Adolphe Gronfier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gronfier.
Adolphe Gronfier
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 49 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activité
Commissaire de policeVoir et modifier les données sur Wikidata

Adolphe Gronfier, né à Paris le et mort dans cette même ville le , est un commissaire de police à Paris. Il est connu pour avoir largement annoté le Dictionnaire général de police administrative et judiciaire, offrant ainsi un témoignage sur les bas-fonds et la délinquance parisienne dans la seconde moitié du XIXe siècle[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Entré dans la police en 1866, il devient, comme son grand-père et son père avant lui, commissaire de police le . Il semble néanmoins que le métier de commissaire ne soit pas une vocation pour ce jeune bachelier ès-lettres. Régulièrement absent du commissariat[1], il fait l'objet de nombreuses plaintes des administrés dont, dit-on, il se soucie peu. Il est, à ce titre, constamment surveillé par ses collègues pour le compte du Contrôle général.

Il passe en fait des heures à annoter le Dictionnaire général de police administrative et judiciaire, un recueil de lois et règlements que les autorités républicaines distribuent aux fonctionnaires chargés de les faire appliquer[1].

Le , s'étant fait porter malade quelques jours plus tôt, il succombe à une pneumonie infectieuse à l'âge de quarante-sept ans, laissant une veuve et quatre enfants en bas-âge. Il est enterré au cimetière du Père-Lachaise (44e division)[2].

Le Dictionnaire d'Adolphe Gronfier[modifier | modifier le code]

En 1998, sur une brocante à Paris, l'écrivain Hervé Jubert achète deux volumes du Dictionnaire général de police administrative et judiciaire annotés[1]. Il s'agit des commentaires du commissaire Adolphe Gronfier. L'écrivain s'en inspire pour ses romans, puis les confie à l'historien Bruno Fuligni[1]. Considérant qu'ils offrent un témoignage inédit et original de la vie dans les bas-fonds parisiens au XIXe siècle, ce dernier les publie en 2010 dans un recueil intitulé Dictionnaire de la racaille[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f "La racaille, selon Adolphe Gronfier ", billet du 26 mai 2010 sur le blog de Pascale Robert Diard
  2. Registre journalier d'inhumation, 8 mai 1893, n°3467, page 24

Source[modifier | modifier le code]

  • Introduction par Bruno Fuligni de l'auteur dans le Dictionnaire de la racaille : le manuscrit secret d'un commissaire de police parisien au XIXe siècle, Adolphe Gronfier, Horay, Paris, 2010.