Discussion:Deià

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Autres discussions [liste]
  • Suppression
  • Neutralité
  • Droit d'auteur
  • Article de qualité
  • Bon article
  • Lumière sur
  • À faire
  • Archives

Exactitude des infos[modifier le code]

Bonjour à tous, Natif de Deia, je ne suis pas tout à fait d'accord sur quelques points de cet article. 1-Bunyola n'est pas limitrophe à Deia 2-Le château de s'estaca ? C'est une belle très demeure mais loin d'être un château 3-Boutiques de Luxe ? Oui, les prix frolent ceux du luxe place Vendôme mais les articles et le service n'ont rien à voir 4-Il n'y a plus une seule barque de pêcheurs à la Cala (tempête de 1999 et directive européenne et les garages dans lesquels elles étaient rangées étaient bien faits de la main de l'homme et pas des grottes naturelles. N

Et dire que c'est moi le fautif. Certainement une erreur de jeunesse (sur WP).
1)Bien sûr, le bourg de Bunyola est assez éloignée de Deia mais je ne me suis pas posé de question car le territoire de chacune de ces municipalités peuvent être assez étendu et ce n'était pas impossible. Du reste, dans l'article Deia, on a encore aujourd'hui : Limita amb els municipis de Valldemossa, Sóller i Bunyola.
2)Estaca : tu dois avoir raison
3)Parfaitement raison
4)Parfaitement raison quant à faits de la main de l'homme
Donc, tu sais ce qu'il te reste à faire.
PS : Pourquoi ne t'inscris-tu pas? jpm2112 Discuter ici 18 avril 2008 à 12:20 (CEST)

'--Deianenc (d) 21 juillet 2008 à 15:32 (CEST)Histoire et origine du nom de la ville''''

Il semble que ce soit bien plus ancien que 1583 et remonte a la conquête de l'ile et de la répartition des terres c'est a dire entre 1229 et 1232.

Joaquin Maria Bover, dans son « Nobiliario Mallorquin » paru en 1848 (réédité en 1948 lors du centième anniversaire aux éditions « Biblioteca Balear »), déclare (Page 210 tome 1)en ce qui concerne l’origine du nom de la ville de Deyà. :

«  Uno de este appellido vino a la conquista y en reparto general de las tierras le toco en el termino de Canarosa una alqueria de doce jugadas que tomo su nombre….

.... Sus armas son : una barra de oro encima de ella una segur de su color natural, en campo encarnado »

Una Jugada o Juvada (dérivé de joug) est la « surface de terre que laboure normalement une paire de boeufs en une journée ». Trois hectares ( ?)

La chose serait entendue, et aucun doute ne subsisterait quant à l’origine du nom de la ville, si le termino de Canarosa incluait la ville de Deia dans son périmètre. Hélas, ce ne semble pas être le cas plusieurs auteurs excluant cette hypothèse dont Pere Xamena Fiol dans son « Historia de Mallorca » paru en 1978 qui précise : Divisio de l’illa : Els sarrain tenien l’illa dividida en dotze districtes Montuiri : … Canarosa : (Alaro, Lloseta, Binissalem, Sencelles, Costitx, Santa Eugenia, Consell y Santa Maria) ….. Bunyola (Bunyola, Deia, Valldemossa, Esporles y part de Banyalbufar).

Deia aurait fait partie du district de Bunyola et donc on peut s’interroger sur l’affirmation de Bover sur l’attribution d’une alqueria au sieur Deya.

Il faut cependant noter quelques faits :

Les limites de ces districts sont elles assurées ? En effet Pere Xamena reconnaît lui-même que « segon un estudi del Dr. Miguel Barcelo de districtes eren tretze ». Qui plus est, apres la conquête, l’île n’est plus divisée en 12 ni 13 districts mais en 15… Des échanges, des ventes, ont certainement eu lieu entre les différents nouveaux propriétaires

Jeronimo Pons, auteur de « Notas para la historia de Deia » ignore totalement les dires de Joaquin Bover et impute l’origine du nom de la ville a «  Ad dayan que era el nombre de aquellas montanas acaso del tiempo de los moros » (page 52 des Notas)

Difficile de croire cependant que Bover a inventé de toutes pièces les détails cités dans son livre : La superficie des terres allouées, l’écusson et même quelques détails sur certains descendant de cette lignée…, Pourquoi l’aurait il fait ? Quel avantage en aurait il tiré ? Apparemment il tenait cette information directement du « llibre del repartiment » que n’a peut être pas consulté Jeronimo Pons. Celui-ci, d’ailleurs, précise lui-même que les sources principales de ses informations sont les archives paroissiales et municipales….

Encore faudrait il aller vérifier dans ce fameux « llibre del repartiment” mais comment procéder ? Quelqu’un sait il s’il existe une édition que l’on peut acheter ou consulter quelque part ? — Le message qui précède, non signé, a été déposé par Deianenc (discuter), le 21 juillet 2008.