Antonio Tejero

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Tejero)
Antonio Tejero Molina
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Académie générale militaire de Saragosse (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Arme
Grade militaire
Conflit

Antonio Tejero Molina (né en 1932, à Alhaurín el Grande, province de Malaga) est un ancien colonel de la Garde civile espagnole, nostalgique du régime franquiste. Il est un des principaux organisateurs de la tentative de coup d'État du , connu en Espagne sous le nom de 23-F[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il s'engage dans la garde civile en 1951 et commande de la province basque du Guipuscoa, mais il doit demander son transfert vers une autre région après ses déclarations publiques contre le drapeau basque Ikurriña. Sa vie comporte quelques épisodes pro-putschistes.

Le , Tejero avait déjà été jugé pour une première tentative de coup d'État, connue sous le nom d'opération Galaxia et avait écopé de 7 mois de prison.

Il est en poste de capitaine général de la 3e région militaire lors de la tentative du putsch qui allait le rendre célèbre : le coup d'État du 23-F[2] le , au cours duquel il prend d'assaut le Congrès des députés à la tête de deux cents gardes civils. Le but de ce putsch est de faire basculer la démocratie espagnole vers un retour au régime dictatorial qu'elle avait quitté six ans plus tôt. L'échec de ce coup d'État permet de donner du crédit et de la popularité au roi Juan Carlos qui, par cet événement, obtient la légitimité démocratique qu'il pouvait espérer, après la transition démocratique qu'il avait lancée depuis 1975, date de la mort du dictateur Franco.

Tejero est condamné à trente ans de prison. Incarcéré à la prison d'Alcalá de Henares, il bénéficie d'un régime ouvert dès 1993, et est libéré sous le régime de la liberté conditionnelle en 1996. Depuis, il partage son temps entre Madrid et sa province natale de Malaga, où il contribue épisodiquement à un quotidien local, Melilla Hoy.

Il fait une apparition, le 24 octobre 2019, avec un autre groupe de personnes à la porte du cimetière de Mingorrubio pour s'opposer au processus d'exhumation et d'inhumation de la dépouille de Francisco Franco[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]