Bataille de Saint-Fulgent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Saint-Fulgent
Description de l'image Bataille de Saint-Fulgent 1793.jpg.
Informations générales
Date 22 septembre 1793
Lieu Saint-Fulgent
Issue Victoire vendéenne
Belligérants
Flag of France.svg Républicains Drapeau de l'Armée catholique et royale de Vendée Vendéens
Commandants
Jean Quirin de Mieszkowski Louis de Lescure
François-Athanase de Charette
Jean-Baptiste Joly
Forces en présence
3 000 hommes 15 000 hommes
Pertes
300 morts ou disparus
700 prisonniers

Guerre de Vendée

Coordonnées 46° 51′ 14″ nord, 1° 10′ 36″ ouest

Géolocalisation sur la carte : Vendée

(Voir situation sur carte : Vendée)
Bataille de Saint-Fulgent

Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire

(Voir situation sur carte : Pays de la Loire)
Bataille de Saint-Fulgent

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Bataille de Saint-Fulgent

La bataille de Saint-Fulgent s'est déroulée lors de la guerre de Vendée, le 22 septembre 1793.

La bataille[modifier | modifier le code]

Après avoir repris Montaigu aux Républicains, Lescure et Charette devaient, selon le plan, rejoindre Bonchamps et le général en chef d'Elbée aux prises avec les Mayençais.

Cependant le soir de sa victoire Charette apprit que, sur ordre de Canclaux, le général républicain Jean Quirin de Mieszkowski, parti des Sables-d'Olonne avait pris position à Saint-Fulgent. Malgré les conseils de ses lieutenants, Charette choisit d'attaquer Mieszkowski plutôt que de soutenir d'Elbée et Bonchamps, d'autant plus que Lescure approuva ce projet.

Les Vendéens passèrent donc à l'attaque de Saint-Fulgent dans la soirée du 22 septembre, profitant de l'obscurité et en nette supériorité numérique ils mirent les Républicains en déroute, ceux-ci, se replièrent sur Chantonnay.

Les troupes de Mieszkowski eurent encore, par la suite, à lutter contre les troupes de Charles de Royrand, qui cependant étaient arrivées trop tard pour leur couper la retraite.

Par cette victoire Charette et Lescure avaient pu se dégager au sud, cependant au nord ils laissaient d'Elbée et Bonchamps dans une position délicate.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Jean Tabeur, Paris contre la Province, les guerres de l'Ouest, éditions Economica, 2008, p.138.
  • Yves Gras, La Guerre de Vendée, éditions Economica, 1994, p.75.