Chambre 327

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Chambre 327
Description de cette image, également commentée ci-après
L'hôtel Westminster, au Touquet, qui sert de décor à la mini-série.
Réalisation Benoît d'Aubert
Scénario Xavier Bunley et Julien Sarfati
Acteurs principaux
Pays de production Drapeau de la France France
Genre policier
Durée 2 × 85 min.
Première diffusion et sur France 3

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Chambre 327 est une mini-série française en deux épisodes réalisée par Benoît d'Aubert sur un scénario de Xavier Bunley et Julien Sarfati et diffusé, pour la première fois les et sur France 3.

Synopsis[modifier | modifier le code]

La famille Marsac fête les fiançailles de Lisa avec Fabien Keller dans le grand hôtel que détient la famille de la jeune fille depuis plusieurs générations et qui est dirigé par Jade, la mère de cette dernière, qui a pris la direction de l'hôtel à la mort de son mari. La famille est cependant préoccupée, la mairie doit renouveler le bail et deux concurrents sont sur le coup. Ceci suffirait déjà à gâcher la fête mais peu de temps après les fiançailles, une femme de ménage retrouve le corps de Fabien et d'une prostituée dans la chambre 327 de l'hôtel. Les soupçons se dirigent rapidement sur Lisa. Jade essaie de la disculper, en cachant même certains éléments à charge...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Info Simple.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par les bases de données Allociné et IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

Tournage[modifier | modifier le code]

La mini-série a été tournée au Touquet-Paris-Plage et à Lille en mars 2012[1].

Réception critique[modifier | modifier le code]

Télérama compare la mini-série à la série Derrick pour la lenteur de l'intrigue et estime que « le scénario accumule les maladresses, entre personnages caricaturaux (les parents prolos du défunt, les requins de l'immobilier, le patriarche aigri...) et incohérences psychologiques »[2]. L'avis du magazine belge Moustique contredit complètement son confrère qualifiant le thriller de « classique, mais plutôt bien mené » et le jugeant qu'il « ne manque pas de rythme. Les morts se suivent à grande vitesse. Les pistes se mêlent et nous emmêlent. Et les coupables potentiels se multiplient. »[3]. Télé Star, lui, apprécie « la confrontation entre Isabel Otero et Pierre Cassignard »[4]. La Croix salue « le charme d'Isabel Otero, malheureusement trop rare à la télévision » mais juge qu'« il ne faut pas attendre de ce thriller policier en deux parties de réelle surprise »[5].

Audience[modifier | modifier le code]

La première diffusion du premier épisode de la mini-série, le 15 décembre 2012 a été suivie en France par 3,164 millions de téléspectateurs, soit 13,2 % de part d'audience[6].

Lors de sa rediffusion, le , la première partie a rassemblé 2,53 millions de téléspectateurs en France (10,6 % de part d'audience) et la seconde 2,58 millions (12,6 %), face au Téléthon et à l'élection de Miss France 2014[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Loïc Torino-Gilles, « Isabel Otero : « C’est bien que Diane, femme flic se soit arrêtée » », sur Télé 2 Semaines, (consulté le ).
  2. Isabelle Poitte, « Chambre 327 », sur Télérama.fr, (consulté le ).
  3. Anne-Claire Préfol, « Chambre 327 », sur Moustique, (consulté le ).
  4. « Chambre 327 », sur Télé Star (consulté le ).
  5. Cécile Jaurès, « Isabel Otero, la sensibilité d'une femme blessée », sur La Croix, (consulté le ).
  6. « Samedi 15 décembre 2012 : Arthur et Sébastien au coude à coude, France 3 portée par Chambre 327, Arte leader TNT », sur Fan2TV.com, (consulté le ).
  7. Alexandre Raveleau, « La Chambre 327 rime avec succès pour Isabel Otero », sur TouteLaTele, (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]