Antoine Lusson (fils)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Antoine Lusson
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata
1876
Nationalité
Activité
Peintre-verrier
Œuvres principales
signature d'Antoine Lusson
signature

Antoine Lusson, dit « Antoine Lusson fils » pour le distinguer de son père qui portait le même nom, est un vitrailliste du XIXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'Antoine Lusson (père), lui-même verrier, Antoine Lusson fils travaille dans l'atelier de son père, qui travaille en particulier pour la cathédrale Saint-Julien, dès 1807[1]. Il décède en 1876[2].

À la mort de son père, il reprend la direction de l'atelier, en collaboration avec son beau frère Édouard Bourdon ; mais la fabrique manquait souvent d'ouvrage. Les frères Carl et Frédéric Küchelbecker, élèves de Johann Friedrich Overbeck, qui travaillaient pour l'atelier Lusson depuis 1849, sont rapidement en froid avec la nouvelle direction de l'atelier et vont offrir en 1854 leurs services au Carmel du Mans[3], qui a lancé une fabrique de vitraux en 1853. S'ensuit un procès long et onéreux[4].

Au début des années 1860, l'atelier Lusson déménage à Paris, 21 bis rue de Laval, où il poursuit alors ses activités[5].

Réalisation[modifier | modifier le code]

Vitrail d'Antoine Lusson, représentant la Visitation, situé dans l'église Saint-Laurent, à Paris.

À partir de 1855, Antoine Lusson s'associe à son beau-frère Édouard Bourdon et crée des verrières pour les grandes cathédrales françaises alors restaurées à grands frais : Lyon en 1855, Paris en 1862-1863, Le Mans en collaboration avec Auguste Steinheil et Nicolas Coffetier durant plusieurs années[6],[7]


Signature d'Antoine Lusson fils sur un vitrail de l'église Saint-Germain à Saint-Germain-en-Laye.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Brisac & Alliou 1986, p. 389.
  2. « Les édifices néogothiques parisiens et leurs verrières : églises et chapelles catholiques », sur insitu.revues.org
  3. Brisac & Alliou 1986, p. 393.
  4. Brisac & Alliou 1986, p. 392.
  5. Adolphe Josse et J. Todevin, Guide spécial du clergé dans Paris : année 1865 / A. Josse et J. Todevin, A. Josse (Paris), (lire en ligne)
  6. Brisac & Alliou 1986, p. 390.
  7. Modèle:Référence insitu.revues.org. # [1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Les vitraux de l'église Saint Medard à Tremblay-en France

  1. site de la culture [2]


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [Brisac & Alliou 1986] Catherine Brisac et Didier Alliou, « La peinture sur verre au XIXe siècle dans la Sarthe », Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest, Persée, vol. 93, no 4,‎ , p. 389-394 (DOI 10.3406/abpo.1986.3234, lire en ligne)
  • A. Josse et J. Todevin, Guide spécial du clergé dans Paris, année 1865, p. 156.