Compagnie générale industrielle de transports

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Compagnie générale industrielle de transports (CGIT) est une ancienne compagnie de transports en commun à Lille.

Histoire[modifier | modifier le code]

Création[modifier | modifier le code]

La compagnie est fondée en comme filiale de la Compagnie des tramways électriques de Lille et sa banlieue (TELB) chargée de l'exploitation des premières lignes d'autobus à Lille.

Reprise du réseau de tramway des TELB[modifier | modifier le code]

En , la concession des TELB expire, cette dernière renonce à l'exploitation du réseau. La CGIT la remplace alors à partir du et reprend le réseau de tramway des TELB[1. 1] qui comprend encore 11 lignes.

Lignes de tramway au
Indice Ligne Remarques
Lille Porte de Béthune - Hellemmes
Wambrechies - Wattignies
Lille Gare - Lille PN des Postes
Lille - Ronchin
Lille - Roubaix
Lille - Haubourdin
Lille - Lomme
Lomme - Mons service partiel et prolongé
Lille - Marcq
Lille Place Catinat - Lille Rue du Buisson
Lille - Lambersart

Rachat et fusion avec la SNELRT[modifier | modifier le code]

Évolution des compagnies de transports en commun de Lille Roubaix Tourcoing.

En , la société Transexel rachète la CGIT et la Société nouvelle électrique Lille Roubaix Tourcoing[n 1], ces 2 compagnies gardent cependant une gestion séparée jusqu'au date à laquelle, elles fusionnent en une société, la compagnie des transports lillois (COTRALI)[réf. nécessaire].

Lignes[modifier | modifier le code]

Voir Lignes CGIT pour la liste des lignes de la compagnie.

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

Voir Matériel roulant de la CGIT pour la liste du matériel roulant de la compagnie.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cette société remplace depuis l'Électrique Lille Roubaix Tourcoing suite à l'expiration de sa concession.

Sources[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Claude Gay (préf. Alain Decaux), Au fil des trams, association Amitram, (1re éd. 1971), 383 p.

  1. page 109