas non soumis à l'obéissance diocésaine.

Les médecins psychiatriques de Santa Agueda ont vérifié les possibilités suivantes, conformément à la terminologie d'alors : Obsession, hallucination, mythomanie, délire, démence, idiotisme, crétinisme, concluant a la normalité, et par conséquent non nécessité d'internement. Toutefois, une fois la guerre civile terminée, plusieurs voyants passeront par phase psychiatrique de leur vie, en voyant l'appât du gain. Tous les secteurs, tant ecclésiastiques que des politiciens, et après la guerre, ont coïncidé toutefois dans l'inconvénient d'Ezkioga.

Les visionnaires ont eu de véritables rapts mystiques, conformément aux critères théologiques, mais ils feront l'objet aussi d'une manipulation, en étant facilement ébloui, comme les villageois qui étaient pris dans des atmosphères de la grande société, les prenant comme objet spectacle et mysticisme trivial.

Le catholique hispanique Walter Starkie visita Ezquioga quand les apparitions étaient à un moment d'essor maximal et a consacré un chapitre complet de son livre Spanish Raggle-Taggle aux événements d'Ezquioga. Après avoir analysé les histoires qu'on lui a raconté et de voir les faits qui s'étaient produits à cet endroit, il a conclu assez convaincu que des groupes gauchistes et traditionalistes utilisaient les événements d'Ezquioga comme outil politique dans sa lutte contre la laïque Seconde République espagnole. On l'avait proclamé cette république deux mois avant le début des apparitions. Certains des messages qu'avait hypothétiquement donnés la Vierge aux voyants parlaient d'une guerre imminente.

Les autorités du diocèse, avec l'évêque Mateo Múgica à l'avant, ont été progressivement contre les apparitions en arrivant à les poursuivre activement et en réclamant y compris l'intervention de l'état pour cela. Le motif apparent de cette opposition a été que les autorités ecclésiastiques ont constaté un manque de preuves surnaturelles dans ces apparitions. D'autres causes plus terrestres ont été que les autorités ecclésiastiques ont craint d'être vues empêtrées dans un certain type de conspiration politique et le rejet qui existait entre les mouvements nationalistes basques du clergé l'orientation politique de tournure espagnole qu'ils comprenaient prenait le mouvement d'Ezquioga. En 1933 l'Église a d'abord interdit la construction d'une basilique qui était en projet en Ezquioga et a finalement déclaré après plus de deux années du début des apparitions qu'elles étaient fausses. À partir de 1934, étant donné le rejet institutionnel de l'Église le mouvement apparu autour d'Ezquioga a langui. Tant l'Église que les autorités républicains souhaitaient couper le mouvement et Ezquioga s'est transformé un lieu très peu fréquenté et presque proscrit. Toutefois, de petits groupes de croyants ont maintenu leur foi dans les apparitions jusqu'à présent. Quelques catholiques pensent que, malgré tout, les apparitions ont été authentiques. Ils considèrent important le fait que ces apparitions sont adaptées au schéma historique des apparitions mariales, qui incluent généralement des avertissements préalables de grands cataclysmes et d'effusions de sang, comme il s'est produit dans ce cas dans lequel on a annoncé une guerre imminente dans un délai de 5 années et qui serait accomplie à la lettre: Guerre Civile espagnole.

À l'époque de ces événements, il apparaît en Espagne les premiers mouvements athées, provoquant beaucoup de tension dans une société restée centrée sur le catholicisme. Les visions sont un événement fort pour affirmer, non seulement la foi catholique, mais encore l'existence de Dieu, grâce à une réalité transfigurée. Cette réalité des visions se prouve et se transmet grâce aux photographies et aux images pieuses, dont le commerce se fit jour ; plus les visionnaires ressemblaient aux images pieuses, plus ils avaient de chances d'être sélectionnés pour illustrer de nouvelles images pieuses, et entretenir ainsi l'engouement et les bénéfices. Les tensions se manifestent aussi autour de l'image de la femme : aux visions de vierge marie tenant une épée pour transpercer les mains des stigmatisés, ou pour manifester des postures plus volontaires de transmission de la foi catholique, ne tardent pas à répondre des images de mariannes du nationalisme catalan tenant elles aussi une épée, ou des Femmes Nouvelles et autres Miss République. Ces visions sont aussi un support d'analyse scientifique, pour les études et recherches s'intéressant à l'état de la personne pendant la vision ; pour cela, les scientifiques préférèrent les croyants d'Ezkioga, plutôt que les malades mentaux, réputés moins stables pendant la vision[4].

En 2001 Manuel Gutiérrez Aragón [5]a réalisé le film Visionarios (Visionnaires) basé sur les faits d'Ezquioga. Il avait préalablement été sujet d'un roman éponyme de Pío Baroja.

Économie[modifier | modifier le code]

Ezkio et Itsaso ont été traditionnellement des municipalités rurales.

Toutefois, actuellement seulement 3 % de la population active est consacré à ces tâches.

Actuellement, toutefois, il faut souligner le secteur industriel dans la municipalité. Le manque de sol industriel dans les municipalités voisines du Urola Garaia comme Zumarraga ont rendu propice que dans les dernières décennies de nombreuses PME industrielles s'installent à Ezkio-Itsaso. Celles-ci ont été affirmées le long de la route GI-632 qui unit Zumarraga avec Beasain et qui passe par le quartier de Sainte Lutzi-Anduaga, où se trouve un polygone industriel.

Les 17 entreprises installées dans la municipalité emploient presque 500 travailleurs, un chiffre qui est presque comparable à la population de la municipalité et qui dépasse largement la population active d'Ezkio-Itsaso. Ceci est expliqué parce que l'industrie locale emploie principalement des gens des municipalités proches, particulièrement ceux du Urola Garaia. Les entreprises de la municipalité sont très diversifiées et appartiennent à des secteurs différents : il y a des entreprises de machine-outil, des structures métalliques, fabrication de pièces en fibre de verre, logiciel, équipements d'aspiration, fusions, fabrication de béton, etc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Henri III (4 octobre 1379–1406), parfois appelé Henri le Maladif ou Henri l'Infirme fut roi de Castille et León de 1390 à sa mort. Il succéda à son père Jean Ier.
  2. La guerre du Roussillon, aussi dénommée guerre des Pyrénées ou guerre de la Convention est un conflit qui oppose l'Espagne et la France révolutionnaire entre 1793 et 1795 (durant la Convention nationale), à l'intérieur du conflit plus général entre la Première Coalition et la France.
  3. Henri IV de Castille, né à Valladolid en 1425, décédé à Madrid en 1474 fut roi de Castille et de Léon de 1454 à 1474. Il était fils de Jean II et de Marie d'Aragon (1396-1445).
  4. a et b William A. Christian Jr, L'œil de l'esprit, Terrain [En ligne], 30 | mars 1998, mis en ligne le 14 mai 2007, consulté le 11 mars 2014. URL : http://terrain.revues.org/3274 ; DOI : 10.4000/terrain.3274
  5. Manuel Gutiérrez Aragon (né à Torrelavega, l'Espagne, 2 janvier 1942) est un directeur et réalisateur de cinéma et Espagnol.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]