Sphinx gazé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Sphinx fuciforme)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Hemaris fuciformis • Sphinx du chèvrefeuille

Page d'aide sur l'homonymie Pour l'autre espèce appelée « Sphinx du chèvrefeuille », voir Hemaris diffinis.

Le Sphinx gazé ou Sphinx du chèvrefeuille (Hemaris fuciformis) est une espèce paléarctique de lépidoptères de la famille des Sphingidae.

Description[modifier | modifier le code]

Imago[modifier | modifier le code]

Envergure : de 4 à 5 cm, aile antérieure longue de 17 à 20 mm.
Au moment de l'émergence de la chrysalide, les ailes sont recouvertes d'écailles brun rouge qui tombent lors du premier vol sauf au niveau des zones marginales qui restent brun rouge. Celles-ci sont nettement plus larges que celles de l'espèce proche Hemaris tityus[1].

Chenille[modifier | modifier le code]

Verte pointillée de blanc, munie d'une corne postérieure typique de nombreux sphingidés.

Répartition et habitat[modifier | modifier le code]

Répartition
Régions paléarctiques (sauf dans le nord) : de l'Angleterre au Caucase et à l'ouest de la Sibérie. Connu de toute la France métropolitaine et de la Corse.
Habitat
Peut s'élever à plus de 2 000 mètres en montagne. Diurne, il vit dans les prairies fleuries, les clairières, le long des lisières et des chemins forestiers, les friches, les jardins ensoleillés où, à la manière d'un colibri, il butine en particulier les fleurs bleues et violettes (bugles, sauges, knauties, buddléia...)[2].

Période de vol[modifier | modifier le code]

Les imagos volent habituellement en Europe de mai à juin (si univoltins), mais ils peuvent être présents également en août (si bivoltins, selon les régions).

Plantes-hôtes[modifier | modifier le code]

Les plantes-hôtes de la chenille sont presque uniquement des chèvrefeuilles (surtout Lonicera xylosteum et L. nigra)[3].

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

  • En français : le Sphinx gazé[4],[5],[3], le Sphinx du chèvrefeuille[4],[5],[3] (nom qui désigne aussi l'espèce nord-américaine Hemaris diffinis), ou (plus rarement[3]) le Sphinx fuciforme[6].
  • En anglais : Broad-bordered Bee Hawkmoth[7].

Systématique[modifier | modifier le code]

L'espèce Hemaris fuciformis a été décrite par le naturaliste suédois Carl von Linné en 1758, sous le nom initial de Sphinx fuciformis[8],[7].

Elle appartient à la famille des Sphingidae, à la sous-famille des Macroglossinae, à la tribu des Dilophonotini et à la sous-tribu des Hemarina. Elle est l'espèce type pour le genre Hemaris.

Synonymie[modifier | modifier le code]

  • Sphinx variegata Allioni, 1766 [9]
  • Sphinx bombyliformis (Ochsenheimer, 1808)
  • Macroglossa milesiformis Treitschke, 1834[10]
  • Macroglossa lonicerae Zeller, 1869[11]
  • Macroglossa caprifolii Zeller, 1869 [12]
  • Macroglossa robusta Alphéraky, 1882[13]
  • Hemaris simillima Moore, 1888[14]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michael Chinery, Insectes de France et d'Europe occidentale, Paris, Flammarion, , 320 p. (ISBN 978-2-0812-8823-2), p. 146-147
  2. Collectif d'entomologistes amateurs, Guide des papillons nocturnes de France, Paris, Delachaux et Niestlé, , 288 p. (ISBN 978-2-603-01429-5), p. 32, n°70
  3. a b c et d Les Sphingidae de France.
  4. a et b INPN, consulté le 17 octobre 2018
  5. a et b Lépi'Net.
  6. P.C. Rougeot, P. Viette, Guide des papillons nocturnes d'Europe et d'Afrique du Nord, Delachaux et Niestlé, Lausanne, 1978.
  7. a et b (en) « Hemaris fuciformis », sur funet.fi (consulté le 17 octobre 2018).
  8. Linnaeus, 1758, Syst. Nat. (Edn 10) 1 : 493.
  9. Allioni, 1766; Mel. Soc. Turin: 193
  10. Treitschke, 1834; Schmett. Eur. 10 (1): 125
  11. Zeller, 1869; Stettin ent. Ztg 30 (10-12) : 387
  12. Zeller, 1869; Stettin ent. Ztg 30 (10-12) : 387
  13. Alphéraky, 1882; Horae Soc. ent. Ross. 17 (1-2): 17
  14. Moore, 1888; Proc. zool. Soc. Lond. 1888 : 391

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références taxonomiques[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • P.C. Rougeot, P. Viette, Guide des papillons nocturnes d'Europe et d'Afrique du Nord, Delachaux et Niestlé, Lausanne, 1978.