Untel (groupe d'artistes)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Untel
Histoire
Fondation
Cadre
Pays

UNTEL est un collectif d'artistes, créé en 1975 à Paris par Jean-Paul Albinet, Philippe Cazal et Alain Snyers. Le groupe suspend ses activités en 1980.

Après une longue période ou chacun des membres du groupe a développé une pratique personnelle, souvent dans "l'esprit UNTEL", ils sont invités en 2001 par Paul Ardenne pour présenter leur oeuvre majeure "Vie quotidienne - Environnement de type Grand magasin" dans le cadre de l'exposition "Expérimenter le réel, Réalité revisitée" au centre d'art Le Lait, Albi.

Depuis UNTEL est régulièrement invité pour ré-actualiser ses travaux ou performances.


Description:

Au cours de ses différentes actions, UNTEL a cherché à questionner l’attitude de l’artiste, d’abord en tant que producteur de sens, mais aussi comme révélateur d’interrogations. La mutualisation des forces et des idées va animer ce groupe. Alain Snyers quitte le groupe en 1978, il est occasionnellement remplacé par Wilfrid Rouff pour l'intervention "Touriste" réalisée dans les rues de Cahors, et ensuite dans la grande galerie du Louvre, Paris. Le graphiste Bernard Baissait a été très proche de ce groupe sans jamais pour autant en faire partie

Le groupe effectue une analyse critique de la société dans ses contradictions et procède à une mise en œuvre permanente de tous les moyens dont il dispose, en s’emparant des matériaux qui existent dans le quotidien et en réalisant des interventions dans l’espace urbain.

Les préoccupations et interrogations des artistes, insérées dans la réalité sociale, s’expriment et se visualisent par le choix et le traitement des supports (affiches, photographies, images, objets, notes, sons, etc.)[1].

« La vie quotidienne en milieu urbain » est le générique déclaré du terrain d’observation et d’intervention d’UNTEL, thématique qui sera le déterminant récurrent de leurs recherches et attitudes.

UNTEL joue avec les signes courants, les messages plus ou moins consistants ou les mots répétitifs voire absurdes du monde environnant pour se les approprier et les détourner de façon critique. UNTEL en fabrique d’autres, porteurs de perturbation et de nouveaux sens. Les interventions du groupe parlent du quotidien : manifestations de rues, revues de presse, magasins, enquêtes, ventes ambulantes, collectes d’objets insignifiants, envois postaux… La mise en scène événementielle, portées par le décalage de l’acte artistique interroge le réel de la vie dans la ville à travers ses expressions spontanées et comportements en rupture.

UNTEL a principalement œuvré en ville soit de façon off et improvisée dans l’espace public : interventions surprises avec des actions comme « Le bonheur pour vous, qu’est-ce que c’est ? », « Je vous offre un verre » ou divers « Comportements en rupture » : « Touristes », « Socles »… Dans le cadre de manifestations culturelles avec des dispositifs qui impliquent le public comme « 350 m d’informations », « On joue à la photo, on prend des poses ». Cet esprit se manifeste en particulier dans une œuvre, l’Environnement de type Grand magasin, créée pour la Biennale de Paris en 1977. Le visiteur déambule entre les rayonnages de ce qui, à première vue, ressemble effectivement à un supermarché. Il s’aperçoit cependant bien vite qu’il n’y a rien à vendre et que les marchandises conditionnées qui sont en exposition, renvoient davantage à son propre conditionnement mental de consommateur[2].

UNTEL a conçu des expositions autour de la problématique de « La vie quotidienne en milieu urbain » dont la plus importante fut en 1977, « Vie quotidienne », environnement de type grand magasin" (installation d'environ 100 m2). Celle-ci reprenait les codes et les modes de présentation des supermarchés. Les produits classiques de la consommation y sont remplacés par 2 500 objets et images du quotidien principalement parisien, mis sous vide par thermo-formage (journaux, papiers peints, cartes postales, objets trouvés…). Des références à la télévision, aux jardins publics, au sexe, à la police, aux vacances, aux musées, au métro, au chômage

Loin de vouloir apporter des réponses, UNTEL s’est présenté comme un miroir critique et dynamique de l’art au contact du réel.

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

- Musée national d'art moderne / Centre Pompidou, Paris

- CNAP, Fonds national d'art contemporain, Paris

- MUba Eugène Leroy, Musée des beaux-arts, Toucoing

- IAC - Institut d'art contemporain, Villeurbanne

- FRAC Franche-Comté, Besançon

Expositions (récentes)[modifier | modifier le code]

2020 - "En Être" - 70 édition du salon Jeune peinture/Jeune création - Galerie Thaddaeus Ropac, Pantin

- "Le Grand Tour" - H2M centre d'art contemporain, Bourg-en-Bresse

- "Touriste" - commissariat Marie-Deparis-Yafil, centre d'art de Mitry-Mory

2019 - "Roaming..." - commissariat Jeune Création, Espace Niemeyer, Paris

- "Partie de campagne" - Programme de performances, commissariat Jeune Création, Galerie Thaddaeus Ropc, Pantin, Centre

2018 - "UNTEL" - Programme IN VIVO, Centre Pompidou, Paris


Bibliographie

  • UNTEL Archives 1975-1980. Monographie co-éditée en 2004 par l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris, La Galerie, Noisy-le-Sec, l'Ecole Supérieure d'Art et Design de Dijon[3]et le Centre National de l'Edition d'Art Imprimé.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Untel », sur http://i-ac.eu/
  2. « Untel », sur http://i-ac.eu
  3. Élisabeth Besson, Untel : 1975-1980, archives, œuvres : La Galerie, Noisy-le-Sec, 09.03 - 27.04.02, Noisy-le-Sec

Liens externes[modifier | modifier le code]