Bartering

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Barter, ou bartering est un mot anglais, désignant l'échange de marchandises entre entreprises. Le concept est apparu aux États-Unis dans les années 1930 et ne concernait que le financement d'émissions radio ou télé, dites soap opera, contre de l'espace publicitaire. Au fil des années le barter a évolué et reprend à présent l'idée du troc entre les entreprises.

Principe du barter[modifier | modifier le code]

Le barter permet aux entreprises de vendre services, produits, stocks en échange d'espace média, de dépenses de communication, de voyages ou autres produits ou services.

Rôle des agences de barter[modifier | modifier le code]

Les agences de barter jouent un rôle d’intermédiaire entre les entreprises, elles fluidifient les transactions et elles aident les entreprises à vendre leurs services, produits ou stocks non écoulés afin de financer des investissements ou des dépenses courantes.

Les approches sont toutefois bien différentes soit en termes d'offres d'échanges, d'expertise sectorielle, de présence géographique et bien entendu de modèle économique.

D'un côté on peut parler de Retail Barter et de l'autre de Corporate Barter. Le Retail Barter est une plate-forme d'échanges interentreprises, généralement destinée à la TPE ou à la PME : la société A est intéressée par les produits de la société B et réciproquement ; l'agence de Barter met en relation et perçoit des honoraires. Dans le cas du Corporate Barter, l'agence de barter achète directement en barter les marchandises à la société A, lui fournit en compensation d'autres services ou produits auprès souvent de plusieurs fournisseurs à la fois et revend les marchandises acquises en barter auprès d'acteurs qui ne sont pas les fournisseurs de la société A.

Acteurs[modifier | modifier le code]

Le bartering en France est apparu dans les années 1990 principalement sur des opérations d'échanges avec les groupes médias (espace publicitaire) avec le Groupe MBB représenté par Philippe Gimond puis avec la société TEC La Solution fondée par Pierre Fontaine et Pascal Alexandre. Active International s'est implanté en France en 1994 aussi sur ce créneaux des espaces publicitaires invendus.

Dans le retail barter on peut citer, B&T qui a été le premier opérateur international multi-réseaux à s'interconnecter en France en 2001. Ouvrant un réseau international d'échange à qui souhaitait s'y interconnecter, opérateur existant ou autre.

Efficio Group a ainsi développé depuis 1995, un modèle unique spécifiquement destiné aux maisons du luxe et international. Le groupe est présent dans 20 pays (Europe, États-Unis, Moyen-Orient, Asie).

Depuis janvier 1999, la société Barter Wings System (BWS), est la première et l'unique société d'intermédiation française spécialisée en échange de marchandises et services présente dans l'Asie Pacifique. Souhaite développer un partenariat sur Tahiti et créer une ceinture économique entre les États-Unis et l'Australie via la Nouvelle-Calédonie et Tahiti.

Plus récemment (2010), l'opérateur flamand RES semble avoir ouvert également son réseau au marché français.

Également en 2010, la société b2b En-Trade[1] a créé un réseau professionnel online de Barter (plus de 2000 entreprises membres), sur la base d'une Bourse aux échanges ouverte aux PME qui peuvent venir poster leurs offres géolocalisées et renseigner leurs différents besoins pour trouver un 'matching'. Un service de courtage assure les mises en relation pour des opérations d'échanges bilatérales et tripartites. b2b EN-TRADE couvre un large secteur d'activité et propose grâce à la richesse du réseau des solutions d'échanges nombreuses.

La société e-barter est un opérateur français basé en région Rhône-Alpes. Créée en 2011 par Arthur Bard, e-barter permet aux entreprises membres du réseau de développer leur portefeuille de clients via des opérations d’échanges (barter).

La société BarterLink est un autre opérateur français de Barter basé en région Aquitaine, créée en 2016 par Sylvain Lhommée.

Il y a de fortes probabilités pour que le Barter se développe en Europe comme aux États-Unis où le Barter est beaucoup plus démocratisé et en croissance de 20% / an depuis la crise de 2007 selon les derniers chiffres de l'IRTA (International Reciprocal Trade Association), l'organisme international qui fédère les différentes entreprises de Barter.

Les dirigeants des organismes de barter sont de profils variés, avec un fort esprit entrepreneurial aux États-Unis et avec une moyenne d'âge de 50 ans (souvent présenté comme métier d'homme d'expérience et de réseau)[2]. Aujourd'hui, certains organismes (e-barter et b2b EN-TRADE) sont néanmoins gérés par via des trentenaires depuis des plateforme online, ce qui laisse croire que le métier a un avenir certain devant lui...

Aujourd'hui les entreprises peuvent faire un choix entre barter organisé autour d'une unité de compte et réciprocité commerciale,

Tableau non exhaustif des leaders des entreprises d'échange en France[modifier | modifier le code]

Il existe 2 types d'organismes d'échange :

Le premier type dit "Barter Media" proposant des échanges essentiellement d'espaces publicitaires contre dotations et services auprès des grandes entreprises très proche de la structure d'une agence de communication.

Et d'autre part les organismes dits de "Global Barter" ou " Retail barter" qui proposent des échanges de tout type pour tout type d'entreprises plus proches de la structure bancaire.

Organe de Barter Nom du dirigeant Nationalité Arrivée en France.
MBB (Media) Philippe Gimond Français 1990
TEC (Media) Pierre Fontaine Français 1986
Active International (Media) Martine Pelier US 1994
Achat Échange Compensation (Publicité) François Bizot Français 1994
EFFICIO GROUP (Travel & Media) Maximilien Urso Français 1995
B&T/(Banque centrale) Pierre Morelle Franco-Belge 2001
B2B EN-TRADE (échange bilatéraux) Samuel Cohen Français 2010
RES (Plus de bureau en France) Walther Smet Belge (Flandres) 2010
France Barter Samuel Cohen/Arthur Bard Français 2014
BarterLink Sylvain Lhommée Français 2016

Évolutions récentes du marché[modifier | modifier le code]

Le 6/07/2011, Pierre Morelle, PDG de B&T, annonçait avoir conclu une licence d'exploitation commerciale et technique avec la starter e-barter, la dotant d'une technologie de pointe et d'outils de gestion (moyens de paiement, analyses statistiques...) lui permettant de s'interconnecter sur le réseau européen de B&T, selon sa déclaration "... Arthur Bard, le fondateur de E-Barter, était le seul jeune et dynamique talent auquel j'aurais accepté de confier notre savoir-faire en toute confiance quant à la destination qu'il en ferait..."[3]. Ceci marquant une rupture dans la tradition du Barter Trading géré exclusivement par des managers de génération plus ancienne.

Début 2012, la Direction Générale de la Compétitivité, de l'Industrie et des Services (DGCIS) a réuni à Bercy un groupe de réflexion sur le 'Barter et sa pratique'. Ce groupe composé des courtiers, d'entreprises utilisatrices du 'barter' et de certains Pôles de compétitivité avait pour mission de mieux comprendre l'échange inter-entreprises, ses contours et analyser si ce mode de commerce peut constituer un relai de croissance pour les TPE et PME.

Parmi les courtiers étaient présents à ce groupe de réflexion les sociétés : b2b EN-TRADE, e-Barter, Barter and Trade et le réseau RES.

Février 2013, à la suite de ce groupe de travail organisé et une étude des bonnes pratiques à l'échelle internationale, la DGCIS a publié en collaboration avec Le Pôle Interministériel de Prospective et d’Anticipation des Mutations Economiques (Pipame) le Guide des Échanges Inter-Entreprises de Biens et Services[4].

En 2014 les réseaux B2B en Trade (Samuel Cohen) et e-barter (Arthur BARD ) fondent le 1er réseau national avec une plateforme online dédiée aux TPE et PME France Barter www.francebarter.coop[5]. Sous la forme d'un structure coopérative (Société coopérative d'intérêt Collectif), entouré de partenaires sérieux (bancaire, société d'informations financières, réseaux d'entreprises, conseil en gestion du risques...), France Barter paraît être à l'heure actuelle une solution intéressante pour fédérer de nombreuses entreprises et établir la confiance nécessaire à l'organisation d'échanges. France Barter permet aux entreprises ayant des offres attractives sur le réseau d'acheter avant de vendre et d'être ainsi en débit Barter le temps de rembourser "en nature" ce débit par la réalisation de ventes auprès des membres du réseau. Ainsi positionnée à la croisée de deux mouvements porteurs : l'économie collaborative et la Fintech (les startups innovant dans la finance et les modes de paiements), la société France Barter a figuré dans le classement Challenges "les 100 start-up ou investir" en 2015.

En 2016 est fondé iscomarket, premier réseau d'échanges de biens et de services entre entreprises en Algérie. Se basant sur le principe du Bartering cette plate-forme s'adresse aux Entrepreneurs, PME, PMI, EPE, EPIC, Techniciens, Libéraux, Médias, Agences et Startups de tous secteurs confondus en leur proposant l’échange de marchandises et de prestations de services entre entreprises et professionnels. Ce financement alternatif est introduit en Algérie par l'Agence de Bartering Intelligent Services Company, dirigée par Mohamed Islem Ayad[6]. La plate-forme permet aussi aux entreprises d'accéder à un réseau collaboratif et de rencontrer par la même occasion des fournisseurs, des prestataires et des clients, tout en allégeant les sorties de trésorerie et en développant leur entreprise, notamment en ayant recours à l'unité de compte ismark[7]. Ce mode de commerce n'en est pas moins efficace dans le contexte économique que traverse l'Algérie, dépréciation du dinar, baisse des recettes publiques, un marché compétitif, saturé et en inflation continue[8].

Références[modifier | modifier le code]

  1. B2B En-Trade
  2. Catalogue des brokers d'ITEX, leader aux États-Unis.
  3. d'après http://www.b-n-t.eu
  4. | Le Guide des Échanges Inter-Entreprises de Biens et servies ou 'Barter'
  5. http://www.francebarter.coop
  6. « ISCompany », sur www.iscomarket.com (consulté le 9 mars 2016)
  7. « C'est quoi ISMARK ? », sur www.iscomarket.com (consulté le 9 mars 2016)
  8. « iscomarket », sur www.iscomarket.com (consulté le 9 mars 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]