Albert F. Sabo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Albert F. Sabo
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
University of Pennsylvania Law School (en)
Wharton SchoolVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Conflit

Albert F. Sabo ( - ) était un magistrat américain, juge de la Philadelphia County Court of Common Pleas. Il est notamment connu pour avoir présidé, en 1982, au procès pour meurtre de Mumia Abu-Jamal[1]. Albert F. Sabo a exercé comme juge de 1974 jusqu'à son départ à la retraite, en 1998[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Philadelphie, Albert F. Sabo a grandi dans le quartier de Northern Liberties et est sorti diplômé de la Roman Catholic High School en 1938. Au cours de son cursus à l'université de Pennsylvanie, il obtient une licence d'économie de la Warton School, en 1942, et un diplôme de droit en 1948. Albert F. Sabo fut également soldat dans l'United States Army Air Corps[2]. et vétéran de la Seconde Guerre mondiale. À la fin de sa vie, il résidait dans le quartier de Mount Airy[2], à Philadelphie, où il mourut d'un arrêt cardiaque le 8 mai 2002[1].

Carrière de magistrat[modifier | modifier le code]

Durant les quinze ans qu'il passe à la Cour, Albert F. Sabo traitera exclusivement des affaires d'homicide[1]. Il est connu pour y avoir prononcé trente et une condamnations à la peine capitale, soit le record absolu de condamnations à mort pour un seul magistrat aux États-Unis[1].

Le procès de Mumia Abu-Jamal[modifier | modifier le code]

Albert F. Sabo doit en grande partie sa renommée au procès du militant des Black Panthers, Wesley Cook, dit Mumia Abu-Jamal, soupçonné du meurtre du policier Daniel Faulkner au cours d'une bagarre confuse, en 1981. Il prononça en effet la peine capitale pour Mumia Abu-Jamal au terme d'un procès jugé trouble par une partie de l'opinion publique[3], entaché par des soupçons de racisme et de corruption judiciaire[4]. En 1995, durant la période précédant l'exécution prévue de Mumia Abu-Jamal, Albert F. Sabo bénéficia d'une protection rapprochée 24h sur 24, en raison des lettres et des appels de menaces dont il avait été la cible[5]. Le 15 septembre 1995, il refusa d'ouvrir à nouveau le procès de Mumia Abu-Jamal[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Albert F. Sabo » (voir la liste des auteurs).

  1. a, b, c et d "Albert F. Sabo, 81, Judge in Murder Trials", New York Times, 13 mai 2002.,
  2. a, b et c Pray, Rusty (May 10, 2002),"Albert F. Sabo, 81, Abu-Jamal trial judge", The Philadelphia Inquirer : p.B7.
  3. Voir le film Toute ma vie en prison de Marc Evans, produit par Livia Firth
  4. Sara Rimer, Death Sentence Overturned In 1981 Killing of Officer, New York Times, 9 décembre 2001.
  5. Lounsberry, Émilie (18 juillet 1995). "Abu-jamal Case Puts Focus On Sabo - Again" The Philadelphia Inquirer. Consulté le 22 avril 2011.
  6. Kaufman, Marc; Quinones Miller, Karen E.; Cass Julia (September 16, 1995). « Sabo Denies Retrial For Abu-jamal ». The Philadelphia Inquirer. Consulté le 12 avril 2011.