Alexandre Sambat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Alexandre Sambat
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 49 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Alexandre Sambat ([1][2]) était un politicien et diplomate Gabonais. Il fut ambassadeur du Gabon aux États-Unis de 1991 à 1993[3] avant de rejoindre l'opposition et d'être un candidat malheureux à l'élection présidentielle gabonaise de 1993. Après cette élection, il fit partie du gouvernement jusqu'à sa mort en 1998.

Né à Makokou, Sambat était ingénieur chimiste[1]. Il fut ministre de l'Éducation nationale avant d'être ministre d'État du tourisme, des loisirs et des parcs nationaux le 18 novembre 1987[4]. Il fut nommé ambassadeur auprès des États-Unis le et présenta ses lettres de créances le [3].

Une composition musicale de son cru, « World peace song », fut jouée en janvier 1992 ; Sambat chantait et jouait au clavier. L'œuvre se caractérise par un refrain brillant et mélodique. Les paroles sont en anglais et en français[5].

Après l'élection de 1993, il rejoint à nouveau le gouvernement ; en 1995, il est ministre des droits humains[6]. Il fut le seul membre de l'opposition dans le gouvernement constitué le 28 janvier 1997 ; il y occupa le poste de ministre de la jeunesse, des sports et des loisirs[7].

Sambat resta ministre de la jeunesse et des sports jusqu'à ce qu'il meure d'une rupture d'anévrisme dans un hôpital parisien en septembre 1998[2]. Pierre Emboni lui succéda au ministère[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Les élites africaines, Édiafric-Service, (lire en ligne), p. 385.
  2. a et b (en) James Morrison, « Embassy Row », The Washington Times,‎ (lire en ligne).
  3. a et b (en) « List of Gabonese ambassadors to the United States », US Department of State.
  4. (en) « Oct 1988 - Cabinet changes-1988 budget-External debt arrangements », Keesing's Record of World Events, vol. 34,‎ , p. 36201 (lire en ligne).
  5. (en) Jeanne Spaeth, « King Choral Tribute », The Washington Post,‎ (lire en ligne).
  6. (en) « III. Organization of the work of the session », Office of the United Nations High Commissioner for Human Rights, .
  7. « Décret N° 144/PR, fixant la composition du Gouvernement », Journal Officiel de la République Gabonaise,‎ , p. 2 & 3.
  8. « Pierre Embon, ministre de la jeunesse et des sports du Gabon », Jeune Afrique économie, nos 272-277,‎ , p. 117 (lire en ligne).

Crédit d'auteurs[modifier | modifier le code]