Couque de Dinant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir couque.
Une couque de Dinant.
Des couques de Dinant dans une fabrique de couques.

Spécialité de la ville belge dont elle porte le nom, la « couque de Dinant » est une sorte de biscuit extrêmement dur fait de miel et de farine, moulé dans des moules en bois de poirier, de noyer et de hêtre selon des formes très variées : animaux, objets divers, personnages, motifs floraux etc.

La cuisson, dans un four préchauffé à 300 °C , se fait pendant 15 minutes, c’est-à-dire dès que le miel est caramélisé. En refroidissant, la couque de Dinant durcit ce qui lui permet de se conserver indéfiniment.

Parce que le biscuit est très dur, beaucoup de gens n'arrivent pas à l'entamer avec leurs dents.

La couque de Rins, du nom de l'ouvrier-pâtissier qui la créa, en est une variante molle (par ajout de sucre) également produite à Dinant.

La couque de Dinant est également défendue par la Confrérie des Mougneux d'Coûtches de Dinant[1], créée en 1978. Cette confrérie assure la promotion de la couque de Dinant et de Rins, en proposant notamment celles-ci à la dégustation lors de ses sorties avec les géants Dinantais, Cyprien Guinguet, Célestine Cafonette, Adolphe Sax et le Cheval Bayard de Dinant, mais aussi en organisant une fois par an un chapitre d'intronisations où d'autres confréries gastronomiques sont conviées, ainsi que les habitants de Dinant. À cette occasion, la Confrérie a retravaillé la couque de différentes manières afin de pouvoir la proposer lors de ses agapes.

Origine de cette préparation[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2010)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

L’origine[2] de cette spécialité remonte au XVe siècle, lors du siège de la Ville par Charles le Téméraire en 1466. Les Dinantais, privés de victuailles et ne disposant que de miel et de farine, imaginèrent d’en faire une pâte et de la cuire. Cette pâte étant très ferme, ils l’imprimèrent dans le négatif des dinanderies et obtinrent ainsi les dessins les plus variés.

La couque de Dinant est probablement un avatar des préparations faites pour les bateliers de la Meuse.


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Confrérie des Mougneux d'Coûtches et les Géants de Dinant. », sur www.geantsdedinant.be (consulté le 11 février 2017)
  2. Origine : Le site dinant.be estime que l'origine mentionnée dans l'article est une légende fantaisiste. Voir l'article sur [1]