Discussion:Forensic Files

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Autres discussions [liste]
  • Suppression
  • Neutralité
  • Droit d'auteur
  • Article de qualité
  • Bon article
  • Lumière sur
  • À faire
  • Archives

Série documentaire[modifier le code]

  • Ce qui est "amusant", d'un sens, avec Forensic Files, c'est que ça nécessite quelque peu de se mettre dans la peau de quelqu'un soumis au système judiciaire américain, avec peine de mort, peines cumulées, et tutti quanti. C'est édifiant. Ca se sent moins dans des séries de fiction, cette justice de cow boy. Enfin, la justice et l'injustice, il y a peu de contraires qui ne soient aussi proches.--Rflock (discuter) 21 août 2013 à 19:50 (CEST) En fait, Les Enquêtes impossibles est l'adaptation d'au moins 2 séries doc sur la médecine légale, l'une américaine Forensic Files (les épisodes d'environ 1 demi-heure), et l'autre australienne Forensic Investigators (les épisodes d'environ 1 heure)... Il y en a peut-être d'autres...--Rflock (discuter) 25 août 2013 à 20:33 (CEST) Je continue à enquêter :) On trouve des séries documentaires sur le sujet produites à peu près dans tous les pays... heu, en tout cas les pays occidentaux... ce serait peut-être intéressant de les regrouper dans une catégorie (dans ce cas, il faut dissocier Enquêtes extraordinaires et Enquêtes impossibles...)... Au nom de la loi, Devoir d'enquête, Belgique, Faites entrer l'accusé, Enquêtes criminelles (là aussi, y'a des emprunts à la prod US, particulièrement riche dans le domaine), etc., en France... Le format US est plutôt concis, didactique, et découpé en fonction des pubs dont va être farci le programme (comme à peu près toutes les séries US d'ailleurs)...

La production télévisuelle quand elle est guidée ou contrainte par l'intérêt économique à tendance à s'uniformiser jusqu'à la lassitude du spectateur ; lorsqu'elle est plus libre, elle est plus inventive, mais souvent aussi plus rapidement poussiéreuse, peut-être... Le plus difficile, c'est d'inventer un format qui plaise... Faites entrer l'accusé, c'était top, tout de même, du temps de Hondelatte, question emballage, ambiance... oui bon. (on s'en fout)--Rflock (discuter) 26 août 2013 à 16:12 (CEST)

Chiche que je recense tous les numéros, avec correspondance avec les titres originaux, et tout ?... Mais ça va me prendre du temps... D'autant que ça n'existe même pas sur imdb... Là, je suis à la moitié je crois. y'a tout de même 430 numéros grosso modo, et pas beaucoup de repères... Là, j'en suis à me taper les versions doublées en allemand... Je peux dresser un bien joli tableau, déjà... mais, le plus intéressant serait de relever les sciences auxquelles il est fait appel pour chaque affaire traitée. Le choix des affaires de l'émission est fait en fonction de ce qu'elles apportent en matière d'avancées dans le domaine de la criminologie, notamment, enfin : au départ, en principe... Bon, j'ai plus que les résumés à traduire, ça en fait tout de même 400 et quelque... (il y a une petite poignée que j'ai pas trouvée)--Rflock (discuter) 9 septembre 2013 à 22:08 (CEST)
Concernant le contenu, il y a des affaires qui ont pu s'être produites à des milliers de kilomètres de distance, mais qui comportent néanmoins certains points de similitude. L'étude des mobiles (criminels), ça existe ?...--Rflock (discuter) 28 août 2013 à 08:06 (CEST) Aux Etats-Unis, tu abolirais définitivement la peine de mort et tu légifèrerais sévèrement en matière de détention d'armes, à mon humble avis, tu pourrais diminuer au moins de moitié la criminalité aggravée. Mais bon, faut croire que ça les amuse, de se tirer dans la gueule... Ouais, bon, après tout, en même temps, ça fait le show, ça participe de l'économie du pays.--Rflock (discuter) 29 août 2013 à 21:56 (CEST) Il y a toujours un mobile qui pousse naturellement quelqu'un a tuer quelqu'un. C'est là, seulement là, que se trouve la plaie qu'il faut soigner. La peine de mort n'en a, quant à elle, pas, de mobile. C'est de l'assassinat institutionnalisé, et c'est pire que tout. L'être humain n'est jamais, lui aussi, qu'un accident. Les USA, je pense, figurent dans le top parmi les nations autodémocides... le fameux 11 septembre, c'est du pipi de chat par rapport à ce qu'ils s'infligent eux-mêmes...
Si pas l'idée des séries elles-mêmes, Forensic Files a, à coup sûr, au moins inspiré certains épisodes des Experts (Las Vegas) et ses spin-off, d'Esprits criminels ou autre Cold Case qui (si on prend le présent pour du passé) ont fait les beaux jours de la télévision dans les années 2000-2010... pour autant qu'il n'y ait pas eu d'émission du même genre avant...--Rflock (discuter) 1 septembre 2013 à 03:02 (CEST) C't'une référence, c't' émission...

Darlie Routier[modifier le code]

Y'a des trucs méchamment perturbants dans cette émission. Genre Invisible Intruder sur l'affaire Darlie Routier... Y'a des cinglées, certes, mais tout de même... Enfin, en même temps, c'est possible : y'a bien eu Geneviève Lhermitte, en Belgique... Mais, ça, ça mérite plus l'asile psychiatrique et la camisole de force que la peine de mort, ça dépasse toute imagination et tout entendement... Non mais, c'est pas pensable... elle est devenue dingue, mais après (parce que, elle apparaît tout de même comme une dingue, la Darlie)... ça fait un peut penser à L'Étranger de Camus, là, cette histoire : t'es jugé en fonction d'un comportement bizarre que tu as eu à un moment M, indépendant de ce qu'il y a à juger en réalité... Bon, en même temps, elle a pu... Mais comment cette chaussette s'est-elle retrouvée là ? Parce que : si on ne trouve pas de traces ailleurs que dans la maison, la chaussette ensanglantée n'est pas arrivée toute seule deux maisons plus loin non plus... Quelqu'un, après le bain de sang, l'y a perdue, laissée ou déposée, cette chaussette. Puis, pourquoi une chaussette ?... Tant qu'à faire, pourquoi pas le couteau, ç'aurait fait moins con... C'est l'histoire la plus bizarre sur laquelle je sois tombée depuis longtemps... Oui bon... En plus, elle est droitière, non ? Y'a autant d'incohérences dans un sens que dans l'autre. hum... Non mais, c'est unique. Admettons : je veux tuer deux de mes enfants. Bon, j'en ai pas (heureusement pour eux : j'aurais fait plusieurs tests), mais admettons. Bon, je fais tout, mais en tout cas, je fais pas ça. Tout d'un coup, comme ça, au milieu de la nuit, avec un couteau ! (on devrait condamner ceux qui ont tué avec un flingue à tuer quelqu'un avec un couteau -mais, heu, faut trouver aussi les volontaires pour faire les victimes...- car, avec un flingue, c'est facile : "pan !", et puis voilà, c'est fait : y'a une distance... Tandis qu'avec un couteau, un marteau, une scie circulaire, ou un truc dans le genre, y'a contact, communion avec l'acte de destruction...) Là, il y a de la rage, quoi. Ils étaient pas maltraités, ces gosses, auparavant, apparemment. Enfin, c'est possible, qu'elle soit coupable, voire probable. Mais il existe un doute, un doute raisonnable. Si on peut prouver qu'elle a pris le couteau dans les deux mains... et encore... Cette personne vit toujours. Elle sait ce qu'elle a fait ou pas, ou peut-être pas. Mais ce n'est certainement pas un petit paquet d'andouilles choisies au hasard qui peut le savoir mieux qu'elle.--Rflock (discuter) 24 septembre 2013 à 09:53 (CEST) Il est tout à fait possible qu'elle soit innocente. -Bon, maintenant, si elle avoue, fin du mystère, circulez, y'a rien à voir... et encore...- Mais, il est tout à fait possible qu'elle soit innocente. Enfin, si t'es dingue, t'es dingue, tu zigouilles tes gosses, et après, si tu veux te tuer tu te tues, mais tu ne manigances pas un truc pareil... ou si ?...--Rflock (discuter) 2 octobre 2013 à 02:51 (CEST) La chaussette prouve qu'une personne, quelle qu'elle soit, est bel et bien sortie de la maison APRÈS le meurtre des enfants SANS laisser AUCUNE trace, depuis la maison jusqu'à la chaussette... Ou bien la chaussette - vu qu'on ne sait pas encore dater exactement les taches de sang - a été déposée là avant le meurtre, et le sang retrouvé sur elle n'a alors rien à voir avec celui-ci... Par ailleurs, quand on poignarde, pour se retrouver avec du sang sur le dos, faut déjà y aller, il me semble... C'est complètement absurde, ou alors.. ils s'y sont mis à eux deux, genre : "Tiens, et si on tuait les gosses cette nuit, pour nous distraire, ça changerait"... Les malades mentaux, ceci dit, peuvent être très ingénieux... Le numéro intitulé "Window Watcher" rappelle "Invisible Intruder", on a vérifié ?... Enfin, je suppose que oui. Le Texas est limitrophe de l'Oklahoma.--Rflock (discuter) 3 octobre 2013 à 21:48 (CEST) Non. Non et non. Concernant la moustiquaire, il existe une explication plausible et assez simple. Personne n'est n'y entré ni sorti par là. C'est prouvé. Admettons qu'il y ait réellement eu un intrus. Celui-ci arrive à se faufiler dans la maison par un autre endroit, disons : la porte d'entrée et ce, plusieurs minutes, voire plusieurs heures, avant les crimes. Sa cible est Darlie. Longuement, il a attendu, tapi quelque part dans la maison. Il voit qu'il y a les enfants, qui vont le gêner, et il décide de renoncer. Une chose l'empêche de sortir par là où il est entré. Il passe par la cuisine, voit le présentoir à couteaux, prend un grand couteau et se dirige vers la moustiquaire, qu'il fend pour se pratiquer une issue. Mais, juste avant de sortir, il se ravise. Il revient au présentoir à couteaux, remet le grand couteau en place - il a des gants ou quelque chose d'autre aux mains pour camoufler ses empreintes - et il prend un couteau plus pointu. Il se dirige alors vers les enfants endormis. Les cris - s'il y en a eu - sont couverts par le téléviseur resté allumé. Il s'en prend ensuite à la jeune femme. Dans la pénombre, tout devient confus. Dans la panique, la jeune femme se déplace frénétiquement d'une pièce à une autre, elle voit à un moment l'ouverture dans la moustiquaire et s'imagine que l'agresseur est passé par là. Mais ce dernier parvient à prendre la fuite (parce qu'il n'avait pas du tout prévu la présence du mari, en plus de celle des enfants) par une autre issue... Disons : la porte d'entrée, tout bêtement... (il avait son couteau à lui sur lui, en entrant, déjà)... C'est plausible ?... ou pas ?...--Rflock (discuter) 3 octobre 2013 à 22:16 (CEST) Tu égorges tes enfants, puis tu t'enfonces le couteau dans le ventre, là, ok (on est devant un cas de grave malade, mais ok). Mais pourquoi diable aller les poignarder à plusieurs reprises, et avec autant de violence ? Pour la galerie ? Pour faire croire que ?... Si ça se trouve, on se prépare depuis des années à tuer une personne dont le seul crime se limite à avoir fêté un anniversaire, à avoir traité quelqu'un qui est mort comme quelqu'un de toujours vivant...

En admettant même qu'elle soit coupable, il est vraiment fort peu probable qu'elle récidive. L'idée de base de la « Justice », c'est de protéger la société, pas de faire du spectacle, ou de torturer des gens qui, potentiellement, supposément, le mériteraient... Cette femme ne m'est pas particulièrement sympathique, mais ce qui m'est profondément antipathique, là, c'est le Texas, et les États-Unis...

Ce crime est le plus abominable qui soit. C'est plus qu'immonde. L'auteur, tu le trouves et tu es sûr que c'est lui, si je parle avec mes viscères, tu le découpes en menus morceaux et tu le donnes à bouffer à des chiens, pour moi c'est juste. Mais parmi mes viscères, y'a un cerveau humain qui dit que, même si... On ne peut pas faire ça, et ça et ça, pour ça.

[Non mais]... C'est pas feint, c'est pas possible. Ou alors, on tient l'être le plus machiavélique de cette planète. La personne que l'on entend est hystérique. Elle téléphone mais, en même temps, elle n'est pas concentrée sur l'appel, il se passe quelque chose d'autre autour d'elle. D'après le jugement, elle est, tout en appelant, occupée à faire le ménage, c'est-à-dire à nettoyer les traces de son crime. (le téléphone qu'elle utilise est sans fil, et lui permet de se déplacer) Ce n'est PAS possible. C'est TRÈS difficilement possible. CE N'EST PAS POSSIBLE. --Rflock (discuter) 7 octobre 2013 à 21:14 (CEST) Non et non, ce n'est pas possible. Si tu téléphones pour te disculper alors que tu es fautif, tu te concentres entièrement sur la communication téléphonique, et ça a l'air faux. Tu dis pas "Whaaaat ?" à ton interlocutrice. Il est en outre tout à fait normal que, confronté à une situation pareille - un choc extrême - on ne sache plus très bien quoi par la suite... Qu'il puisse y avoir des incohérences dans les déclarations d'une personne ayant subi un tel choc est compréhensible... Et pourquoi semble-t-il qu'on a essayé d'effacer les traces à côté de l'évier, bin parce que c'est à côté de l'évier justement, tiens, là où coule de l'eau, un réflexe... Et pourquoi semble-t-elle s'être regardé un bon moment devant le miroir, le couteau en main, eh bien parce qu'elle l'a fait, tiens, tout étonnée d'avoir la gorge tranchée. Et pourquoi le couteau tombé n'a pas produit au sol les marques attendues : le tueur est tombé avec le couteau, sans doute. C'est plausible. Le moins plausible, ça reste tout de même l'histoire de la femme démente qui, au beau milieu de la nuit, trucide ses deux gosses en les poignardant avec un couteau et va déposer une chaussette deux maisons plus loin pour faire croire à une agression... et puis revient pour se trancher elle-même la gorge, par-dessus le marché.

système judiciaire américain[modifier le code]

Il y a tout de même de grosses interrogations que je me pose concernant le système judiciaire américain. Pourquoi encore avoir recours au polygraphe, alors qu'a priori - d'après ce que j'ai vu, et ça me semble assez - ça ne rime à rien ? mais ça ne constitue pas une preuve recevable, fort heureusement. Puis, surtout, pourquoi ces marchandages, genre : "Si tu avoues (même si tu n'as rien fait), tu éviteras la peine de mort (dans les états où c'est pratiqué)"... Enfin, c'est de la pure abjection, quelque part. --Rflock (discuter) 8 octobre 2013 à 10:48 (CEST) "quelque part" et au milieu. Enfin... même si tu es effectivement innocent - ce qui arrive -, tu es obligé de choisir entre "avouer et avoir la vie sauve" et "persister à te dire innocent, et risquer la peine de mort". Le principe, si je le comprends bien, est intrinsèquement ignoble. C'est comme ce juge ou je sais pas quoi, dans un Faites entrer l'accusé, sur Ranucci, qui dit : « Il ne m'a pas ému. » C'est vraiment l'un des trucs les plus choquants que j'aie jamais entendu. Non mais, tu te crois à l'opéra, sale connard ! Personne n'a l'obligation d'être sympathique, contre sa nature, même dans le cadre d'un procès, et cela ne rend pas pour autant coupable, de ne pas paraître « sympathique »...--Rflock (discuter) 9 octobre 2013 à 20:40 (CEST) Le poisson, pris dans la nasse, se tortille comme il peut.

La probabilité de récidive devrait peut-être entrer en ligne de compte dans un jugement. Dans l'affaire Fitzhugh (Hell's Kitchen, « Tronçons de jalousie »), le pauvre mec qui a tué sa femme fait presque pitié, quand on le voit lors de l'interrogatoire. C'est pathétique. Sa femme ne méritait pas ça aux yeux de n'importe qui d'autre, mais à ses yeux à lui faut croire que oui.. On peut difficilement imaginer, sinon, qu'il puisse tuer quelqu'un d'autre... Pour faire un truc pareil, hyper-risqué (non seulement, mais, comme on dit, faut le faire, quoi...), faut tout de même avoir dépassé un certain seuil de tolérance personnel... Hum... Faut soit estimer que sa vie à soi - amour propre, confort affectif ou matériel - est menacée d'une façon ou d'une autre, ou alors, on prend carrément son pied à la chose... Ah tiens, j'ai un autre cas litigieux : Calvin Harris (« Divorce fatal », Auto-motive), il a pris 25 ans... le hic c'est que les preuves sont très minces et que l'on n'a jamais retrouvé de corps... Soit, il est coupable (25 ans, alors, c'est peu, par rapport à ce que la justice américaine a coutume de donner comme peine pour ce type de délit, mais ça se passe à New York, aussi, faut dire... c'est pas dans l'état le plus antipathique des USA :), soit il ne l'est pas (et alors, 25 ans, c'est tout de même un peu beaucoup...) Soit il y a doute raisonnable (justice américaine), et on laisse passer, soit pas... La mesure du degré de doute ne devrait pas entrer en ligne de compte pour déterminer une peine... "On est plus ou moins sûrs, allez, alors : 25 ans, au lieu de prison à vie ou peine de mort." Non mais, ça va pas, ça... -- Rflock (discuter) 22 octobre 2013 à 21:31 (CEST) Par ailleurs, comment l'état peut-il s'arroger le droit de se substituer aux victimes, ou à leurs proches. Bon, dans un sens, vaut peut-être mieux, mais dans l'autre : si les parents des victimes pardonnent... ça n'a aucun poids ?...