Archet courbe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'archet courbe (appelé parfois archet polyphonique) est un modèle particulier d'archet pour les instruments à cordes tels que le violon, l'alto et le violoncelle.

Principe[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

L'archet courbe permet aussi bien le jeu monophonique que polyphonique sur un instrument à cordes et il devient ainsi possible de jouer une, deux, trois, ou même quatre voix simultanément tout en changeant avec souplesse d'une combinaison à l'autre. Pour cela, la convexité de la baguette est suffisamment accentuée et la hausse est équipée d'un mécanisme de levier qui permet de tendre et de détendre les crins à volonté.

Évolution[modifier | modifier le code]

La pratique de la polyphonie sur les instruments à cordes frottées est attestée depuis la Renaissance, notamment chez le célèbre virtuose de lira da braccio Alessandro Striggio (1540-1592). Striggio captivait son auditoire par ses exécutions à quatre voix réellement simultanées sur son instrument. L'idée fut reprise par les violonistes Biagio Marini (1594-1663)[1], Johann Jakob Walther (c.1650-1717), Johann Paul von Westhoff (1656-1705)[2], Nicolaus Bruhns (1665 -1697) et Niccolò Paganini (1782-1840) dont les notations à quatre voix simultanées ont été documentées par Philippe Borer.[3]

Depuis la parution, en 1905, de l'ouvrage d'Albert Schweitzer sur J.S.Bach[4], la question de l'archet courbe a été l'objet de vives controverses. Le démarche première de Schweitzer s'appuyait sur son expérience et sa sensibilité d'interprète.

Faisant contrepoids au rejet de certains musicologues (notamment D. Boyden)[précision nécessaire], deux textes font le point sur le sujet. Il s'agit du livre du violoniste Rudolf Gaehler intitulé Der Rundbogen für Violine - ein Phantom? (« L'Archet courbe pour le violon - un revenant ? »)[5], ainsi que de l'article du violoncelliste Michael Bach consacré aux Suites pour violoncelle seul de J. S. Bach paru dans la revue allemande «Das Orchester»[6].

En 1990, Michael Bach a inventé un archet courbe pour le violon, alto, violoncelle et contrebasse[7]. Il le nomme « BACH.Bogen » (« l'archet Bach »). Pendant les années 1997 à 2001, Mstislav Rostropovitch avait coopéré à la conception d'archet Bach qu'il s'emploie à tester tout en méditant les nouvelles implications au niveau de la technique instrumentale[8]. En 2001, il avait invité Michael Bach à présenter son archet courbe à l'occasion du 7e Concours de violoncelle Rostropovitch à Paris[9]. En 2012, à Arnstadt (Allemagne), lors de l'exposition «BACHLAEUFE - les traces de Johann Sebastian Bach à l'époque contemporaine», le Premier prix a été attribué à l'archet BACH.

L'archet BACH

John Cage[10], Dieter Schnebel[11], Walter Zimmermann[12] et Hans Zender[13] ont composé des oeuvres pour violoncelle et archet courbe.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Albert Schweitzer, Der runde Violinbogen, in: «Schweizerische Musikzeitung», Zürich, 15 mars 1933, 73. année, Nr. 6, pp. 197-203
  • Rudolf Gähler, Der Rundbogen für die Violine – ein Phantom?, Regensburg, ConBrio, 1997 ISBN 3-930079-58-5.
  • Joan Retallack (ed.)MUSICAGE, Hanover, Wesleyan University Press, 1996, pp. 246-290, 296 ISBN 0-8195-5285-2
  • Clemens Fanselau, Mehrstimmigkeit in J.S. Bachs Werken für Melodieinstrumente ohne Begleitung, Sinzig, Studiopunkt, 2000. Voir en particulier pp. 272-282, 367-368
  • Nicolas Slonimsky, Laura Kuhn (ed.), Baker's Biographical Dictionary of Musicians, New York, Centennial Edition, 2001, Vol. 1, pp. 173-174
  • Daniel Charles, MUSIQUES PREMIERES, Festival MANCA, Nice 2005
  • Daniel Charles, au-delà du 'Coup de dés', ZEPPELIN 2008

Références[modifier | modifier le code]

  1. Cfr. son ‘’Capriccio per sonare il violino a modo di Lira’’
  2. Westhoff développa une notation polyphonique spéciale pour le violon (cfr. ses Partitas pour violon solo de 1696)
  3. Philippe Borer, Feuillet d’album, in: «Revue Musicale de Suisse Romande», Nº2 (juin 1993), pp. 101-106; The Twenty-Four Caprices of Niccolò Paganini, thèse de musicologie, 1995, chapitre IV, pp. 126-130 https://eprints.utas.edu.au/11438/
  4. Albert Schweitzer, Johann Sebastian Bach, - XVII. Kammer- und Orchesterwerke, Die Sonaten für Solovioline, Seite 337-343, Breitkopf & Härtel, Wiesbaden 1954
  5. Rudolf Gaehler, Der Rundbogen für die Violine - ein Phantom? ConBrio-Fachbuch, Band 5, ConBrio Verlagsgesellschaft Regensburg 1997, (ISBN 3-930079-58-5)
  6. Michael Bach, Die Suiten für Violoncello von Johann Sebastian Bach, in «Das Orchester», Mainz 7-8/1997
  7. Michael Bach, Fingerboards & Overtones, Pictures, Basics and Model for a New Way of Cello Playing, en allemand et en anglais, édition spangenberg, München 1991, (ISBN 3-89409-063-4)
  8. http://www.bach-bogen.de/mstislav-rostropovich.html
  9. http://www.cello.org/Newsletter/Articles/bachbogen/bachbogen.htm
  10. ONE8 (1991), for Cello with Curved Bow
  11. Mit diesen Händen für Stimme und Cello mit Rundbogen (1992)
  12. “Geduld und Gelegenheit” für Violoncello mit Rundbogen und Klavier(1987-89)
  13. BARDO für Cello mit Rundbogen und Orchester (2000)