Adolphe Desbarrolles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Adolphe Desbarolles)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Adolphe Desbarrolles
Desbarrolles, Adolphe, Nadar, Gallica.jpg
Adolphe Desbarrolles, par Nadar
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 84 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activités

Adolphe Desbarrolles comte d'Hautencourt, né le 22 Aout 1801 à Paris et décédé le 11 février 1886 est un écrivain et artiste français adepte des sciences occultes en particulier de la chiromancie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est un ami proche de l'occultiste Éliphas Lévi, qui partage son atelier en 1854, martiniste[1].

Il commença sa carrière par des récits de voyages en Europe. Puis il s'intéresse aux sciences occultes.

Ses ouvrages sur la chiromancie eurent un grande notoriété comme en attestent les rééditions de ses livres dans les années 1920-1930.

Vers 1870, Il collabore avec Jean-Hippolyte Michon pour écrire les mystères de l'écriture. La rédaction sera difficile, les deux auteurs rencontrant des divergences importantes. Desbarolles postule notamment l’existence d’une force transcendantale qu’il nomme électricité s’exprimant dans l’écriture. Les deux auteurs se disputeront longtemps la paternité de leur découverte. La polémique est reprise dans le livre "Histoire de la graphologie" d’Émilie de Vars[2] et son ouvrage les "Révélations complètes". Desbarolles n’abandonne pas l’idée de hisser la graphologie au rang de science divinatoire au même titre que la chiromancie.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Un mois de voyage en Suisse pour 200 francs (1840)[3]
  • Deux artistes en Espagne, illustré par Eugène Giraud (1862)[4]
  • Chiromancie nouvelle. Les Mystères de la main révélés et expliqués (1859)[5]
  • Les Mystères de la main, révélations complètes, suite et fin, Paris, chez l'auteur.
  • Le caractère allemand expliqué par la physiologie (1866)[6]
  • Les mystères de l'écriture, l'art de juger les hommes sur leurs autographes avec Jean Hippolyte Michon (1872)[7]
  • Révélations complètes : chiromancie, phrénologie, graphologie, études physiologiques, révélation du passé, connaissance de l'avenir [8]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Richard Raczynski, Un dictionnaire du Martinisme, Paris, Dualpha éd., 2009, p. 211.
  2. Emile de Vars, Histoire de la graphologie, Paris, Publication Graphologique, , 72 p. (lire en ligne)
  3. A Desbarolles, Un mois de voyage en Suisse pour 200 francs, Paris, Dentu, , 240 p. (notice BnF no FRBNF36577500, lire en ligne)
  4. A Desbarolles, Deux artistes en Espagne, Paris, G. Barba, , 84 p. (lire en ligne)
  5. AD Desbarolles, Les mystères de la main, E DENTU Paris, , 646 p. (lire en ligne)
  6. A Desbarolles, Le caractère allemand expliqué par la physiologie, Paris, Lacroix, Verboeckhoven & Cie, , 320 p. (lire en ligne)
  7. A Desbarolles et Jean-Hippolyte, Les mystères de l'écriture : art de juger les hommes sur leurs autographes, Paris, Garnier Frères, 1872, seconde édition 1884, 602 p. (lire en ligne)
  8. Adolphe Desbarolles, Révélations complètes : chiromancie, phrénologie, graphologie, etc., paris, Vigot Frère, 1922 (écrit en 1874) (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]