Arbre de la justice (Court-Saint-Étienne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Arbre de la justice
(Court-Saint-Étienne)
Image illustrative de l’article Arbre de la justice (Court-Saint-Étienne)
L'Arbre de la justice en hiver.
Géographie
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Province Drapeau de la province du Brabant wallon Province du Brabant wallon
Commune Court-Saint-Étienne
Localisation
Coordonnées 50° 36′ 39″ nord, 4° 35′ 01″ est
Géolocalisation sur la carte : Belgique
(Voir situation sur carte : Belgique)
Arbre de la justice (Court-Saint-Étienne)
Géolocalisation sur la carte : Brabant wallon
(Voir situation sur carte : Brabant wallon)
Arbre de la justice (Court-Saint-Étienne)

Le lieu-dit Arbre de la justice est un site situé sur le territoire de Sart-Messire-Guillaume, village de la commune belge de Court-Saint-Étienne en Brabant wallon.

Historique[modifier | modifier le code]

Le tilleul central.
Mars 2017.

La carte du comte de Ferraris mentionne déjà un grand tilleul solitaire à cet endroit en 1777[1],[2],[P 1]. Cet arbre figure également sur certains plans de la même époque conservés aux Archives générales du Royaume[P 1].

Certains pensent que l'Arbre de la justice était un ancien pilori[3] même si ceci n'a pu être établi par aucun document[2]. Dans son « Petit Guide de Court-Saint-Étienne et Environs », le comte Goblet d'Alviella indique cependant que cet arbre servit de pilori[P 2].

L'auteur Paul Pilloy pose la question de savoir s'il faut rapprocher son origine de l'acquisition de la haute justice de Sart-Messire-Guillaume par le seigneur Antoine de Terremonde le [P 2],[2] ; la haute justice conférait le droit de rendre des sentences de mort[P 2].

Ce grand tilleul a été le témoin de nombreux événements historiques :

  • le , il a vu passer une troupe de deux mille Huguenots en route pour Wavre[P 3] ;
  • le , il a assisté au «Combat d'Heuval» entre les habitants de Court-Saint-Étienne et les troupes de Louis XIV[P 3] ;
  • en 1815, il a vu défiler les Prussiens après la bataille de Ligny[P 1] ;
  • en 1914, enfin, un état-major allemand se fixa au château du Chenoy et y installa un champ d'aviation temporaire[P 1].

Il figure depuis 1914 sur les armoiries de Court-Saint-Étienne[2] qui comptent quatre quartiers représentant respectivement le tumulus du plateau de "la Quenique", saint Étienne, l'Arbre de la justice, et enfin la roue, représentation des activités métallurgiques qui furent nombreuses à Court. L'Arbre de la justice, qui figure au troisième quartier, représente la période féodale[P 3].

Le tilleul plusieurs fois centenaire, qui avait alors une circonférence de 2,8 m à sa base, fut dynamité en 1940 par les troupes françaises qui estimaient qu'il pouvait servir de repère aux troupes ennemies[P 1],[1] : le , le 43e régiment français d'infanterie motorisée le mina et l'arracha de sa base[P 1],[2].

Un nouveau tilleul, entouré de huit autres, fut planté en 1957 par la famille Boël, en ce carrefour baptisé «Square Baronne Pol Boël» depuis 1938[2].

Le , une stèle, réalisée par Geneviève Vastrade, sculpteur de Tangissart, a été posée sur le site par un comité du souvenir franco-belge pour rendre hommage aux soldats français morts en mai 1940 dans la région pour défendre la Dyle[4].

Le , durant la nuit, le tilleul central a subi un acte de vandalisme. Les pompiers locaux l’ont trouvé abattu sur la route après avoir été prévenus par un habitant de la localité vers 3h du matin. Selon leurs constatations, une ou plusieurs personnes ont d’abord tenté de le couper à la hache pour finir par le sectionner à l’aide d’une tronçonneuse[5],[6],[7].

Le tilleul central en 2015.
Le tilleul central en mars 2017.

Description[modifier | modifier le code]

Détail du mémorial et de la stèle.
Détail de la stèle.

Le site de l'Arbre de la justice se dresse à 160 m d'altitude sur un plateau aux vastes horizons[P 1], à l'intersection de cinq routes menant vers Mellery, Villeroux, Mont-Saint-Guibert, Court-Saint-Étienne et Sart-Messire-Guillaume[2].

Il occupe plus précisément le square Baronne Boël, carrefour formé par la rue de l'Arbre de la justice, la rue du 43e Régiment d'Infanterie, la rue Vital Casse et la rue de Court-Saint-Étienne, au sud-est de la commune de Court-Saint-Étienne et du village de Sart-Messire-Guillaume.

Ce rond-point en étoile situé non loin du château du Chenoy[3], abrite un tilleul central entouré de huit tilleuls disposés en couronne.

Un des côtés du rond-point abrite une stèle en hommage aux soldats français morts dans la région en [8].

Cette stèle est ornée d'un coq et porte l'épitaphe suivante :

« Aux
Soldats
Français
Mai
1940-2005 »

Le site est hélas abîmé par de grandes antennes de l'Otan[9].

Le mémorial.
La stèle.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Paul Pilloy-Cortvriendt, Curtis Sancti Stephani - Guide inventaire de Court-Saint-Étienne., Éditions Philsteph, sans date (vers 1980). 

Références[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Paul Pilloy-Cortvriendt, Curtis Sancti Stephani - Guide inventaire de Court-Saint-Étienne, Éditions Philsteph, sans date (vers 1995)
  1. a b c d e f et g p. 160.
  2. a b et c p. 159.
  3. a b et c p. 161.

Autres[modifier | modifier le code]