Discussion:Interahamwe

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Autres discussions [liste]
  • Suppression
  • Neutralité
  • Droit d'auteur
  • Article de qualité
  • Bon article
  • Lumière sur
  • À faire
  • Archives

Lien externe mort[modifier le code]

Bonjour,

Pendant plusieurs vérifications automatiques, un lien était indisponible. Merci de vérifier si il est bien indisponible et de le remplacer par une version archivée par Internet Archive si c'est le cas. Vous pouvez avoir plus d'informations sur la manière de faire ceci ici. Les erreurs rapportées sont :

Eskimbot 31 janvier 2006 à 05:09 (CET)

Lien pleinement justifié[modifier le code]

Ce passage du rapport remis à l'ONU concerne les Interahamwe et l'instrumentalisation dans le discours du FPR :

« Le Rwanda a justifié la présence continue de ses forces armées par des raisons de sécurité alors que leur objectif réel à long terme consiste, pour reprendre les termes employés par le Bureau Congo de l’APR, à « se procurer des biens ». Les dirigeants rwandais ont réussi à convaincre la communauté internationale que leur présence militaire dans l’est de la République démocratique du Congo a pour objet de protéger le pays contre des groupes hostiles qui se trouvent en République démocratique du Congo et qui, selon eux, se préparent activement à envahir le Rwanda.

Le Groupe d’experts a de nombreuses preuves du contraire. Il détient par exemple une lettre datée du 26 mai 2000, dans laquelle Jean-Pierre Ondekane, Premier Vice-Président et chef du Haut Commandement militaire pour le RCD-Goma, engage toutes les unités de l’armée à entretenir de bonnes relations « avec nos frères » les Interahamwe et Maï Maï, et « les laisser au besoin exploiter le sous-sol pour leur survie ».

Des membres importants d’un groupe congolais hutu, Benemugabohumwe, ont récemment commencé à encourager les Hutus qui vivent dans la République démocratique du Congo et dont certains font partie de groupes d’opposition, à oeuvrer plutôt pour la cause du Rwanda en République démocratique du Congo. Eugène Serufuli, Gouverneur de la province du Nord-Kivu appartenant au RCD-Goma et apparemment lui-même Hutu, a donné son appui à une ONG, Tous pour la paix et la démocratie (TPD), pour encourager les Hutus de tous bords à se rallier aux Rwandais. Leur objectif, tel qu’il était décrit dans une circulaire datée du 16 avril 2002, publiée dans le Nord Kivu Reveil, était de « prêter son allégeance au Rwanda en s’associant à ses efforts pour contrôler l’est de la République démocratique du Congo.

Un combattant interahamwe âgé de 30 ans vivant dans la région de Bukavu a décrit la situation comme suit lors d’une entrevue enregistrée avec un représentant de l’ONU au début de 2002.

« Nous ne nous sommes pas beaucoup battus avec l’APR au cours des deux dernières années. Nous pensons qu’ils sont fatigués de cette guerre, comme nous. De toute façon, ils ne sont pas au Congo pour nous chasser, comme ils le prétendent. Je les ai vu exploiter les mines d’or et de coltan ici; nous voyons comment ils volent la population. C’est pour cette raison qu’ils sont ici. Les soldats de l’APR viennent et tirent en l’air, et pillent les maisons des villageois, mais ils ne nous attaquent plus. Si vous avez de la chance et avez un grand frère dans l’APR, il arrivera peut-être à vous trouver quelques provisions et des munitions. »

Sur la base de son analyse de nombreux documents et témoignages oraux, le Groupe d’experts estime que la présence du Rwanda dans le République démocratique du Congo a pour but d’accroître le nombre de Rwandais qui se trouvent dans l’est du pays et d’encourager ceux qui y sont déjà installés à conjuguer leurs efforts pour aider le Rwanda à exercer son contrôle économique. Le départ récent des troupes rwandaises ne devrait pas être interprété comme un signe de la volonté du Rwanda de réduire sa participation considérable à l’opération d’évacuation de ressources précieuses, de réduire l’intensité du conflit armé ou de réduire la crise humanitaire dans la région. L’exploitation économique sous ses diverses formes continuera, mais en s’appuyant sur une force armée moins visible et en ayant recours à d’autres stratégies. »

Une prise de décision est en cours concernant les liens externes, merci d'en prendre connaissance avant d'ajouter tout lien. Inisheer :: Canal 16 25 août 2006 à 21:29 (CEST)
Je n'ai rien vu sur cette page (que j'ai lue en diagonale, certes) qui se rapporte à mon lien. Et je n'ai pas vu beaucoup de ménage dans les articles que je suis à propos des liens externes. Que cela vous plaise ou non, les Interahawe sont, depuis 1996, un prétexte à commettre d'autres massacres, perpétrés par les extrémistes d'en face. Il est important de donner une référence là-dessus. --Lucrèce 26 août 2006 à 10:38 (CEST)

qui sont les interahamwe ?[modifier le code]

Bonjour, je recherche la précision suivante qui pourrait faire aussi avancer l'article : qui sont les interahamwe, même appromativement : combien (en %) de Congolais, combien de Rwandais ? Il me semblait que c'étaient assez majoritairement des Congolais. L'article ne dit rien à ce sujet, quant à google, le sujet est un peu trop polémique pour y trouver une réponse valable. Merci Papa6 6 décembre 2006 à 10:39 (CET)

Les interahamwe sont des hutu rwandais formés en milice par l'ancien pouvoir hutu donc a priori presque intégralement rwandais. L'article de la BBC dans l'article les nomme aussi « Rwandan rebels ». (:Julien:) 6 décembre 2006 à 19:34 (CET)
Merci. Google confirme, "interahamwe congolais" : 3 réponses... donc ça n'existe quasiment pas. Mais j'ai compris mon erreur, elle est due à des Maï-Maï, dont Chinjachuinja (?), voir aussi article. Papa6 7 décembre 2006 à 11:24 (CET)

Etymologie[modifier le code]

selon une ip « Étymologiquement, le mot Interahamwe vient du verbe "gutera-hamwe" et signifie "ceux qui unissent ses forces pour réaliser un travail commun". Mais la manipulation a fait qui il soit interprété comme "ceux qui tuent ensemble". Ce mot a été très utilisé dans la propagande du gouvernement de Habyarimana avant la guerre pour convoquer les rwandais à travailler ensemble dans la construction du pays à travers des travaux communautaires dénommés "umuganda". » Je ne peux ni confirmer ni infimer cela mais cela reste la seule info qui me semble gardable de son intervention. (:Julien:) 29 mars 2008 à 20:53 (CET)


Théorie du double génocide[modifier le code]

Pour Andre260285  : un témoignage dans un procès est un témoignage. Le point de vue de M. Ruzibiza a tout à fait sa place dans la section Théorie du double génocide de l'article Négationnisme du génocide au Rwanda, pas ici, car cette affirmation d'un double génocide n'a pas été repris par la communauté internationale, ni par les historiens. Merci de ne pas imposer votre point de vue. Que ce point de vue ait été défendu devant un juge ou devant 14 juges ne changent à mon avis rien à la question : ce point de vue n'a tout simplement pas été retenu par les historiens. Vous avez parfaitement le droit de ne pas être d'accord avec leur décision et l'exprimer dans un article, sur un blog, etc. Mais pas dans cette encyclopédie. Cordialement Galufa (d) 11 avril 2008 à 22:39 (CEST)

urawo (neza)[modifier le code]

Je ne sais plus comment ça s'écrit, ma méthode Kinyarwanda est dans ma cave avec toute ma bibliothèque sur le sujet. Mais je me souviens que cela se prononce "Muaro neza" de manière sourde et indistincte, un peu comme un borborygme (désolé pour la dysorthographie) et que ça veut littéralement dire "Est-ce bien toi ?" et que c'est la formule d'usage à prononcer quand on "croise" quelqu'un sur son chemin. Donc oui, désolé que celà remonte mais. Ca se prononce "inter-armée" en avalant le r et le a à la fois. Le terme a été utilisé pour désigner au début des années 90 des "bandes de supporters de foot" (la ref est accessible, peut-être dans le Gerard Prunier... L'ambiguité fonctionne sur la te terme de "travail" "Ceux qui travaillent ensemble", sachant ce que "travail" veut dire dans ces années là. Donc je propose d'écrire un petit paragraphe pour rendre compte de ce double-langage caractéistique de l'idéologie rwandaise (ce mot d'[idéologie rwandaise]] est de Jean-Pierre Chrétien lorsque je lui demandai comment Ferdinand Nahimana avait fait pour les "entourlouper" avec sa Thèse sur les "Petits royaux hutus" et qu'il m'avait répondu qu'ils (les membres du jury) lui avait dit (à Nahimana) qu'il "idéalisait" ces petits royaumes du nord... Sans doute, ce sujet est encore trop vif pour moi... -- Gozor136 [exposez-vous] 3 janvier 2012 à 13:01 (CET).